Batibouw s’offre une cure de jouvence

Batibouw ouvre ses portes sur fond de conjoncture favorable pour la construction et la rénovation. Pourvu que ça dure...
Batibouw ouvre ses portes sur fond de conjoncture favorable pour la construction et la rénovation. Pourvu que ça dure... - pierre-yves thienpont.

La construction de logements se porte bien en Belgique (surtout en Flandre). Les carnets de commandes des entrepreneurs débordent. Le secteur manque cruellement de main-d’œuvre qualifiée. La rénovation continue à bien marcher. La démolition-reconstruction, pareil.

Les temps sont à la construction, oui, oui, mais à la construction verte, ou écologique, un terme qui est redevenu (très) à la mode, surtout depuis que des jeunes brossent les cours pour défiler dans les rues (et qu’Ecolo a remporté les dernières élections… et se place en futur grand vainqueur des suivantes).

Les tuiles, ardoises, briques, robinets, pommeaux de douche, vannes thermostatiques, carrelages, planchers, interrupteurs, systèmes d’alarme, portes de garage, mobiliers de jardin, taques de cuisson, fenêtres, châssis, tout, tout, absolument tout est devenu, comme par magie, le plus grand défenseur de l’environnement.

Aujourd’hui, il faut é-li-mi-ner les déchets et les nuisances liés à la construction, l’un des secteurs les plus polluants pour l’air qu’on respire, et re-cy-cler un maximum. Le cradle to cradle est entré dans le langage courant (ou presque), on construit des logements modulables dans le temps, histoire d’éviter de devoir démolir pour reconstruire parce qu’une famille se réduit ou s’agrandit.

La configuration des lieux où l’on vit change. On vit plus vieux et en meilleure forme, on se sépare plus qu’avant, on n’a plus honte de rester célibataire. Conséquence : il faut des logements plus petits sans négliger toutefois les plus grands car il faut aussi loger ceux qui se remettent en ménage et pratiquent la multiplication des enfants. Mais ces logements doivent rester accueillants et fonctionnels. Equation pas facile à résoudre.

Les permis (de bâtir, de rénovation…) sont toujours aussi longs à obtenir mais les communes promettent de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour accélérer le tempo.

Aujourd’hui, grâce à internet, on peut tout contrôler : les fréquentations de son conjoint, mais aussi, moins peps, son chauffage, la consommation de sa machine à laver ou la contenance de son frigo. L’outillage ne cesse de se développer avec des produits dont la majorité des bricoleurs ne soupçonnent même pas l’existence. La liste est encore longue.

Bienvenue à Batibouw.

Sur le même sujet
BatibouwRénovationBelgique
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le carnaval d’Alost suscite à nouveau la polémique.

    Carnaval d’Alost: le gouvernement israélien entre dans la polémique

  2. «
Le racisme est un poison, la haine est un poison. Et ce poison existe dans notre société
», a déploré la chancelière Angela Merkel, jeudi matin à Berlin.

    Double fusillade en Allemagne: un terrorisme qui vise la guerre civile

  3. Air connu
: «
La norme sociale est défaillante en Belgique. Les conducteurs ont trop tendance à se vanter de rouler vite. L’image de la vitesse au volant est trop positive
».

    Le Belge est toujours addict à la vitesse

La chronique
  • Parce que le racisme tue…

    A ceux qui se demanderaient pourquoi développer des plans de lutte contre le racisme, pourquoi réguler les propos haineux, pourquoi s’indigner, condamner et aussi poursuivre ceux qui stigmatisent l’autre, le traitent comme un inférieur, à ceux qui s’étonnent qu’on ne trouve pas drôles les saluts nazis ou les caricatures antisémites fussent-ils servis en plat de résistance dans un restaurant ou sur un char dans un cortège, l’Allemagne apporte, hélas à nouveau,...

    Lire la suite