Accident mortel à Rhode-Saint-Genèse: les pompiers auraient pu intervenir plus tôt

© Capture d’écran google maps
© Capture d’écran google maps

Deux jeunes filles de 15 et 18 ans ont perdu la vie dans une collision frontale à Rhode-Saint-Genèse ce week-end.

L’accident s’est produit samedi quand une voiture sans permis, conduite par une jeune fille de 18 ans, a subitement tourné à gauche alors qu’une Volvo arrivait en sens inverse. Les deux véhicules se sont heurtés frontalement.

La passagère de la voiture sans permis est décédée sur les lieux de l’accident. Transportée à l’hôpital, la conductrice, originaire de Lasne, n’a pas survécu à ses blessures.

Deux autres adolescentes, âgées de 16 ans et originaires de Lasne et de Rode-Saint-Genèse, ont été grièvement blessées. Elles se trouvaient à l’arrière, dans le coffre de la voiturette.

Le conducteur de la Volvo, un sexagénaire de Waterloo, lui, n’a été que légèrement touché.

La centrale de Louvain pointée du doigt

Eric Labourdette, président des syndicats des pompiers (SLFP), compte porter plainte auprès des ministres de l’Intérieur et de la Santé publique mais aussi auprès de l’inspectrice d’hygiène du Brabant flamand et du chef fonctionnel du centre 100 du Brabant flamand.

La zone du Brabant Wallon a été contactée en premier, ensuite le poste avancé Delta-Ixelles, alors que le poste avancé de Eikenbos des pompiers de Bruxelles se trouvait à seulement cinq kilomètres du lieu de la collision, explique Eric Labourdette.

Selon le parquet de Halle, l’accident a eu lieu vers 01h05, note Eric Labourdette.

La zone du Brabant Wallon a reçu un appel de la centrale 100 de Louvain à 01h13 et envoyé deux ambulances sur place. La centrale 100 de Louvain a par ailleurs demandé à l’hôpital d’Ixelles son SMUR, qui fait route à 01h15. Quant aux pompiers de Bruxelles, ils démarrent du poste Chenaie à 01h27 et sont sur place à 01h33, énumère le syndicaliste.

« Le poste Chenaie se situe à 5 km de l’accident, le poste de Halle à 12 km et le poste de Braine l’Alleud est à 11 km », rappelle-t-il encore.

« Il y a manifestement une faute de la part de la centrale 100 de Louvain », argue Eric Labourdette. « La loi relative à l’aide adéquate la plus rapide n’a pas été respectée ni la loi relative à l’aide médicale urgente étant donné que le poste des pompiers de Bruxelles de Chenaie était le plus proche, les moyens en aide médicale urgente et en désincarcération était disponibles au poste. »

« Soit la formation dispensée par le fédéral au préposé à la centrale 100 est à revoir en urgence soit la centrale 100 de Louvain a fait preuve d’incompétence et doit être poursuivie pour négligence grave dans un envoi de secours », poursuit-il.

Les ministres de l’Intérieur et de la Santé publique n’onpt pas réagi. De son côté, le gouverneur du Brabant flamand, Lodewijk De Witte, a déclaré qu’il attendrait l’enquête avant de faire une quelconque déclaration à ce sujet. Quant au porte-parole des centres d’urgence, il a dit qu’une analyse en interne était en cours et n’a pas voulu faire de commentaires.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles ont durablement marqué le pays, jusque dans ses procédures judiciaires.

    Comment les attentats du 22 mars ont changé la justice

  2. belgaimage-91136168-full

    In memoriam: les portraits des victimes du 22 mars

  3. POLITICS NEUFCHATEAU LOCAL ELECTIONS FRAUD

    Dimitri Fourny inculpé: une catastrophe pour le CDH

Chroniques
  • La même que moi, la même que la mienne…

    En matière de norme grammaticale, il est souvent difficile de trancher de manière péremptoire. Que penser, par exemple, de cette phrase : pour la même raison que moi , des milliers de manifestants seront dans la rue ce dimanche ? De nombreux francophones ne verront aucun problème dans cet énoncé ; mais il s’en trouvera qui préféreront : pour la même raison que la mienne.

    La deuxième formulation exprime une comparaison entre deux termes de même rang syntaxique (la même raison et la mienne), alors que la première corrèle un complément (la même raison) et le sujet (moi) d’un verbe sous-entendu. Cette dissymétrie, parfois ressentie comme peu soignée, ne peut être taxée d’incorrecte. Libre à vous d’en user de la même façon que moi. Ou que la mienne…

    La même question que lui ?...

    Lire la suite

  • 22 mars 2016: temps des victimes, temps judiciaire

    Le temps est un redoutable ennemi. Il affaiblit insidieusement mais inéluctablement la compassion due aux victimes des attentats du 22 mars 2016 mais permet aussi à la société belge de tourner lentement l’une des pages les plus sombres de son histoire. Les commémorations qui auront lieu aujourd’hui ont cette utilité magique : raviver la solidarité à l’égard des victimes et inviter notre société à ne pas tourner la page trop vite en oubliant ce que fut ce matin tragique du 22 mars.

    Trois ans pour...

    Lire la suite