Batibouw 2019: primes énergie et rénovation: les régimes et les nouveautés attendus pour 2019

Dans cet article
Les primes visent différentes rénovations.
Les primes visent différentes rénovations. - Pablo Garrigos

En Belgique, chaque Région possède son propre dispositif de primes et aides à la rénovation. Cette année encore, plusieurs modifications ont été apportées au régime en vigueur à Bruxelles alors que son équivalent wallon s’apprête à connaître une réforme plus importante au printemps. De manière globale, ces quelques ajustements poursuivent souvent les mêmes objectifs : stimuler l’amélioration des logements. Dans chaque cas, l’octroi des primes nécessite cependant de remplir certaines conditions, notamment en matière de revenus annuels, de caractéristiques ou affectation du bien, ou encore de nature des travaux. Plusieurs de ces critères ont néanmoins été élargis au fil du temps ou le seront prochainement.

Focus sur les montants en vigueur, les dernières évolutions mises en place à Bruxelles et la réforme qui attend les Wallons.

Wallonie: une réforme imminente

Par Marie-Eve Rebts

En Wallonie, un audit du logement permettra d’organiser le phasage des travaux.
En Wallonie, un audit du logement permettra d’organiser le phasage des travaux. - Roger Milutin

En Wallonie, la réforme des primes énergie et rénovation annoncée pour 2019 devrait entrer en vigueur le 1er  avril. Ses ambitions sont de stimuler les rénovations énergétiques grâce à des procédures plus simples mais aussi des travaux plus cohérents. Un des changements majeurs sera l’obligation pour les demandeurs de faire appel à un auditeur agréé qui établira une feuille de route rassemblant tous les travaux à réaliser (y compris ceux de salubrité, stabilité, etc.) et dans quel ordre. Ce phasage des étapes vise à optimiser la rénovation en empêchant, par exemple, de placer une chaudière performante si l’habitation n’a pas été isolée au préalable.

Une seule requête

Autre nouveauté : une fois l’audit réalisé, le demandeur ne devra plus introduire qu’une seule requête auprès d’un guichet unique pour toutes ses primes. Cela permettra non seulement de faciliter les démarches, mais aussi de gagner du temps. Les nouvelles primes devraient également offrir des conditions d’accès élargies à davantage de demandeurs, et les montants pour l’isolation devraient être recalculés selon l’économie d’énergie apportée. 2019 sera également l’année lors de laquelle le Renopack va absorber l’Ecopack, c’est-à-dire que ces deux prêts à tempérament 0 % ne formeront plus qu’un.

Outre cette fusion, on souligne aussi d’autres changements comme le préfinancement des primes, l’augmentation du plafond de 30.000 à 60.000 euros et le passage de la durée maximale de 15 à 30 ans. Des prêts à taux zéro verront aussi le jour pour financer l’adaptation d’un logement au handicap ou encore les frais d’achat d’un premier logement.

Cette réforme devrait globalement encourager et faciliter les rénovations, mais « sa réussite dépendra en grande partie de la qualité du travail des auditeurs, car ils seront à la base de tout, souligne Nicolas Spies, conseiller énergie & qualité à la Confédération construction wallonne. Par la suite, il faudra aussi continuer à travailler sur la sélection qualitative des entreprises qui réalisent les travaux, notamment dans des domaines pour lesquels il n’y a pas d’accès à la profession – l’isolation par exemple. »

Bruxelles: budget revu à la hausse

Par Marie-Eve Rebts

En 2019, la Région de Bruxelles-Capitale conserve le même régime de primes énergie, auquel quelques modifications et nouveautés ont été apportées. Depuis le 1er janvier, les Bruxellois disposent par exemple d’une nouvelle prime de chauffage appelée C8. Celle-ci est réservée aux ménages les plus précaires et prévoit un budget de 100 euros pour le contrôle périodique des appareils au gaz (chaudière ou chauffe-eau).

L’enveloppe totale consacrée aux primes énergie étant passée de 15 à 18 millions d’euros pour 2019, certains montants ont aussi été revus à la hausse. Après l’augmentation de la prime B1 réservée à l’isolation du toit en 2018, c’est ainsi au tour des primes B2 et C1 d’être gonflées cette année. La première concerne l’isolation des murs par l’extérieur alors que la C1 est réservée au remplacement des chaudières. On note aussi parmi les quelques changements que les primes énergie incluent désormais les extensions de bâtiments, peu importe qu’il s’agisse de rénovation lourde ou simple.

Pour plus de clarté et de simplicité, les catégories des revenus des ménages ont été alignées sur celles des primes à la rénovation. Celles-ci couvrent toujours 30 à 70 % du montant pour divers travaux comme ceux d’égouttage et de stabilité, ou encore ceux concernant la toiture, les châssis, les traitements contre l’humidité ou la mérule, etc. Les détails sont consultables sur le site logement.brussels.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite