Des milliers de personnes rassemblées à Paris contre l’antisémitisme

Des milliers de Français se sont rassemblés mardi pour protester contre une résurgence de l’antisémitisme dans leur pays, encore illustrée mardi par la profanation d’un cimetière juif dans l’est, répondant à un « appel au sursaut » lancé par des responsables politiques, religieux et associatifs.

« La République est un bloc », a lancé le président Emmanuel Macron, qui a déposé en début de soirée une couronne de roses blanches au Mémorial de la Shoah à Paris, en compagnie des présidents des deux chambres du Parlement.

«  Se rassembler, c’est nécessaire pour dénoncer ce qui n’est pas acceptable », a peu après déclaré le Premier ministre Edouard Philippe, l’une des nombreuses personnalités politiques à manifester aux côtés des anonymes dans des dizaines de villes, de Marseille à Strasbourg.

« Ça suffit ! »

Dans la capitale, c’est sur la place de la République qu’a afflué une large foule portant des pancartes « Non à la banalisation de la haine » ou « Ça suffit ! », le mot d’ordre de ce rassemblement.

« L’antisémitisme, ça n’est pas l’affaire des juifs, c’est l’affaire de tous les Français », a souligné l’ancien président socialiste François Hollande, présent sur la place, tout comme son prédécesseur Nicolas Sarkozy.

« Ça suffit les croix gammées, les insultes », a dit le président du parti Les Républicains (droite), Laurent Wauquiez.

Outre le Premier ministre, plus de la moitié du gouvernement ainsi que des élus et personnalités de toutes obédiences politiques devaient prendre part à des rassemblements dans plusieurs villes de France.

De leur côté, les responsables des cultes (juif, catholique, protestant, orthodoxe, musulman, bouddhiste) et d’organisations laïques et de francs-maçons ont appelé au « sursaut des consciences » face à ces actes qui « meurtrissent la France tout entière ».

Un « échec » français

Visage fermé, kippa sur la tête, le président Macron s’était auparavant recueilli en début d’après-midi dans le cimetière juif de Quatzenheim, en Alsace, où près de 80 tombes ont été découvertes profanées dans la matinée. Il a à cette occasion déploré un « échec » français dans la lutte contre l’antisémitisme qu’il a qualifié de « négation de ce qui est la République et la France ».

« On prendra des actes, on prendra des lois et on punira », a promis le chef de l’Etat, la mine grave, dans le cimetière souillé de croix gammées bleues et jaunes.

Un acte « choquant » commis par de « sauvages antisémites », a dénoncé dans un communiqué le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, tandis qu’un de ses ministres appelait les juifs de France à émigrer vers l’Etat hébreu.

Avant même la profanation de mardi, les appels à manifester s’étaient multipliés pour dénoncer la recrudescence des actes antisémites en France ces derniers jours, comme ces insultes adressées samedi au philosophie Alain Finkielkraut par quelques manifestants gilets jaunes à Paris et la profanation des arbres plantés à la mémoire d’Ilan Halimi, un jeune juif torturé à mort en 2006.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. L’idée serait de saluer festivement pour l’un, plus symboliquement pour l’autre, ces deux anniversaires successifs.

    Le Palais réfléchit: comment fêter symboliquement les 18 ans d’Elisabeth sans susciter de mauvaises interprétations?

  2. 1ere photo

    Sur les routes slovaques, à la recherche des acteurs du dumping social

  3. BRUXELLES, rencontre a la redaction avec les cinq candidats d ou

    Ils sont nouveaux en politique: «Si on ne s’engage pas maintenant, on va le regretter»

Chroniques
  • Visa pour la Flandre: nos ancêtres les… Bourguignons

    Et voilà un livre qui s’est vendu à 50.000 exemplaires en un mois de temps et est d’ores et déjà assuré d’une traduction en allemand et en anglais. Et voilà un auteur qui remplissait ce lundi une salle de 400 personnes à Strombeek-Bever, comme chaque jour de la semaine depuis un mois. Et voilà un travail décliné en podcasts d’une heure et demie sur Radio Klara et qui devrait faire l’objet de représentations en 2020 à la KBR, la Bibliothèque royale de Belgique.

    La raison de cet engouement ? De Bourgondiërs, le dernier opus de l’auteur Bart Van Loo qui a déjà enthousiasmé Flamands et Néerlandais par sa capacité à son Napoléon et son  Histoire chantée de la France. Il a travaillé pendant quatre ans à ce nouvel ouvrage de 600 pages, plongé dans les livres, dialogué avec les médiévistes pour se consacrer finalement à l’écriture avec, aux pieds, des baskets neuves sur lesquelles il a fait inscrire « Philippe Le Hardi ». Un accoutrement qui n’était...

    Lire la suite

  • Orban suspendu du PPE: petites punitions entre amis

    Et voilà donc le Fidesz, le parti du dirigeant hongrois Viktor Orban suspendu jusqu’à nouvel ordre. Le Parti Populaire Européen (PPE) sort, lui, ce jeudi de la position de Ponce Pilate qui a été la sienne durant des années, mais de façon assez hypocrite. Orban et son parti sont en effet publiquement déjugés mais il n’y a rien de définitif dans ce geste tardif posé, qui ne préfigure en rien d’une future exclusion.

    La logique « juridique » impose certes de donner un avertissement avant d’...

    Lire la suite