USA: le Congrès enquête sur un possible conflit d’intérêts autour de Donald Trump

© Reporters
© Reporters

La Chambre des représentants enquête pour déterminer si le président américain Donald Trump s’active pour vendre une technologie nucléaire sensible à l’Arabie saoudite, pour le plus grand profit de certains de ses soutiens aux Etats-Unis.

La commission de la chambre basse du Congrès chargée de cette enquête a indiqué mardi que «plusieurs lanceurs d’alerte» avaient mis en garde contre des conflits d’intérêts «qui pourraient être du ressort du droit pénal fédéral». Les Etats-Unis ne peuvent légalement transférer leur savoir-faire nucléaire vers des pays tiers sans garantie d’un usage pacifique de cette énergie.

Des intérêts commerciaux privés

Elijah Cummings, président de la commission de Contrôle et de Réforme, a donc demandé des documents à la Maison-Blanche, en particulier ceux portant sur une rencontre deux mois après l’investiture de Donald Trump entre son gendre et proche conseiller Jared Kushner et Mohammed ben Salmane qui, peu après, est devenu le tout-puissant prince héritier saoudien.

Un rapport préliminaire de cette commission a relevé que de «forts intérêts commerciaux privés» avaient «fait pression de manière agressive» pour obtenir ce transfert de technologie sensible.

Une arme nucléaire ?

«Ces entités commerciales engrangeraient des milliards de dollars grâce aux contrats liés à la construction et à l’opération d’infrastructures nucléaires en Arabie saoudite -et ont semble-t-il eu des contacts proches et répétés avec le président Trump et avec son administration jusqu’à ce jour», a noté la commission.

Or la commission de la Chambre des représentants, contrôlée par les démocrates, craint que l’Arabie saoudite ne se serve de cette technologie américaine pour fabriquer une arme nucléaire.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Didier Reynders entend suivre la position de longue date de la Belgique
: motus.

    Armes nucléaires: Reynders confirme qu’il ne confirme pas

  2. Les ministres des finances des sept plus grandes puissances (Allemagne, Canada, États-Unis, France, Italie, Japon et Royaume-Uni) se sont réunis ces 17 et 18 juillet à Chantilly (France).

    G7: les Européens cèdent du terrain sur la taxe Gafa

  3. d-20190501-3TNP55 2019-05-01 18:55:26

    La Belgique, terre promise de la radio 2.0

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Bruxelles: un accord rouge, vert, raisonnablement ambitieux

    Un accord de gouvernement, c’est un acte par lequel des élus s’engagent envers les citoyens, pour cinq ans. Au moment de sa rédaction, il peut être jugé à l’aune de son ambition et de ses priorités. A cet égard, le texte conclu par les six partis de la majorité bruxelloise affiche clairement les couleurs. Rouge et verte.

    La ville se fracture, entre pauvres et riches, que relient de moins en moins ces classes moyennes tentées par l’exode urbain. Les indicateurs se dégradent : le nombre d’enfants...

    Lire la suite