Des milliers de personnes rassemblées à Paris contre l’antisémitisme

Des milliers de Français se sont rassemblés mardi pour protester contre une résurgence de l’antisémitisme dans leur pays, encore illustrée mardi par la profanation d’un cimetière juif dans l’est, répondant à un « appel au sursaut » lancé par des responsables politiques, religieux et associatifs.

« La République est un bloc », a lancé le président Emmanuel Macron, qui a déposé en début de soirée une couronne de roses blanches au Mémorial de la Shoah à Paris, en compagnie des présidents des deux chambres du Parlement.

«  Se rassembler, c’est nécessaire pour dénoncer ce qui n’est pas acceptable », a peu après déclaré le Premier ministre Edouard Philippe, l’une des nombreuses personnalités politiques à manifester aux côtés des anonymes dans des dizaines de villes, de Marseille à Strasbourg.

« Ça suffit ! »

Dans la capitale, c’est sur la place de la République qu’a afflué une large foule portant des pancartes « Non à la banalisation de la haine » ou « Ça suffit ! », le mot d’ordre de ce rassemblement.

« L’antisémitisme, ça n’est pas l’affaire des juifs, c’est l’affaire de tous les Français », a souligné l’ancien président socialiste François Hollande, présent sur la place, tout comme son prédécesseur Nicolas Sarkozy.

« Ça suffit les croix gammées, les insultes », a dit le président du parti Les Républicains (droite), Laurent Wauquiez.

Outre le Premier ministre, plus de la moitié du gouvernement ainsi que des élus et personnalités de toutes obédiences politiques devaient prendre part à des rassemblements dans plusieurs villes de France.

De leur côté, les responsables des cultes (juif, catholique, protestant, orthodoxe, musulman, bouddhiste) et d’organisations laïques et de francs-maçons ont appelé au « sursaut des consciences » face à ces actes qui « meurtrissent la France tout entière ».

Un « échec » français

Visage fermé, kippa sur la tête, le président Macron s’était auparavant recueilli en début d’après-midi dans le cimetière juif de Quatzenheim, en Alsace, où près de 80 tombes ont été découvertes profanées dans la matinée. Il a à cette occasion déploré un « échec » français dans la lutte contre l’antisémitisme qu’il a qualifié de « négation de ce qui est la République et la France ».

« On prendra des actes, on prendra des lois et on punira », a promis le chef de l’Etat, la mine grave, dans le cimetière souillé de croix gammées bleues et jaunes.

Un acte « choquant » commis par de « sauvages antisémites », a dénoncé dans un communiqué le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, tandis qu’un de ses ministres appelait les juifs de France à émigrer vers l’Etat hébreu.

Avant même la profanation de mardi, les appels à manifester s’étaient multipliés pour dénoncer la recrudescence des actes antisémites en France ces derniers jours, comme ces insultes adressées samedi au philosophie Alain Finkielkraut par quelques manifestants gilets jaunes à Paris et la profanation des arbres plantés à la mémoire d’Ilan Halimi, un jeune juif torturé à mort en 2006.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Deux migrants venus de Côte d’Ivoire en route pour le col de l’Echelle. Au risque d’accidents s’ajoutent les menaces de l’extrême droite identitaire. © AFP.

    Dans les Alpes, les migrants fuient l’Italie de Salvini

  3. Pour la gauche en revanche, Steve Bannon est le diable en personne. Ce qui lui convient plutôt.

    Élections européennes: la méthode Steve Bannon

Chroniques
  • L’élection cachée

    Elections gâchées d’abord ; la première chose qui me frappe, dans la campagne nationale et européenne, c’est le poids de plus en plus lourd que pèsent les rumeurs, les fake news, les manipulations de toutes sortes. Plutôt que de mettre en avant un programme, les candidats se lancent dans des attaques plus ou moins masquées visant à discréditer l’adversaire. Un tel prendrait tel autre dans son équipe, lequel serait ceci ou cela… Il aurait dit que… L’argumentaire porte sur les intentions prêtées (ou volées), pas sur les propositions réelles et les actes. J’ai pointé l’importance que risque de jouer un personnage comme Steve Bannon dans la prochaine élection européenne  ; mais ce que Bannon joue à grande échelle (la manipulation, la désinformation, l’attaque personnelle…) est devenu le comportement de base.

    On aurait pu espérer que des élections rectorales dans une université se passent différemment ; les académiques et chercheurs, leurs étudiants, sont supposés...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite