L’Avenir : Marcourt satisfait de la pacification mais déplore néanmoins les 4 licenciements secs

Jean-Claude Marcourt © Belga
Jean-Claude Marcourt © Belga

Le ministre des Médias en Fédération Wallonie-Bruxelles Jean-Claude Marcourt (PS) s’est félicité mardi de l’accord social trouvé ce week-end aux Editions de l’Avenir (EdA), tout en déplorant néanmoins que quatre licenciements secs ne puissent être évités.

«Cela reste socialement compliqué. Ces quatre pertes d’emploi, c’est une triste nouvelle», a commenté M. Marcourt en commission du Parlement où il était interrogé par le député Olivier Maroy (MR).

Le ministre a néanmoins salué l’effort financier consenti par l’actionnaire Nethys pour parvenir à l’accord social bouclé dimanche.

«C’est beaucoup d’argent qui est mis sur la table. Je ne suis pas sûr que beaucoup d’autres acteurs auraient eu les poches si profondes...», a-t-il ajouté.

« Tourner la page »

Après des mois de conflit social aux Editions de l’Avenir, M. Marcourt estime qu’il faut à présent «tourner la page» et «faire en sorte que cet organe de presse redevienne un journal de qualité».

«Passons à autre chose et essayons de retrouver la sérénité. (...) L’hyperpolitisation de ce dossier n’a malheureusement pas aidé à trouver une solution dans les meilleurs délais», a-t-il déploré.

L’évocation de ce dossier a donné lieu à un échange acerbe entre M. Marcourt et le député Maroy, ce dernier lui reprochant sa «passivité terrible» dans ce dossier.

«Vous êtes ministre des Médias, mais vous vous êtes comporté comme un notaire. Vous avez brillé par votre absence!», a attaqué le réformateur, accusant le socialiste liégeois d’avoir en réalité été du côté de Nethys dans ce conflit.

Visiblement agacé, M. Marcourt a rejeté ces propos. «Je ne suis pas du côté du propriétaire (d’EdA)», a-t-il répliqué. «Je suis pour la liberté de la presse».

Quant aux accusations de passivité, M. Marcourt a assuré avoir eu des contacts réguliers avec l’AJP et les syndicats d’EdA tout au long du conflit.

Il a également rappelé que, lorsqu’il était ministre wallon de l’Economie, il avait commandé en 2013 une étude auprès du consultant McKinsey pour revitaliser le secteur de la presse francophone grâce à une série de synergies.

«Le rapport a été remis, avec une programmation sur dix ans. Mais en raison de la rivalité entre éditeurs, ils ont préféré rester chacun chez soi...».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. FILES-CRASH-HELICOPTER-KOBE-BRYANT (2)

    Décès de Kobe Bryant: le Black Mamba ne mordra plus

  2. Il y a une semaine, Georges-Louis Bouchez offrait des fleurs au Roi Philippe, pour l’anniversaire de Mathilde.

    Coalition fédérale: Magnette recale l’idée d’un duo royal avec De Wever

  3. 83090060_855752328196826_8677988821796651008_n

    Brexit: il y a 47 ans, les Britanniques rejoignaient les Européens sans fanfare

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Vraiment, nous vivons en de sombres temps

    Auschwitz, il y a 75 ans. Si une angoisse particulière s’ajoute cette fois, c’est que cette commémoration a des allures de paratonnerre. Comme si, en dénonçant à nouveau les horreurs innommables que des hommes ont pu faire subir à d’autres hommes, on tentait de conjurer le sort pour, si pas le présent, du moins un futur peut-être proche.

    « J’aimerais pouvoir assurer que nous, les Allemands, avons appris de l’Histoire une fois pour toutes. Mais je ne peux dire cela alors que la haine se répand....

    Lire la suite