France: les comptes bancaires de Benalla épinglés par la cellule anti-blanchiment

© Bertrand Guay
© Bertrand Guay

Dans le viseur de la justice, Alexandre Benalla a éveillé l’attention de Tracfin, la cellule antiblanchiment du ministère français des Finances, pour avoir reçu pour 18.500 euros de chèques de son ami Vincent Crase avant et pendant la présidentielle de 2017, selon une note dont a eu connaissance l’AFP.

Cette note est depuis peu dans les mains des juges d’instruction parisiens en charge du dossier qui vaut à l’ex-collaborateur du président Emmanuel Macron et à son ami Vincent Crase, ancien employé du parti La République En Marche, d’être mis en examen pour des violences le 1er mai à Paris, selon une source proche du dossier. En passant à la loupe les trois comptes bancaires d’Alexandre Benalla sur la période de janvier 2016 à octobre 2018, les enquêteurs de Bercy ont remarqué deux chèques signés de Vincent Crase, pour un total de 18.500 euros, selon cette note dont a eu également connaissance L’Obs.

Le premier chèque daté du 21 juin 2016 porte sur une somme de 8.000 euros. À l’époque, les deux amis ne sont pas encore au service de la sécurité de la campagne d’Emmanuel Macron. Tous deux évoluent en revanche de longue date dans la protection privée. Le second dépôt, de 10.500 euros, intervient le 21 février 2017, cette fois en pleine campagne présidentielle. Alexandre Benalla est alors embauché depuis l’automne 2016 par le mouvement En Marche ! pour assurer la sécurité d’Emmanuel Macron, avec un salaire de 3.500 euros nets. Dans la foulée, il y fait rentrer son fidèle ami, qui devient prestataire sécurité pendant la campagne puis salarié du parti présidentiel.

Outre ces rentrées d’argent, les enquêteurs de Bercy ont aussi recensé d’étonnantes dépenses comme ces cinq achats pour près de 2.700 euros dans des armureries depuis 2016, et ce alors que des soupçons de port d’arme non autorisé avaient émergé en septembre avec la publication d’un selfie montrant Benalla avec une arme. Tracfin a également découvert l’existence d’un coffre-fort qu’il louait dans une agence bancaire.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Affaire Benalla|Service bancaire|Paris
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Plus de 290 personnes ont perdu la vie.

    Attentats au Sri Lanka: une nouvelle plaie ouverte dans l’histoire du pays

  2. Si l’épreuve du CEB peut-être stressante tant pour les parents que pour les élèves, le taux de réussite n’est jamais descendu en dessous de 85,5
%.

    CEB: des stages pour soutenir, motiver, encourager

  3. A Molenbeek, des participants au projet Aircasting ont organisé une manifestation sur la place communale pour sensibiliser la population et les politiques à la pollution de l’air.

    Mesurer la pollution, c’est dans le vent

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite