Accueil Économie Emploi

BNP Paribas Fortis: la direction viserait 2.000 effectifs en moins en deux ans

Jusqu’ici, direction et syndicats ont toujours encadré « socialement » les réductions d’effectifs voulues par le groupe. Pour les deux années à venir cependant, le management conditionne cette manière de faire à une augmentation du temps de travail pour les employés. La pilule ne passe pas.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 3 min

C’était dans l’air. Plusieurs bruits de couloir alertaient ces dernières semaines sur une année 2019 « complexe socialement » et « sous le sceau des économies à tous les niveaux » chez BNP Paribas Fortis. L’érosion des effectifs n’est pas neuve dans l’institution (ni dans le secteur bancaire en général, d’ailleurs) mais, jusqu’à présent, management et représentants du personnel de la première banque du pays avaient opté « pour la manière douce », en organisant au maximum les départs via une convention collective dite de « garantie d’emploi », renégociée tous les deux ans.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Brasseur Michel, lundi 18 février 2019, 21:40

    A l'attention des journalistes: si voys écrivez en français, vous parlez du SETCa (syndicat des Employés, Techniciens et CAdres). Als u in Nederlands schrijft u over BBTK. Ce n'est qu'une et même Centrale de la FGTB (ABVV in NL). Ok? Ce n'est pas comme au syndicat chrétien qui est divisé en 2 par la langue. On a donc 2 syndicats chrétiens,: l'un flamand (ACV et sa centrale employés le LBC) et l'autre francophone (CSC dont la centrale employés est la CNE). Clair?

Aussi en Emploi

Emploi: la «grande démission» ne touche pas (encore) la Belgique

Pourquoi le Belge hésite-t-il à quitter son emploi, alors que le phénomène de la « grande démission » volontaire fait rage aux Etats-Unis et s’invite désormais en France ? Les spécialistes avancent leurs explications. Et avant tout la protection que représente chez nous l’indexation automatique des salaires en période d’inflation.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs