L’Avenir : Marcourt satisfait de la pacification mais déplore néanmoins les 4 licenciements secs

Jean-Claude Marcourt © Belga
Jean-Claude Marcourt © Belga

Le ministre des Médias en Fédération Wallonie-Bruxelles Jean-Claude Marcourt (PS) s’est félicité mardi de l’accord social trouvé ce week-end aux Editions de l’Avenir (EdA), tout en déplorant néanmoins que quatre licenciements secs ne puissent être évités.

«Cela reste socialement compliqué. Ces quatre pertes d’emploi, c’est une triste nouvelle», a commenté M. Marcourt en commission du Parlement où il était interrogé par le député Olivier Maroy (MR).

Le ministre a néanmoins salué l’effort financier consenti par l’actionnaire Nethys pour parvenir à l’accord social bouclé dimanche.

«C’est beaucoup d’argent qui est mis sur la table. Je ne suis pas sûr que beaucoup d’autres acteurs auraient eu les poches si profondes...», a-t-il ajouté.

« Tourner la page »

Après des mois de conflit social aux Editions de l’Avenir, M. Marcourt estime qu’il faut à présent «tourner la page» et «faire en sorte que cet organe de presse redevienne un journal de qualité».

«Passons à autre chose et essayons de retrouver la sérénité. (...) L’hyperpolitisation de ce dossier n’a malheureusement pas aidé à trouver une solution dans les meilleurs délais», a-t-il déploré.

L’évocation de ce dossier a donné lieu à un échange acerbe entre M. Marcourt et le député Maroy, ce dernier lui reprochant sa «passivité terrible» dans ce dossier.

«Vous êtes ministre des Médias, mais vous vous êtes comporté comme un notaire. Vous avez brillé par votre absence!», a attaqué le réformateur, accusant le socialiste liégeois d’avoir en réalité été du côté de Nethys dans ce conflit.

Visiblement agacé, M. Marcourt a rejeté ces propos. «Je ne suis pas du côté du propriétaire (d’EdA)», a-t-il répliqué. «Je suis pour la liberté de la presse».

Quant aux accusations de passivité, M. Marcourt a assuré avoir eu des contacts réguliers avec l’AJP et les syndicats d’EdA tout au long du conflit.

Il a également rappelé que, lorsqu’il était ministre wallon de l’Economie, il avait commandé en 2013 une étude auprès du consultant McKinsey pour revitaliser le secteur de la presse francophone grâce à une série de synergies.

«Le rapport a été remis, avec une programmation sur dix ans. Mais en raison de la rivalité entre éditeurs, ils ont préféré rester chacun chez soi...».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Capture

    Sortie du tome 6 de la saga «Millénium»: le retour gagnant de Lisbeth Salander

  2. Les textes de Jean-Jacques Goldman parlent le langage du cœur et de la simplicité, de la vie de tout un chacun, de l’histoire comme de la migration, avec le plus beau des humanismes.

    Jean-Jacques Goldman ne marche plus seul: il est enfin disponible en streaming

  3. Michaël Pachen et sa grande expérience radiophonique prennent la relève de Quoi de neuf, de 16 à 18h du lundi au vendredi.

    Michaël Pachen, de Bel RTL à VivaCité: «Au départ je voulais lever le pied»

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • Commissaire européen: la Belgique atteint des sommets de désinvolture

    Vous pensiez former un gouvernement ? Travailler pour une ONG ou faire des chroniques sur une chaîne d’info en continu ? Pas grave, postulez comme commissaire européen. Pour être désigné, vous devrez attendre que le Stratego politique désigne l’heureux(se) élu(e).

    Désormais, quand la Belgique désigne son candidat commissaire, elle ne propose pas de vision à la nouvelle présidente de la Commission, elle n’a pas de visée sur le poste via lequel elle voudrait influencer la politique de «...

    Lire la suite