L’Open VLD estime que la Belgique doit être prête à présenter des excuses pour son passé colonial

Christian Leysen et Gwendolyn Rutten (Open VLD © Belga
Christian Leysen et Gwendolyn Rutten (Open VLD © Belga

Les libéraux flamands jugent que la Belgique doit être prête à présenter ses excuses pour les exactions commises durant la période coloniale. Mais ils souhaitent qu’un tel acte soit précédé d’un débat approfondi et d’une enquête scientifique, ont-ils expliqué lundi. Selon eux, c’est une mission pour la Chambre sous la prochaine législature.

Un groupe d’experts des Nations unies a exhorté lundi passé la Belgique à présenter des excuses pour cette page sombre de son histoire, l’un d’eux notant au passage le « mur du silence » qui existait sur cette question.

La classe politique fait depuis lors preuve d’une très grande prudence à ce sujet. Le président de la N-VA, Bart De Wever, s’est prononcé en faveur d’excuses prononcées par le Roi, l’aventure coloniale ayant commencé à l’initiative du roi Léopold II et une grande partie des atrocités commises au Congo l’ont été alors que le pays était placé sous son autorité personnelle.

Un débat parlementaire nécessaire

Au MR, le député Richard Miller a insisté dimanche sur la nécessité d’un débat parlementaire le plus complet possible et, à titre personnel, s’est dit favorable à des excuses.

►Un rapport « très étrange », s’étonne Charles Michel

En 2017, les Verts ont déposé une proposition de résolution relative à ce travail de mémoire sur le passé colonial. Cet été, après l’incident raciste au Pukkelpop, ils avaient annoncé qu’ils en faisaient leur priorité en commission des Relations extérieures de la Chambre avant de retirer le texte de l’ordre du jour quelques semaines plus tard, estimant qu’il restait trop peu de temps pour mener à bien la discussion.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles ont durablement marqué le pays, jusque dans ses procédures judiciaires.

    Comment les attentats du 22 mars ont changé la justice

  2. belgaimage-91136168-full

    In memoriam: les portraits des victimes du 22 mars

  3. POLITICS NEUFCHATEAU LOCAL ELECTIONS FRAUD

    Dimitri Fourny inculpé: une catastrophe pour le CDH

  • 22 mars 2016: temps des victimes, temps judiciaire

    Le temps est un redoutable ennemi. Il affaiblit insidieusement mais inéluctablement la compassion due aux victimes des attentats du 22 mars 2016 mais permet aussi à la société belge de tourner lentement l’une des pages les plus sombres de son histoire. Les commémorations qui auront lieu aujourd’hui ont cette utilité magique : raviver la solidarité à l’égard des victimes et inviter notre société à ne pas tourner la page trop vite en oubliant ce que fut ce matin tragique du 22 mars.

    Trois ans pour...

    Lire la suite