France: les comptes bancaires de Benalla épinglés par la cellule anti-blanchiment

© Bertrand Guay
© Bertrand Guay

Dans le viseur de la justice, Alexandre Benalla a éveillé l’attention de Tracfin, la cellule antiblanchiment du ministère français des Finances, pour avoir reçu pour 18.500 euros de chèques de son ami Vincent Crase avant et pendant la présidentielle de 2017, selon une note dont a eu connaissance l’AFP.

Cette note est depuis peu dans les mains des juges d’instruction parisiens en charge du dossier qui vaut à l’ex-collaborateur du président Emmanuel Macron et à son ami Vincent Crase, ancien employé du parti La République En Marche, d’être mis en examen pour des violences le 1er mai à Paris, selon une source proche du dossier. En passant à la loupe les trois comptes bancaires d’Alexandre Benalla sur la période de janvier 2016 à octobre 2018, les enquêteurs de Bercy ont remarqué deux chèques signés de Vincent Crase, pour un total de 18.500 euros, selon cette note dont a eu également connaissance L’Obs.

Le premier chèque daté du 21 juin 2016 porte sur une somme de 8.000 euros. À l’époque, les deux amis ne sont pas encore au service de la sécurité de la campagne d’Emmanuel Macron. Tous deux évoluent en revanche de longue date dans la protection privée. Le second dépôt, de 10.500 euros, intervient le 21 février 2017, cette fois en pleine campagne présidentielle. Alexandre Benalla est alors embauché depuis l’automne 2016 par le mouvement En Marche ! pour assurer la sécurité d’Emmanuel Macron, avec un salaire de 3.500 euros nets. Dans la foulée, il y fait rentrer son fidèle ami, qui devient prestataire sécurité pendant la campagne puis salarié du parti présidentiel.

Outre ces rentrées d’argent, les enquêteurs de Bercy ont aussi recensé d’étonnantes dépenses comme ces cinq achats pour près de 2.700 euros dans des armureries depuis 2016, et ce alors que des soupçons de port d’arme non autorisé avaient émergé en septembre avec la publication d’un selfie montrant Benalla avec une arme. Tracfin a également découvert l’existence d’un coffre-fort qu’il louait dans une agence bancaire.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. D’application pour cette rentrée 2019-2020, une circulaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles sur la gratuité scolaire laisse la liberté aux parents de choisir les marques de matériel.

    Ces fournitures de rentrée que l’école ne peut imposer

  2. La personnalité forte de Jean-Marc Nollet a freiné certaines. Et succéder à la coprésidence réussie de Zakia Khattabi n’est pas simple non plus.

    Ecolo: pourquoi il fut difficile pour Jean-Marc Nollet de trouver une colistière

  3. La personnalité de Theo Francken a pesé. On le dit désireux de marquer de sa patte la politique migratoire. A l’inverse, sa prédécesseure (et successeure) Maggie De Block est réputé agir en fonction des demandes et besoins de l’administration.

    La suédoise, hyperactive sur le dossier migratoire

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Crise politique italienne: «Mon cher Matteo»

    C’est curieux, la vie. C’est le jour de sa démission que Giuseppe Conte est vraiment devenu Premier ministre. Traduisons : dans son discours devant le Sénat italien, Conte a pour la première et la dernière fois (sauf s’il est à nouveau appelé aux affaires) été à la hauteur de sa mission, qui aura duré 14 mois.

    Salvini au pilori

    Ce mardi, en effet, pendant une demi-heure, l’obscur avocat non élu que personne ne...

    Lire la suite