Deux cardinaux condamnent «le fléau de la cause homosexuelle» dans l’Eglise

© Photo News
© Photo News

Deux cardinaux traditionalistes ont appelé mercredi les évêques participant à un sommet du pape sur «la protection des mineurs» à condamner «le fléau de la cause homosexuelle» dans l’Eglise. «Le fléau de la cause homosexuelle s’est propagé à l’intérieur de l’Eglise, promu par des réseaux organisés et protégé par un climat de complicité et la conspiration du silence», dénoncent ces cardinaux, l’Américain Raymond Burke et l’Allemand Walter Brandmüller.

Les deux cardinaux s’insurgent surtout de voir «l’horrible crime des abus sur mineurs» expliqué par «le cléricalisme» et non par «le mal qui corrompt certains cercles de l’Eglise». L’expression est prisée par le pape François pour décrire une forme d’abus de pouvoir exercé en vase clos par des évêques et prêtres, perdant de vue leur véritable mission auprès des fidèles.

Nouveau scandale au sein de l’Eglise catholique américaine: 300 prêtres accusés de pédophilie

Les deux prélats gardiens intransigeants du dogme catholique sont les survivants d’un groupe de quatre cardinaux qui avaient contesté avec force en 2016 les ouvertures du pape François en faveur de la communion de certains divorcés remariés.

Les présidents de 114 conférences épiscopales de tous les continents se retrouvent de jeudi à dimanche prochain au Vatican, à l’appel du pape François.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 13 - Groekie - PXL Tech

    Notre assiette est promise à un avenir végétarien

  2. Abdelkader et Meriem ne sont pas trop de deux pour nourrir quotidiennement près de 500 migrants et sans-abri.

    Dans les pas de «Notre-Dame de la gare du Nord»

  3. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite