Didier Reynders était bien «à la manœuvre» sur les fonds libyens, selon plusieurs députés

Didier Reynders (MR).
Didier Reynders (MR). - Belga.

Les réactions politiques ne se sont pas fait attendre, mercredi, après la publication par Le Soir d’une lettre de Didier Reynders (MR). Dans cette missive à son homologue libyen datant de 2012, le ministre des Affaires étrangères évoquait pêle-mêle les enjeux du « dégel » éventuel de fonds libyens détenus dans des banques belges et le sort d’entreprises qui réclamaient un paiement. Parmi les huit sociétés se trouvait CK Technology, une entreprise de Visé qui construit des stands de tir, mais qui ne pouvait matériellement pas demander de l’argent à la Libye, comme révélé dans nos colonnes.

« M. Reynders a toujours déclaré ne pas être intervenu dans le dossier du dégel des fonds libyens, souligne le chef de file d’Ecolo à la Chambre, Georges Gilkinet. On voit pourtant avec son courrier aux autorités libyennes qu’il était au carrefour de la question. » Et de poser une série de questions : « Quel est le contenu des discussions qu’il a pu avoir avec les autorités libyennes préalablement à l’envoi de ce courrier ? Quelle a été la réponse apportée par le pouvoir libyen à ce courrier ? Les entreprises belges ont-elles in fine été remboursées ? Le dégel des fonds était-il une condition fixée par les Libyens pour ce faire ? »

La lettre de Didier Reynders interroge profondément Georges Dallemagne (CDH) : « On voit bien qu’il y a eu une démarche proactive du ministre. Il explique qu’il a joué le rôle d’une simple “boîte aux lettres”, pourtant il ne fait pas que remettre une liste d’entreprises belges : c’est lui qui attire l’attention des Libyens sur les avoirs détenus chez nous. » Le député humaniste « s’interroge également sur la chronologie »  : « La lettre date d’août 2012. C’est-à-dire qu’elle est antérieure de seulement 3 mois à la libération des intérêts des fonds libyens », une décision rendue possible par l’administration belge et aujourd’hui jugée illégale par un panel d’experts de l’ONU.

« On voit bien que c’est Didier Reynders qui était à la manœuvre sur ces questions », conclut Georges Dallemagne.

Paul-Olivier Delannois, pour le Parti socialiste, juge rudement « l’attitude scandaleuse » du ministre libéral : « Cela fait des mois qu’on lui demande ce qu’il a posé comme actes dans ce dossier. Et cela fait des mois qu’il nous répète qu’il n’y a rien dans le dossier. » M. Delannois vise également l’autre figure du MR : « Il y en a un autre qui se moque de nous, c’est Charles Michel. Il nous répète que le prince Laurent, qui cherche à se faire rembourser un investissement en vertu d’une décision de justice, est traité comme tout citoyen. Mais avec cette lettre on a la preuve que le prince n’est pas traité comme tout le monde : il est traité moins bien que les autres ! Et ce, quoi qu’on puisse penser du prince… »

Cette lettre de Didier Reynders est franchement « perturbante », pour le président de Défi, Olivier Maingain. « Elle démontre que le dossier des fonds libyens ne relevait pas d’une simple gestion purement administrative, comme on nous l’a souvent affirmé. » M. Maingain pose la question de savoir si « un ministre des Affaires étrangères prudent n’aurait pas dû, avant d’écrire cette lettre aux Libyens, prendre la précaution d’en référer aux Nations unies ? Car il ne s’agissait pas d’une notion anodine. M. Reynders a été très actif, tant sur le volet des entreprises belges qu’en Libye », constate le député fédéral amarante.

Le député fédéral PTB Marco Van Hees a choisi Twitter pour livrer son ressenti : « Pour libérer quelques millions à des sociétés belges, Didier Reynders a-t-il fait libérer quelques milliards à des milices libyennes ? »

Dirk Van der Maelen (SP.A) avait (comme d’autres élus) demandé à la Chambre si M. Reynders avait plaidé en faveur d’entreprises belges auprès des Libyens. « Il ne peut plus cacher qu’il n’a rien fait pour cela », a déclaré le socialiste flamand dans les colonnes du Morgen, qui publiait également le contenu de la lettre dans son édition du jour.

Les travaux se poursuivent à la Chambre

Les suites politiques ? La commission des Finances a acté ce matin la suite de ses travaux. Elle entendra le 15 mars les avocats et experts Robert Wtterwulghe (WATT Legal) et Jean-Pierre de Bandt (Linklaters), qui ont assisté le prince et son ex-ASBL dans sa quête de remboursement. Seront aussi invités à témoigner : Frans Godts, ex-responsable de la cellule embargos à la Trésorerie belge ; Alexandre De Geest, l’actuel administrateur-général de la Trésorerie, et – s’il accepte de revenir – son prédécesseur Marc Monbaliu à huis-clos.

Les députés ont finalement acté la « décision de principe » d’entendre les (ex-)ministres concernés, Steven Vanackere (ex-Finances, CD&V) et Didier Reynders. Mais à une date ultérieure.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre nouvelles plaintes ont été déposées contre les pratiques publicitaires en ligne de Google et de l’IAB (Internet Advertising Bureau).

    RGPD: la pub en temps réel sur le web est-elle illégale?

  2. Song Ji Won est l’une des deux candidates à jouer le concerto de Sibelius.

    Du côté des concertos du Reine Elisabeth: concerto pour violon en ré mineur de Jean Sibelius op. 47

  3. pions

    Jeu de l’oie: comment on forme (et déforme) des gouvernements après les élections

Chroniques
  • Les enjeux du tirage au sort de citoyens

    L’idée d’instituer des parlements de citoyens tirés au sort a gagné du terrain, au point d’être reprise à des degrés divers par la plupart des partis politiques. Des listes «citoyennes» en font même un élément central de leur programme, tandis que des intellectuels au départ réticents se disent à présent favorables à ce procédé. Les sondages d’opinion, eux, montrent que la population est plus hésitante, mais il est hors de doute que l’idée a le vent en poupe.

    Il importe d’autant plus d’en clarifier le sens. On présente généralement le tirage au sort comme un moyen d’impliquer les citoyens dans la vie démocratique, de leur permettre de participer davantage à la prise de décision, et on le range souvent du côté de la démocratie directe, comme une alternative à la démocratie représentative.

    ...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite