Greta Thunberg sur le climat: «Nous ne sommes pas plein d’espoir car il ne reste pas assez de temps»

Greta Thunberg est à Bruxelles ce jeudi. Dans un discours devant le Comité économique et social européen, la jeune militante suédoise pour le climat a sensibilisé les hommes et femmes politiques à leurs responsabilités. « Nous séchons les cours pour le climat parce que nous avons fait nos devoirs », a-t-elle dit. « Ils savent qu’ils n’ont pas fait leurs devoirs. »

► Climat: les jeunes dans la rue mais aussi sur le compte Instagram du «Soir»

« La plupart des politiciens ne veulent pas nous parler, mais nous ne voulons pas leur parler non plus », a déclaré Greta Thunberg, entouré entre autres d’Anuna De Wever et de Kyra Gantois, les forces motrices du mouvement en Belgique. « Nous voulons parler aux scientifiques. »

La jeune militante de 16 ans a demandé aux responsables de l’Union européenne de revoir ses objectifs climatiques à la hausse. « Nous laissons tous les problèmes à notre génération, mais ce n’est pas pour notre avenir pour lequel nous nous battons, c’est à celui de tout le monde.  »

Grate Thunberg a conclu en termes clairs : « Nous avons commencé à nettoyer vos dégâts. Et nous ne nous arrêterons pas tant que nous n’aurons pas fini. »

Greta Thunberg accompagnera la Marche pour le climat

La Marche de ce jeudi 21 février aura un caractère particulier puisque la militante suédoise pour le climat, Greta Thunberg, se joindra à la jeunesse belge pour sillonner les rues bruxelloises. La jeune activiste est arrivée mercredi soir par le train.

L’arrivée de Greta Thunberg, véritable source d’inspiration mondiale, a entraîné certains changements dans la programmation.

Le début de la marche est donc annoncé à 13 heures, soit 1h30 plus tard qu’habituellement. Le parcours reste inchangé : les jeunes sont appelés à se réunir à la Gare du Nord, à proximité du boulevard Albert II, avant de s’élancer vers le cœur de la capitale et de gagner leur destination finale, la Gare du Midi.

A 17 heures, Greta Thunberg et les figures de proue du mouvement Youth for Climate, Adélaïde Charlier, Anuna De Wever et Kyra Gantois donneront une conférence de presse à la tour des Pensions. Environ 11.000 jeunes avaient marché jeudi dernier pour le climat dans les rues de Bruxelles.

Grand Baromètre : les Belges inquiets pour le climat et prêts à agir

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Climat|Politique|Belgique|Bruxelles (Bruxelles-Capitale)|Union Européenne
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Deux migrants venus de Côte d’Ivoire en route pour le col de l’Echelle. Au risque d’accidents s’ajoutent les menaces de l’extrême droite identitaire. © AFP.

    Dans les Alpes, les migrants fuient l’Italie de Salvini

  3. Pour la gauche en revanche, Steve Bannon est le diable en personne. Ce qui lui convient plutôt.

    Élections européennes: la méthode Steve Bannon

Chroniques
  • L’élection cachée

    Elections gâchées d’abord ; la première chose qui me frappe, dans la campagne nationale et européenne, c’est le poids de plus en plus lourd que pèsent les rumeurs, les fake news, les manipulations de toutes sortes. Plutôt que de mettre en avant un programme, les candidats se lancent dans des attaques plus ou moins masquées visant à discréditer l’adversaire. Un tel prendrait tel autre dans son équipe, lequel serait ceci ou cela… Il aurait dit que… L’argumentaire porte sur les intentions prêtées (ou volées), pas sur les propositions réelles et les actes. J’ai pointé l’importance que risque de jouer un personnage comme Steve Bannon dans la prochaine élection européenne  ; mais ce que Bannon joue à grande échelle (la manipulation, la désinformation, l’attaque personnelle…) est devenu le comportement de base.

    On aurait pu espérer que des élections rectorales dans une université se passent différemment ; les académiques et chercheurs, leurs étudiants, sont supposés...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite