Enquête sur un trafic de visas humanitaires: Francken n’a pas signé l’instruction pour délivrer les visas

© Pierre-Yves Thienpont
© Pierre-Yves Thienpont

L’ex-secrétaire d’Etat à l’Asile et aux Migrations Theo Francken (N-VA) n’a pas signé les listes de visas humanitaires octroyés à des chrétiens de Syrie avec le concours Melikan Kucam, soupçonné d’avoir facilité la délivrance de visas humanitaires moyennant d’importantes sommes d’argent. L’instruction pour octroyer un visa a été délivrée par le cabinet au consulat à Beyrouth, a indiqué mercredi en commission de l’Intérieur de la Chambre la ministre de l’Asile et des Migrations Maggie De Block.

«  L’instruction pour octroyer un visa a été délivrée par le cabinet et contrairement aux instructions dans le cadre de la réinstallation, ces listes n’ont pas été signées par le secrétaire d’Etat », a indiqué Mme De Block.

Pour les députés Servais Verherstraeten (CD&V) et Georges Dallemagne (CDH), ce n’est pas légal. « Ces listes n’ont pas non plus été fournies par enveloppes fermées mais envoyées à partir d’une boîte mail d’un collaborateur du cabinet », a ajouté Mme De Block. «  La voie hiérarchique parcourue par ces listes ne peut être déduite des courriels à l’Office des étrangers », a-t-elle précisé.

La ministre De Block a également informé mercredi la commission qu’à leur arrivée en Belgique, les chrétiens de Syrie ayant obtenu un visa avec le concours de M. Kucam, n’ont pas été enregistrés. «  Les personnes étaient libres à leur arrivée en Belgique de demander une protection internationale et une grande partie l’a fait ; une partie ne l’a pas (encore) », a-t-elle expliqué. «  On pense qu’une partie de ces personnes se trouve aujourd’hui à l’étranger », a-t-elle précisé. Certaines n’ont laissé aucune trace. Elles peuvent circuler dans l’espace Schengen.

Le parlement se demande sur la base de quels critères ces chrétiens de Syrie ont pu venir en Belgique alors que la politique discrétionnaire du ministre compétent, qui doit rester exceptionnelle, est censée se fonder sur des critères de vulnérabilité. «  Ce n’est pas clair contrairement aux autres procédures comme la réinstallation », a indiqué la ministre dans l’attente des conclusions de l’enquête administrative diligentée à cet effet.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les profs auraient-ils le blues
?

    Les enseignants font corps mais se sentent incompris

  2. Alexandre Hart au moment des faits. Ici avec sa maman.

    Procès Valentin: que fait-on des détenus «étiquetés» psychopathes?

  3. «
Notre crise est culturelle, une crise de civilisation, une crise de l’excès.
»

    Climat: à la recherche de nouveaux sens

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite

  • Identité de genre: un progrès qui demande de la pédagogie

    La Belgique est un pays très progressiste, notamment pour ce qui relève de la vie intime des individus. Droit à l’avortement et à l’euthanasie, mariage gay, adoption par des couples homosexuels, procréation assistée : dans tous ces domaines, des associations ont combattu pour décrocher des droits que des hommes et des femmes politiques ont bétonnés en votant des lois. Cela nous semble relever du luxe ou de l’abstraction, jusqu’au jour où la vie ou la mort nous rattrape. On loue alors ceux qui ont pris ces risques, défendu des causes...

    Lire la suite