Batibouw 2019: Eggo, du sur-mesure pour des espaces plus exigus

Dans cet article
De nos jours, l’espace cuisine se rétrécit, mais pas ce qu’on doit y ranger. Chez Eggo, Frédéric Taminiaux et ses équipes cherchent à rentabiliser le moindre espace.
De nos jours, l’espace cuisine se rétrécit, mais pas ce qu’on doit y ranger. Chez Eggo, Frédéric Taminiaux et ses équipes cherchent à rentabiliser le moindre espace. - D.R.

Le choix de la cuisine de ses rêves revêt souvent une valeur émotionnelle. Lors du premier contact avec son client, le conseiller va assurer le design, le choix des équipements, discuter avec lui des modalités avant de conclure la vente. Mais encore faut-il en assurer le suivi. « Après deux à trois années de croissance, nous nous sommes rendu compte en 2009 qu’il était temps de nous réinventer…, explique Frédéric Taminiaux, CEO d’Eggo. Après avoir ouvert 40 magasins, nous nous sommes trouvés face à des enjeux logistiques non négligeables : passer de 2.000 à 10.000 cuisines. Je peux vous dire que cela a été palpitant ! »

En 2014, Eggo décide de mettre sur pied un nouveau service clients de 40 personnes qui gère toutes les commandes en Belgique. Il implémente de nouveaux logiciels, forme son personnel, clarifie et reprécise les responsabilités de chacun. Le conseiller est responsable de la conception. Mais une fois qu’il a finalisé la vente, c’est le service clients qui prend le relais et planifie la livraison puis l’installation, assure le contrôle qualité. Chaque client bénéficie d’un gestionnaire comme point de contact privilégié. Entre une signature et une livraison, il faut compter six à sept semaines.

Le cuisiniste mise sur une politique de volume… et de prix très serrés. « On a des promos chaque mois mais on ne va pas plus loin. Pas question donc de beaucoup discuter des prix, rappelle Frédéric Taminiaux. Notre prix de vente moyen est largement en dessous des 10.000 euros pour une cuisine tout compris : électro, plan de travail, livraison, pose. Mais il y a bien sûr des conditions parfois exceptionnelles, comme lors du salon Batibouw… »

Les grandes tendances

En préparation à Batibouw, analyser les tendances reste une priorité. « Nous avons constaté que certaines d’entre elles se maintiennent : le blanc et le bois, l’envie de profiter d’un îlot central où se retrouver… Un besoin existe de se reconnecter en famille et la cuisine joue toujours très bien ce rôle. Cette année, le mat prend le pas sur le brillant, le noir et le marbre ont la cote », ajoute encore le CEO d’Eggo.

Le digital est de plus en plus présent dans les habitudes des consommateurs. Plus de 80 % des clients commencent leur parcours en ligne. Eggo continue à investir dans un configurateur dont les algorithmes vont aider l’internaute à cocréer sa cuisine avant de la finaliser en magasin.

Une étude récente de Comeos sur le marché belge de la cuisine, dont un des sujets est la forte diminution de la surface moyenne des constructions neuves en Belgique, montre que si celle-ci s’élevait à 125 m2 fin des années 90, elle tourne aujourd’hui autour de 90-95 m2. Mais le nombre d’éléments à y intégrer n’a pas diminué, que du contraire ! « Il y a dès lors un défi énorme à relever qui est celui de l’optimisation de cet espace dans des environnements urbains toujours plus exigus, explique le patron. Un grand classique de l’espace non optimisé est typiquement la soupente, le sous-escalier. Ce constat nous a amené à nous lancer dans la réalisation de placards, d’autres solutions de rangement sur mesure. »

Eggo entend se positionner dans le moyen de gamme de qualité face à des concurrents tels qu’Ikea, Camber… en proposant du « full » sur-mesure à des prix abordables. Aujourd’hui, cette activité représente moins de 10 % de son chiffre d’affaires mais, à terme, elle devrait augmenter. La société a également beaucoup travaillé sur l’aménagement de buanderies. A Batibouw, un nouveau produit sera proposé. Il s’agit d’un meuble qui soutient le lave-linge et le sèche-linge en hauteur et qui repose sur une structure métallique invisible.

L’année dernière, Eggo a installé environ 16.000 cuisines et un peu moins de 3.000 placards. Cette diversification dans l’aménagement de la maison devrait faire revenir le client plus souvent. Car le Belge ne change en moyenne de cuisine que… tous les 17 ans…

Curriculum

Par Brigitte De Wolf

Une croissance rapide

Eggo a ouvert son premier magasin en mars 2007. Derrière cette success story, on retrouve le premier magasin d’électroménager ouvert par le paternel dans la région de Namur en 1979. En 2006, Eggo met sur pied une équipe de 15 personnes composée de divers spécialistes, éclairagistes, architectes, architectes d’intérieur. Un an plus tard, quatre magasins sont ouverts. La nouvelle entité a connu une croissance rapide avec 40 nouveaux magasins, trop rapide par rapport à ce que la chaîne Eurocenter qui la finançait pouvait supporter. La crise de 2008 sonne le glas. Un plan de sauvetage sera alors mis sur pied. Il permettra à Eggo de devenir, au fil du temps, le fer de lance du groupe.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour 3,3 médecins partant à la retraite un seul est formé pour le remplacer.

    Ça se confirme: la Belgique va bien manquer de médecins généralistes

  2. Les passagers dans une gare de Wuhan sont passés au détecteur de température par infrarouge.

    Le nouvel an chinois en quarantaine pour endiguer le coronavirus

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite

  • Fume, c’est du belge…

    Avec sa profession de foi unitariste, Georges-Louis Bouchez vient de rendre un double service au Roi : le tout nouveau président du MR sert en effet d’un côté le core business royal en prônant un retour inespéré à la bonne vieille Belgique unitaire et, de l’autre, il donne au souverain une bonne raison de remercier deux informateurs qui pourraient revenir bredouilles au Palais. L’informateur royal vient en effet de s’égarer dans les pages du magazine Wilfried car un informateur, ça ne cause pas, ça négocie. Le jeune homme l’a...

    Lire la suite