Accueil Société Enseignement

Inscriptions dans le secondaire: Infor Jeunes Laeken dénonce de nouvelles «dérives» dans certaines écoles

Infor Jeunes publie d’ailleurs plusieurs preuves concrètes sur son site internet.

Temps de lecture: 2 min

Alors que la procédure d’inscription dans le secondaire a débuté depuis une semaine, Infor Jeunes Laeken a dénoncé lundi les «dérives» et «abus» pratiqués; selon elle, par plusieurs directions d’écoles.

L’association dit en effet avoir reçu le témoignage de nombreux parents qui ont constaté des contraintes supplémentaires -et non prévues par le décret - imposées arbitrairement par certaines écoles pour enregistrer le dépôt du formulaire unique d’inscription (FUI).

Infor Jeunes publie d’ailleurs plusieurs preuves concrètes sur son site internet.

«Alors que le décret prévoit explicitement que seul le FUI suffit auprès de l’école du premier choix, un certain nombre d’établissements y rajoutent des conditions abusives: présentation de la carte d’identité de l’élève et de celle de ses parents, prise de rendez-vous obligatoire pour pouvoir déposer le formulaire, ou encore participation préalable à une soirée d’information. Un autre établissement, lui, fait débuter la période d’inscription le 13 et non le 11 février, un autre encore demande à ce que les parents complètent un bulletin de renseignements spécifique et distinct du FUI», dénonce Infor Jeunes Laken.

Celle-ci ajoute que lorsque certains parents téléphonent pour prendre rendez-vous, il leur est alors demandé d’emporter avec eux les bulletins de 5e et 6e primaire de leur enfant.

Pour l’association, pareille demande constitue clairement un filtre à caractère discriminatoire (et illégal) à l’inscription.

« Le décret, rappelle-t-elle, ne prévoit en effet comme seule condition à l’inscription que le seul dépôt du FUI uniquement, et ce précisément pour éviter toute forme de pression et de stratégie de dissuasion - et donc de ségrégation ! - au moment où les parents inscrivent leur enfant ».

«On croyait que de telles pratiques, pourtant déjà condamnées lors de la mise en œuvre du décret à ses débuts, étaient à présent révolues. Il nous faut hélas constater qu’il n’en est rien...», conclut l’association.

La procédure d’inscription en première année du secondaire a débuté lundi dernier. Elle doit s’achever le 1er mars. Plus de 50.000 enfants sont concernés en Wallonie et à Bruxelles au total.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par Bihin Jean-Paul, lundi 18 février 2019, 17:45

    Bien sûr, certaines exigences posées par l'école peuvent en effrayer certains. Ces familles qui ont parfois honte ou peur de cette rencontre avec l'école secondaire pour toutes sortes de raisons, et qui viennent trouver InforJeunes parce qu'elles se trouvent en difficulté face à une contrainte, InforJeunes ferait bien de les remettre en confiance vis-à-vis du système scolaire au lieu de crier au scandale pour un oui ou pour un non...

  • Posté par Bihin Jean-Paul, lundi 18 février 2019, 17:36

    Exiger la participation préalable à une soirée d'information serait aussi une source de discrimination ? Un comble !!! C'est tout le contraire. En faisant cela , on s'assure qu'un maximum de parents aura reçu un maximum d'information avant de faire son choix. On va complètement dans le sens du décret Mission ! Les parents qu'on ne voit jamais aux réunions de parents, ni à la remise des bulletins, ce sont précisément ceux qui seraient bien tentés de taper le formulaire unique d'inscription de leur enfant sur un bureau sans rencontrer personne. Ce sont ceux qui en ont le plus besoin, de cette soirée d'information...

  • Posté par Bihin Jean-Paul, lundi 18 février 2019, 17:27

    Dans de nombreuses écoles, on a instauré un système de rendez-vous pour que ce moment soit plus qu'une formalité administrative. Parce qu'une inscription doit être un moment privilégié de rencontre entre l'école et la famille. Et imposer la prise de rendez-vous à tous les parents, y compris pour ceux qui sont "moins intéressés" par la scolarité de leurs enfants, c'est précisément une façon efficace d’empêcher que des mécanismes spontanés de ségrégation ne fassent leurs effets.

Plus de commentaires

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une