Accueil Monde Proche-Orient

Craignant pour leur sécurité, les réfugiés syriens hésitent à rentrer au pays

Même si le mal du pays les étreint, la grande majorité des réfugiés remettent un éventuel retour à plus tard. Les risques encourus leur semblent trop grands.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

Rentrer au pays, retrouver sa maison, refaire sa vie : pour des millions de réfugiés syriens exilés internes ou partis à l’étranger, ce rêve peut-il devenir réalité ? Les chiffres donnent le tournis. Plus de six millions de Syriens réfugiés en Turquie, au Liban, en Jordanie et en Europe, mais aussi près de sept millions de déplacés internes : quasiment la moitié des Syriens ont dû quitter leur foyer en raison de la guerre, pour fuir les exactions des factions extrémistes ou, surtout, échapper aux bombardements du régime. Mais, depuis fin 2015, ce dernier, avec l’aide militaire de la Russie et de l’Iran, a peu à peu reconquis une bonne partie des territoires perdus, et la question d’un retour éventuel se pose avec acuité pour les réfugiés souvent réduits à une vie de misère dans les pays avoisinants.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Proche-Orient

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs