Anderlecht est «indigné» par la saisie des avoirs par Mogi Bayat et va porter l’affaire devant la justice

©Photonews
©Photonews

L’agent de joueurs Mogi Bayat, une des figures clé dans l’opération « Mains Propres » que la justice belge a entrepris dans le football belge, a fait procéder mardi à une saisie des avoirs du RSC Anderlecht. Le club de Pro League a réagi par voie de communiqué de mardi soir, se déclarant « indigné » par cette procédure. Il ajoute qu’il continuera à se porter partie civile dans ce dossier judiciaire et qu’il n’effectuera les paiements dus que lorsque toute la clarté sur les transactions de transfert sera faite. Le RSCA conclut qu’il « n’a d’autre choix que de défendre ses droits devant les tribunaux. »

À la suite du scandale qui a éclaté en octobre dernier dans le football belge et de l’opération « Mains Propres » qui a été lancée par la justice belge, le Sporting d’Anderlecht avait décidé de ne payer les agents de joueur « qu’en cas de transparence totale sur l’ensemble des transactions de transfert et sur la société qui établit la facture ». Le club avait aussi décidé de se porter partie civile dans le dossier.

« Dans le cas de Mogi Bayat, il existe – en raison d’un manque de transparence – des doutes quant à certains transferts qu’il a exécutés à titre de mandataire du RSC Anderlecht. Le club en a informé Bayat, tout comme les conséquences, à savoir une suspension de paiement jusqu’à ce que toute la clarté soit faite sur toutes les transactions de transfert », écrit le RSCA.

À la suite de cette décision, Mogi Bayat a donc décidé d’agir en faisant saisir et bloquer les sommes qu’il estime lui être dues.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles ont durablement marqué le pays, jusque dans ses procédures judiciaires.

    Comment les attentats du 22 mars ont changé la justice

  2. belgaimage-91136168-full

    In memoriam: les portraits des victimes du 22 mars

  3. POLITICS NEUFCHATEAU LOCAL ELECTIONS FRAUD

    Dimitri Fourny inculpé: une catastrophe pour le CDH

  • 22 mars 2016: temps des victimes, temps judiciaire

    Le temps est un redoutable ennemi. Il affaiblit insidieusement mais inéluctablement la compassion due aux victimes des attentats du 22 mars 2016 mais permet aussi à la société belge de tourner lentement l’une des pages les plus sombres de son histoire. Les commémorations qui auront lieu aujourd’hui ont cette utilité magique : raviver la solidarité à l’égard des victimes et inviter notre société à ne pas tourner la page trop vite en oubliant ce que fut ce matin tragique du 22 mars.

    Trois ans pour...

    Lire la suite