L’art impressionniste et moderne en vedette à Londres

Il n’y a plus beaucoup de chefs-d’œuvre impressionnistes à se mettre sous la dent, mais il en apparaît toujours l’un ou l’autre à l’occasion. Tant Sotheby’s que Christie’s mettent en avant « leur » Monet, datant tous les deux du début du XXe siècle. En ce qui concerne l’art moderne, il n’y aura pas non plus de chef-d’œuvre absolu, ceux-ci étant plutôt réservés à New York. Cette année, Christie’s sort mieux son épingle du jeu que sa rivale, grâce à des œuvres provenant d’une collection privée importante.

New Bond Street

Sotheby’s proposera à la vente ce « Palais ducal » exécuté en 1908 par Claude Monet. L’œuvre est estimée entre 20 et 30 millions de livres sterling.
Sotheby’s proposera à la vente ce « Palais ducal » exécuté en 1908 par Claude Monet. L’œuvre est estimée entre 20 et 30 millions de livres sterling. - DR

La vente en soirée de Sotheby’s aura lieu mardi prochain. Avec seulement 24 lots, il est difficile de penser que celle-ci restera dans les annales. L’œuvre la plus chèrement estimée du catalogue est une vue du palais ducal à Venise par Monet. Peinte à l’automne 1908, cette huile sur toile fut réalisée lors du premier voyage de l’artiste dans la cité des Doges avec son épouse Alice. Le couple y était invité par la riche américaine Mary Young Hunter, artiste également à ses heures…

La maison de New Bond Street a estimé le tableau entre 20 et 30 millions d’euros ! Une estimation sans doute alignée sur le prix d’adjudication d’une autre vue de Venise vendue le 3 février 2015 au même endroit. Pour Le grand canal, une peinture ayant les mêmes dimensions et réalisée pendant le même séjour du maître impressionniste, le marteau était tombé à 21 millions de livres. Le deuxième lot le plus important en termes d’estimation est un tableau d’Egon Schiele représentant un chalutier peint dans le port de Trieste en 1912. Sotheby’s en espère entre 6 et 8 millions de livres.

King Street

Si la vente de Christie’s est beaucoup plus fournie, c’est grâce à une collection privée qui occupe les 23 premiers lots du catalogue qui en compte 51 en tout. Parmi ceux-ci, une Nature morte de pêches et poires due aux pinceaux de Cézanne dans la seconde partie de la décennie 1880 et qui n’avait plus affronté le feu des enchères depuis près de 40 ans. L’estimation demeure confidentielle, tout comme pour ce Saule pleureur et bassin aux nymphéas peint à Giverny entre 1916 et 1919 par Monet. Nul doute que Christie’s en espère un montant très important, tant ces œuvres tardives sont recherchées sur le marché. Le meilleur prix jamais atteint par l’artiste en vente publique en dollars, soit l’équivalent d’un peu plus de 55,3 millions de livres, va d’ailleurs à des Nymphéas en fleur adjugés 75 millions de dollars à New York en mai dernier chez Christie’s.

« Portrait de femme : buste, profil gauche » peint à Anvers en décembre 1885 à Anvers par Vincent Van Gogh est proposé chez Christie’s avec une estimation de 8 à 12 millions de livres.
« Portrait de femme : buste, profil gauche » peint à Anvers en décembre 1885 à Anvers par Vincent Van Gogh est proposé chez Christie’s avec une estimation de 8 à 12 millions de livres. - DR

Portrait de femme : buste, profil gauche peint à Anvers en décembre 1885 par Vincent Van Gogh est également issu de cette mystérieuse collection privée et est proposé avec une estimation de 8 à 12 millions de livres. Citons enfin Le port au soleil couchant, opus 236 (Saint-Tropez), un important tableau pointilliste de Paul Signac. Peint en 1892, il ne pourra que séduire les collectionneurs ou les musées de cet art initié par Seurat. Reproduit en couverture du catalogue, son estimation n’est pas communiquée…

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Patrick Dewael (Open-VLD), président de la Chambre, est l’un des noms qui circulent pour monter en première ligne.

    Négociations fédérales: qui va monter? Plusieurs noms circulent

  2. d-20191208-3XNE16 2019-12-08 09:11:53

    Le bulletin climatique de la Belgique continue à se dégrader

  3. Le succès des universités francophones est incontestable et la tendance s’inscrit dans le long terme.

    Enseignement supérieur: toujours plus d’étudiants dans les universités francophones

La chronique
  • La grande misère du choix électoral

    Le point qui a le plus surpris dans l’interview que Marc Uyttendaele et moi-même avons donnée au Soir le 23 novembre est apparemment la perspective d’organiser un référendum sur le cadre institutionnel de la Belgique.

    De fait, il y avait de quoi être surpris. Je ne suis pas un partisan déclaré du référendum, et je me rappelle fort bien Marc Uyttendaele, en 1993, s’opposant farouchement, comme Xavier Mabille, à l’idée de demander au peuple de se prononcer sur le cadre fédéral dans lequel basculait officiellement la Belgique à l’époque.

    Je ne veux pas revenir, ici, sur le référendum en tant que tel, qui est à mes yeux un procédé de la dernière chance en...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: l’insulte! Bon sang, mais c’est bien sûr!

    Mais comment n’y ont-ils pas pensé plus tôt ? Les conseillers du Roi avec leurs « Et que je vous sers le café. Et que je vous écoute patiemment »… et Paul Magnette qui fait des vidéos expliquant qu’il recherche « des solutions constructives pour tous, de Zeebruges à Arlon et d’Eupen à Mouscron », en français et en néerlandais ? Que dire des Vande Lanotte, Reynders, Bourgeois et Demotte engoncés dans de chics costumes pour faire honneur à la fonction ?

    ...

    Lire la suite