JO 2032: l’Indonésie confirme sa candidature au CIO

JO 2032: l’Indonésie confirme sa candidature au CIO
Photo News

Le président indonésien Joko Widodo a envoyé un courrier au Comité International olympique (CIO) pour confirmer et appuyer la candidature de son pays à l’organisation des Jeux Olympiques de 2032, a annoncé Antara, l’agence de presse officielle de l’état indonésien.

Christophe Dubi, directeur exécutif des Jeux Olympiques, a réagi en reconnaissant que l’Indonésie avait déjà fait ses preuves en matière d’organisation. « C’est un solide point de départ », a-t-il reconnu Le pays avait en effet accueilli les 18e Jeux asiatiques il y a un an, et avait alors été chaudement félicité par le président du CIO Thomas Bach pour ses capacités d’organisation.

« Le grand succès qu’ont connu ces Jeux asiatiques est très impressionnant », avait-il souligné. « De ce fait le CIO est très sensible à la candidature de l’Indonésie pour les Jeux olympiques de 2032 ».

Ces Jeux asiatiques ne s’étaient pourtant pas déroulés sans anicroches. Le principal problème avait été le système de billetterie chaotique et beaucoup de fans n’avaient pas pu assister à certaines épreuves malgré un nombre important de sièges vides dans les tribunes. Au point qu’une remontrance avait été envoyée aux organisateurs, leur demandant notamment de réduire le nombre de places réservées aux invités et aux VIP, qui atteignait parfois jusqu’à 40 % des places.

Les JO de 2020 se disputeront à Tokyo, avant d’être organisés à Paris en 2024, puis à Los Angeles en 2028. Si l’organisation de l’édition suivante devait être attribuée à l’Indonésie, ce serait la première fois que l’événement se déroule dans un pays de l’Asie du Sud-Est. A noter que l’Inde envisage de déposer une candidature, et que les deux Corées entendent s’unir pour la circonstance.

L’Indonésie était quatrième derrière la Chine, le Japon et la Corée du Sud, lors des Jeux Asiatiques de 2018 qui s’étaient tenus à Jakarta, à Palmebang et sur l’île de Sumatra.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. «
Notre crise est culturelle, une crise de civilisation, une crise de l’excès.
»

    Climat: à la recherche de nouveaux sens

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite