Bangladesh: un incendie fait au moins 69 morts dans la capitale (photos et vidéo)

Au moins 69 personnes ont péri dans un gigantesque incendie qui a ravagé des immeubles d’habitation de la vieille ville de Dacca où se trouvaient aussi des entrepôts de produits chimiques, ont annoncé jeudi les pompiers.

Des dizaines de personnes ont été prises au piège, sans pouvoir fuir dans les rues paralysées par les embouteillages, alors que les produits chimiques, des granules en plastique et des sprays déodorants étaient la proie des flammes.

«J’ai entendu une grosse explosion. Je me suis retourné et j’ai vu s’embraser toute la rue, qui était bondée de voitures et de rickshaws. Il y avait des flammes partout», a témoigné un commerçant du quartier, Haji Abdul Kader, dont la boutique a été détruite au moment où il était parti faire une course à la pharmacie et qui a été lui-même blessé.

Un responsable de la lutte anti-incendie, Mahfuz Riben, a déclaré à l’AFP que 69 personnes avaient péri. Le chef du service national des pompiers, Ali Ahmed, a prévenu que le bilan pourrait s’aggraver. «Le nombre de morts pourrait être plus élevé. Les recherches se poursuivent», a-t-il déclaré à l’AFP.

Le feu a pu avoir pour origine une bombonne de gaz. Il s’est rapidement propagé à l’ensemble d’un immeuble où étaient entreposés des produits chimiques, dans le quartier central de Chawkbazar.

Répression contre le stockage de produits chimiques dans les zones résidentielles

L’incendie a ensuite gagné quatre immeubles voisins où étaient également stockés des produits chimiques.

«Il y avait un embouteillage quand l’incendie a éclaté. Le feu s’est propagé si vite que les gens n’ont pu s’échapper», a raconté M. Ahmed.

Des images diffusées par les chaînes de télévision ont montré que le portail d’un des immeubles était fermé à clé, empêchant les habitants de s’enfuir.

«Parmi les victimes, il y a des passants, des gens qui étaient en train de manger dans des restaurants et des participants à une fête de fiançailles», a raconté le commissaire adjoint de la police métropolitaine de Dacca, Ibrahim Khan.

Un responsable des services d’incendie a déclaré que le sinistre, survenu mercredi à 22h40 (16h40 GMT), était sous contrôle jeudi matin mais pas encore complètement éteint malgré les efforts des plus de 200 pompiers mobilisés.

«Cela va prendre du temps, ce n’est pas un incendie ordinaire», les produits chimiques hautement combustibles ayant accentué son caractère dévastateur, a-t-il affirmé.

Au moins 45 personnes ont été blessées, dont quatre se trouvent dans un état critique, a déclaré un inspecteur de police à l’Hôpital universitaire de Dacca.

Un incendie similaire, dans un immeuble où étaient stockés des produits chimiques, avait déjà frappé la capitale du Bangladesh en 2010 et fait 120 morts.

A la suite de ce désastre, les autorités avaient lancé une campagne de répression contre le stockage de produits chimiques dans les zones résidentielles, mais les efforts pour en finir avec cette pratique dangereuse se sont relâchés ces dernières années.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 13 - Groekie - PXL Tech

    Notre assiette est promise à un avenir végétarien

  2. Abdelkader et Meriem ne sont pas trop de deux pour nourrir quotidiennement près de 500 migrants et sans-abri.

    Dans les pas de «Notre-Dame de la gare du Nord»

  3. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite