Inscriptions dans le secondaire: Infor Jeunes Laeken dénonce de nouvelles «dérives» dans certaines écoles

© Le Soir
© Le Soir

Alors que la procédure d’inscription dans le secondaire a débuté depuis une semaine, Infor Jeunes Laeken a dénoncé lundi les «dérives» et «abus» pratiqués; selon elle, par plusieurs directions d’écoles.

L’association dit en effet avoir reçu le témoignage de nombreux parents qui ont constaté des contraintes supplémentaires -et non prévues par le décret - imposées arbitrairement par certaines écoles pour enregistrer le dépôt du formulaire unique d’inscription (FUI).

Infor Jeunes publie d’ailleurs plusieurs preuves concrètes sur son site internet.

«Alors que le décret prévoit explicitement que seul le FUI suffit auprès de l’école du premier choix, un certain nombre d’établissements y rajoutent des conditions abusives: présentation de la carte d’identité de l’élève et de celle de ses parents, prise de rendez-vous obligatoire pour pouvoir déposer le formulaire, ou encore participation préalable à une soirée d’information. Un autre établissement, lui, fait débuter la période d’inscription le 13 et non le 11 février, un autre encore demande à ce que les parents complètent un bulletin de renseignements spécifique et distinct du FUI», dénonce Infor Jeunes Laken.

Celle-ci ajoute que lorsque certains parents téléphonent pour prendre rendez-vous, il leur est alors demandé d’emporter avec eux les bulletins de 5e et 6e primaire de leur enfant.

Pour l’association, pareille demande constitue clairement un filtre à caractère discriminatoire (et illégal) à l’inscription.

« Le décret, rappelle-t-elle, ne prévoit en effet comme seule condition à l’inscription que le seul dépôt du FUI uniquement, et ce précisément pour éviter toute forme de pression et de stratégie de dissuasion - et donc de ségrégation ! - au moment où les parents inscrivent leur enfant ».

«On croyait que de telles pratiques, pourtant déjà condamnées lors de la mise en œuvre du décret à ses débuts, étaient à présent révolues. Il nous faut hélas constater qu’il n’en est rien...», conclut l’association.

La procédure d’inscription en première année du secondaire a débuté lundi dernier. Elle doit s’achever le 1er mars. Plus de 50.000 enfants sont concernés en Wallonie et à Bruxelles au total.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS ELECTIONS DEFI MEETING

    Elections 2019: les coulisses de la campagne en 7 anecdotes

  2. © Pierre-Yves Thienpont.

    #MaPremièreCampagne: pourquoi j’adore voter

  3. Selon les dernières estimations, l’Europe des nations et des libertés, groupe auquel appartiennent notamment la Ligue de Salvini, le Rassemblement national de Le Pen, le FPÖ du déchu Strache, le Vlaams belang, les Allemands de l’AfD et le Parti pour la liberté de Wilders, obtiendrait 75 sièges sur les 751.

    Elections européennes: la droite radicale populiste va-t-elle dominer le scrutin européen?

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Avis aux partis: lundi, la campagne, c’est fini!

    Ce dimanche, la parole est aux électeurs. A ceux qui pensent que le vote ne sert à rien, ce rappel très utile : le soir des élections, ce sont les résultats que chaque parti scrutera avec angoisse. C’est la mathématique qui désigne les vainqueurs et qui prend une claque, au nord comme au sud du pays. Aucun jeu n’est fait et les votes exprimés peuvent bouleverser les cartes et rendre des alliances si pas impossibles, difficiles ou illégitimes. Il y a toujours des surprises les soirs d’élections, et ce sont les citoyens qui les...

    Lire la suite