Batibouw s’offre une cure de jouvence

Batibouw ouvre ses portes sur fond de conjoncture favorable pour la construction et la rénovation. Pourvu que ça dure...
Batibouw ouvre ses portes sur fond de conjoncture favorable pour la construction et la rénovation. Pourvu que ça dure... - pierre-yves thienpont.

La construction de logements se porte bien en Belgique (surtout en Flandre). Les carnets de commandes des entrepreneurs débordent. Le secteur manque cruellement de main-d’œuvre qualifiée. La rénovation continue à bien marcher. La démolition-reconstruction, pareil.

Les temps sont à la construction, oui, oui, mais à la construction verte, ou écologique, un terme qui est redevenu (très) à la mode, surtout depuis que des jeunes brossent les cours pour défiler dans les rues (et qu’Ecolo a remporté les dernières élections… et se place en futur grand vainqueur des suivantes).

Les tuiles, ardoises, briques, robinets, pommeaux de douche, vannes thermostatiques, carrelages, planchers, interrupteurs, systèmes d’alarme, portes de garage, mobiliers de jardin, taques de cuisson, fenêtres, châssis, tout, tout, absolument tout est devenu, comme par magie, le plus grand défenseur de l’environnement.

Aujourd’hui, il faut é-li-mi-ner les déchets et les nuisances liés à la construction, l’un des secteurs les plus polluants pour l’air qu’on respire, et re-cy-cler un maximum. Le cradle to cradle est entré dans le langage courant (ou presque), on construit des logements modulables dans le temps, histoire d’éviter de devoir démolir pour reconstruire parce qu’une famille se réduit ou s’agrandit.

La configuration des lieux où l’on vit change. On vit plus vieux et en meilleure forme, on se sépare plus qu’avant, on n’a plus honte de rester célibataire. Conséquence : il faut des logements plus petits sans négliger toutefois les plus grands car il faut aussi loger ceux qui se remettent en ménage et pratiquent la multiplication des enfants. Mais ces logements doivent rester accueillants et fonctionnels. Equation pas facile à résoudre.

Les permis (de bâtir, de rénovation…) sont toujours aussi longs à obtenir mais les communes promettent de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour accélérer le tempo.

Aujourd’hui, grâce à internet, on peut tout contrôler : les fréquentations de son conjoint, mais aussi, moins peps, son chauffage, la consommation de sa machine à laver ou la contenance de son frigo. L’outillage ne cesse de se développer avec des produits dont la majorité des bricoleurs ne soupçonnent même pas l’existence. La liste est encore longue.

Bienvenue à Batibouw.

Sur le même sujet
BatibouwRénovationBelgique
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La mort tragique de George Floyd, dont les manifestants scandent le nom - ici, en sit-in à Raleigh, en Caroline du Nord -, aura servi de catalyseur à une colère grandissante.

    Etats-Unis: un déferlement de violence, exutoire aux failles de la société

  2. 700 personnalités prônent une taxe sur les transactions financières, un recours aux moyens de la BCE et des banques et assurances pour financer la relance.

    «On peut financer la relance sans argent des Etats»

  3. Il y a quelques jours, le Bois de la Cambre a été partiellement rouvert au trafic des voitures.

    Après la solidarité, le partage?

La chronique
  • Après la solidarité, le partage?

    Il est des débats dont personne ne sort gagnant. Ni l’objet, ni les participants, ni les intéressés. Des refrains qui deviennent des ritournelles. Le disque s’use, s’enraye, s’épuise, et finalement se reprend et repart. La ritournelle… Celle de la fusion des polices locales bruxelloises, après certains faits divers, pas tous, sans que l’on sache vraiment pourquoi parce que ni le manque de dialogue ni l’absence de concertation entre zones n’est une cause identifiée du problème… Celle de la négation ou mise sous tutelle d’une Région qui n’en serait pas vraiment une lorsque Bruxelles se fait trop complexe, trop encombrante, trop entreprenante dans une politique d’enseignement, de culture ou de petite enfance. Celle d’une ville morcelée entre des baronnies, aux nobles seigneurs (les bourgmestres), privilégiant leur once de pouvoir à l’efficacité de l’action publique.

    Celle d’une capitale qui mériterait bien peu son titre, parce qu’inhospitalière pour les autres habitant(e)s du Royaume que les sien(ne)s, ingrate envers celles et ceux qui, au-delà de ses frontières, la font vivre. Ces couplets-...

    Lire la suite

  • «Je suis un jeune noir… Chaque jour, je suis chassé comme une proie»

    « Fils, je t’écris dans ta quinzième année. (…) Être noir, c’est comme être nu face aux éléments, face aux armes à feu, face aux coups de poing, aux couteaux, au crack, au viol et à la maladie. Cette nudité n’a rien d’une erreur, rien de pathologique. Elle n’est que le résultat logique et volontaire d’une politique, la conséquence prévisible de ces siècles passés à vivre dans la peur. À l’époque de l’esclavage, la loi ne nous protégeait pas. Aujourd’hui – à ton époque – la loi est devenue une excuse pour pouvoir t’arrêter et te fouiller. (…) C’est le système qui a fait de ton corps un...

    Lire la suite