Tour d’Oman: Alexey Lutsenko s’impose à nouveau, Greg Van Avermaet troisième

©Belga
©Belga

Déjà vainqueur la veille, le champion du Kazakhstan Alexey Lutsenko (Astana), tenant du titre, s’est encore imposé lundi à l’arrivée en côte de la troisième étape du Tour d’Oman cycliste (2. HC), la plus longue de l’épreuve, disputée sur la distance de 192,5 kilomètres entre Shati Al Qurum et Qurayya. Une nouvelle victoire qui lui vaut de ravir le maillot rouge de leader au Norvégien Alexander Kristoff (UAE Team Emirates). Greg Van Avermaet (CCC Pro Team), troisième de l’étape, l’est également au général, à vingt secondes de Lutsenko, et à deux secondes de l’Espagnol Jesus Herrada (Cofidis), deuxième de l’étape.

Deux autres Belges, Eliot Lietar (Wallonie-Bruxelles), sixième, et Oliver Naesen (AG2R La Mondiale, septième, se sont classés dans le top-10.

Preben Van Hecke (Sport Vlaanderen-Baloise), porteur du maillot doré du coureur le plus combatif, figurait dans l’échappée du jour partie au kilomètre zéro. Celle-ci comprenait dix hommes, dont un équipier de Van Hecke, Piet Allegaert, Arjen Livyns (Roompot-Charles), Kevin Reza (Vital Concept-B&B Hotels) et Lukas Spengler (Wallonie-Bruxelles).

Derrière, la course a commencé à prendre tournure juste avant la première ascension de Qurayyat (3,6 km à 5,6 %), à plus de 50 kilomètres de l’arrivée. On vit en effet se détacher une petite vingtaine de coureurs, dont le leader Kristoff, son coéquipier Rui Costa, Lustenko, Van Avermaet et Andre Greipel (Arkéa-Samsic).

La dernière monté décisive

Mais, alors que devant Van Hecke et Niccolo Bonifazio avaient semé leurs compagnons d’échappée, Kristoff disparut du groupe de poursuivants. On ne retrouvait plus que six coureurs entre les échappés et le peloton : Lutsenko, Van Avermaet, Lukas Wisniowski (CCC), Rui Costa, Silvan Dillier (AG2R-La Mondiale) et Jacques Janse van Rensburg (Dimension Data). Mais le terrain redevient (presque) plat, ce qui permet le retour de nombreux coureurs. Un gros peloton d’environ quatre-vingts têtes se reforme ainsi à moins de 20 kilomètres de l’arrivée.

Kristoff rétrograde vite lorsque le parcours retrouve son aspect accidenté dans la dernière montée du jour, où impressionnent dans un premier temps les Sud-africains de Dimension Data, avant l’explication finale entre les gros bras.

Lutsenko place un démarrage, qui lui permet de prendre quelques mètres et, comme la veille, de mettre tout le monde d’accord, en particulier Herrada et Van Avermaet (CCC), sur la ligne. Rui Costa et Domenico Pozzovivo (Bahrain-Merida) complètent le top 5. Lietaer et Naesen sont sixième et septième à 6 et 11 secondes. Lutsenko, qui compte 18 secondes d’avance sur Herrada, fait ainsi figure de grand favori à sa propre succession.

Mardi, l’étape de 129 kilomètres entre Yiti Al Sifah et Oman, comprend cinq nouvelles ascensions.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Julian Alaphilippe, lauréat de Sanremo l’année dernière.

    Par S.Cl.

    Route

    Cyclisme: le coronavirus menace Milan-Sanremo

  • Dominique Duchesnes

    Par STEPHANE THIRION

    Route

    Les managers du cyclisme belge: Christophe Brandt, une vie de rencontres

  • @EPA

    Vainqueur du Tour d’Algarve, Remco Evenepoel grimpe les marches quatre à quatre

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La menace est bien moins grave que d’autres maladies ou d’autres risques. La grippe saisonnière contamine bien plus de Belges que le coronavirus.

    Coronavirus: la Belgique évalue et se tient prête

  2. Entre 2.000 et 3.000 bovins sont vendus chaque semaine à Ciney.

    Le plus grand marché aux bestiaux du pays menacé de fermeture

  3. ballen 1

    Art: à la Centrale électrique, dans la tête de Roger Ballen

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Coronavirus: un exercice de haute voltige

    L’épidémie de coronavirus est aussi une épidémie de questions qui restent sans réponse. D’où vient exactement la maladie ? Les autorités chinoises ont-elles tardé à la combattre ? Qui est le patient zéro à l’origine de son extension à l’Italie ? Et, surtout, sommes-nous vraiment prêts à affronter ce virus ?

    Deux mots caractérisent cette problématique : précaution et psychose.

    Devant l’urgence, le principe de précaution s’est imposé. Il...

    Lire la suite