Logement Molenbeekois: les deux dirigeants sur la sellette

Le Logement Molenbeekois est au coeur d’une polémique suite à la révélation d’un audit pointant de sérieux dysfonctionnements dans sa gestion interne.
Le Logement Molenbeekois est au coeur d’une polémique suite à la révélation d’un audit pointant de sérieux dysfonctionnements dans sa gestion interne. - Véronique Fromont

C’était dans l’air, comme l’avait laissé entendre Yves Lemmens, directeur de la Société du Logement de la Région Bruxelloise (SLRB), lors de son audition en commission parlementaire la semaine dernière. C’est maintenant chose faite : la Région bruxelloise, au travers de son organe de tutelle susmentionné, a en effet pris la décision de sortir « l’arme atomique » pour tenter de mettre de l’ordre au sein du Logement Molenbeekois, où de graves manquements concernant la gestion interne ont été révélés le mois dernier au travers d’un audit externe.

Pour rappel, on parle, dans le désordre et de façon non-exhaustive, de procédures d’achat et de marchés publics défectueuses voire inexistantes, de problèmes dans le calcul des charges des locataires, d’arriérés locatifs atteignant 2,2 millions d’euros ou encore d’incohérences dans les barèmes salariaux. Lundi soir, le conseil d’administration de la SLRB décidait ainsi d’activer – certes un peu tard au goût de certains (lire notre article du 13/02 à ce sujet) – le recours à un article inscrit dans le Code du Logement qui lui permet de se substituer aux organes de gestion des Société Immobilière de Service Public (SISP) défaillantes le temps d’y faire le ménage.

« C’est une disposition qui n’a jamais été prise par le passé et qui revêt un caractère exceptionnel, assure Yves Lemmens, directeur-général de la SLRB. Il s’agit d’un geste fort mais nécessaire, qui est de nature à rassurer les membres du personnel du Logement Molenbeekois mais aussi les locataires et les personnes qui se trouvent sur les listes d’attente ».

Une décision dont a pris acte Michel Eylenbosch (MR), président et principal maître à bord du Logement Molenbeekois aux côtés d’Alain Bultot, son directeur-gérant. « Celle-ci concerne aussi bien le conseil d’administration que la direction générale », dit savoir le mandataire libéral.

Dès lors, à quoi s’attendre dans les prochains jours ? Relevons d’abord qu’en cas de déclenchement de la procédure dont il est ici question, la SISP concernée dispose de 15 jours pour contester la décision de la SLRB devant le gouvernement régional. Il revient au CA du Logement Molenbeekois de faire ce choix ou non. Vue le contexte et l’attitude très critique d’une partie du CA vis-à-vis des têtes dirigeantes de la société, ce cas de figure semble cependant peu probable.

Une assemblée générale plus tôt

Ce qui est certain, par contre, c’est qu’une réunion du CA de la SLRB « au nom du Logement Molenbeekois a bien été fixée à l’agenda de ce vendredi, annonce Yves Lemmens. C’est le CA de vendredi qui décidera du sort du directeur-gérant actuel. » Si la décision d’écarter ce dernier est bel et bien confirmée, un marché public devra être lancé en vue de recruter un directeur de crise et une équipe chargée de remettre de l’ordre en interne.

Le renouvellement du CA du Logement Molenbeekois sera une autre étape cruciale dans le processus de remise à flot de la société molenbeekoise. Mais pour cela, il faut d’abord son assemblée générale soit convoquée. Or, « la tradition, c’est que les AG des SISP se réunissent durant les mois de mai ou de juin » explique Fabrice Cumps, Vice-Président de la SLRB, qui espère néanmoins que la situation actuelle va pousser la commune de Molenbeek, principale actionnaire, à accélérer les choses.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Politique|Économie et finances
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles ont durablement marqué le pays, jusque dans ses procédures judiciaires.

    Comment les attentats du 22 mars ont changé la justice

  2. POLITICS NEUFCHATEAU LOCAL ELECTIONS FRAUD

    Dimitri Fourny inculpé: une catastrophe pour le CDH

  3. Jean-Claude Juncker et Theresa May se font la bise, jeudi au sommet de Bruxelles. A leurs côtés, les Premiers ministres luxembourgeois, néerlandais et belge, Xavier Bettel, Mark Rutte et Charles Michel (de g. à dr.).

    Brexit: les 27 offrent une rallonge à double détente à Londres

  • 22 mars 2016: temps des victimes, temps judiciaire

    Le temps est un redoutable ennemi. Il affaiblit insidieusement mais inéluctablement la compassion due aux victimes des attentats du 22 mars 2016 mais permet aussi à la société belge de tourner lentement l’une des pages les plus sombres de son histoire. Les commémorations qui auront lieu aujourd’hui ont cette utilité magique : raviver la solidarité à l’égard des victimes et inviter notre société à ne pas tourner la page trop vite en oubliant ce que fut ce matin tragique du 22 mars.

    Trois ans pour...

    Lire la suite