Accueil Opinions Chroniques

Chronique: l’antisémitisme, une haine qui fait partie d’un tout détestable

Les images du philosophe Alain Finkielkraut victime de propos antisémites tenus par certains gilets jaunes, samedi à Paris, suscitent l’indignation. Elles témoignent d’une recrudescence de l’antisémitisme un peu partout en Europe et, plus largement, d’un déchaînement global de toutes les haines. La chronique de Jean-François Kahn.

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 4 min

On le découvre soudain.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Deckers Björn, mardi 19 février 2019, 9:16

    A chacun des commentateurs, on ne peut que recommander la lecture de "la part d'ange en nous" de Steven Pinker. Pour vous Monsieur Werpin, qui semblez terriblement désabusé alors que l'évolution de l'homme au cours des âges et certainement depuis ces derniers siècles (les lumières et l'imprimerie) est prodigieuse et que l'indignation qui est la nôtre devant le retour des idéologies funestes vient du fait que justement la violence est de moins en moins supportée (songeons par exemple à l'évolution même encore imparfaite ces derniers mois de la condition féminine qui suit la révolution des années 60). Olivier Lahaye, cet ouvrage explique combien le commerce et l'Etat protecteur ont organisé une civilisation de paix. Et donc, oui les protections sociales au regard de l'histoire ont beaucoup évoluées mais celles-ci sont encore largement imparfaites. La France compte 9 millions de pauvres. Vous ne pouvez pas comparer comme vous le faites l'immense classe moyenne et les pauvres. Vous passez dès lors à côté du sujet. Aussi longtemps que subsiste cette violence sociale, il ne peut y avoir de paix civile. Paul Van Obberghen. Pour ma part, les symboles m'importent peux, mais l'ISF est devenu à tort et à raison un symbole d'égalité en France. Le supprimer ne change pas grand chose à l'économie française mais renforce le sentiment d'une société à deux niveaux et la colère de ceux qui se sentent relégués. L'ISF vaut plus aujourd'hui en France pour ce qu'il représente que pour ce qu'il rapporte. Cela dit, je préfère la réflexion amorcée aux USA sur le retour de taux marginaux d'impôt au delà de 50%. C'est aux USA avec Raegan (et en Grande-Bretagne avec Thatcher) qu'on a imposé un modèle ultralibéral qui vide les caisses de l'Etat et démoli l'état social. C'est peut-être des Etats Unis qui avait créé le New Deal que reviendra la lumière passé l'ombre de Trump. Pour ce qui est du commentaire de JFK, comme souvent, j'admire le bonhomme que je reconnais aussi comme fondateur du très bon hebdomadaire "Marianne". Oui, hélàs, le temps se gâte, quand l'Etat protecteur, l'Etat sécurité est défaillant se développent les haines et les violences. Remettre du jus dans les rouages de l'Etat devient une nécessité absolue pour reprendre la marche de la civilisation.

  • Posté par Fourneau Jean, mardi 19 février 2019, 12:30

    Excellent commentaire Monsieur et bien documenté , mais je crains fort qu'il ne soit jamais lu par la 'base' du mouvement Gilets Jaunes qui rejettent en bloc tout ce qui est différent de leur(s) doctrine(s) , légitimes au départ mais si nauséabondes maintenant ...

  • Posté par Werpin Jean Luc, mardi 19 février 2019, 9:37

    J'apprécie, Monsieur, votre argumentation et ce même si je ne partage plus l'optimisme qui semble être encore vôtre. Bien cordialement JLW.

  • Posté par Bricourt Noela, mardi 19 février 2019, 9:14

    L'antisémitisme ne "touche" pas uniquement les gilets jaunes que l'on a fort peu interrogé suite aux propos tenus à l'égard de Mr Finkielkraut. L'antisémitisme existait avant les gilets jaunes et touche toutes les classes sociales. A écouter les médias, on dirait que les manifestants sont tous coupables et qu'ils se transforment en monstres antisémites et que s'ils continuent à demander une meilleure vie ils seront la cause de la chute . Ce n'est pas vrai.

  • Posté par Werpin Jean Luc, lundi 18 février 2019, 16:51

    Je ne le répéterai jamais assez, toute forme de racisme m’est odieuse et les propos nauséeux des gilets jaunes envers Mr. Finkielkraut me dégoûtent à vomir. Ceci dit, le comportement d’Alain Finkielkraut n’est pas toujours exempt de tout reproche. Souvenez vous de cet épisode au monent des nuits debout et de son fameux « gnagnagna sale conne ». Parfois je me demande si il ne s’amuse pas à allumer la mêche du baril de poudre pour mieux adopter ensuite la posture du martyr. Lorsque je vois le comportement général de mes contemporains quels qu’ils soient je me dis que la civilisation et l’humanité n’en ont plus pour longtemps. Aussi à présent, je me contente de regarder pourrir et mourir le monde...

Plus de commentaires

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs