Le VAR déjà bien actif pour ses premiers pas en Ligue des champions (vidéos)

©AFP
©AFP

L’assistance vidéo à l’arbitrage (VAR) a fait ses grands débuts en Ligue des champions à l’occasion des huitièmes de finale. Dans les huit rencontres de la phase aller, le VAR s’est déjà illustré à plusieurs reprises pour annuler des buts ou pour des situations de penalty. Des décisions qui ne semblent pas éveiller de controverses.

Le VAR est intervenu pour la première fois en C1 le 13 février dernier lors du match entre l’Ajax Amsterdam et le Real Madrid. L’arbitre slovène Damir Skomina a d’abord validé le but de Nicolas Tagliafico pour les Néerlandais, avant de revenir sur sa décision. Son assistant vidéo l’a en effet invité à revoir les images de l’ouverture du score. Skomina a alors estimé que l’attaquant ajacide Dusan Tadic, qui était en position de hors-jeu, a gêné Thibaut Courtois pendant cette phase.

Un penalty et un but refusés pour l’Atlético

L’arbitrage vidéo était particulièrement au centre des discussions ce mercredi soir pour les deux derniers matches de la phase aller des huitièmes.

Lors de Schalke 04 – Manchester City, le VAR a notamment accordé un penalty aux Allemands. Le jeu a été arrêté cinq bonnes minutes, le temps que l’assistant vidéo convainque l’arbitre Carlos del Cerro Grande que le tir de Caliguiri avait bien été dévié de la main par Otamendi. Le penalty a finalement été accordé sans même aller consulter l’écran de contrôle, en panne à cause d’un problème technique. Le VAR s’est également activé sur l’ouverture du score par Aguero pour les Citizens.

L’Atlético Madrid s’est finalement imposé 2-0 face à la Juventus, mais le score aurait pu être tout autre sans l’intervention du VAR. À la 27e minute, Diego Costa a cru obtenir un penalty… commué en coup franc à l’entrée de la surface après recours à la vidéo. À vingt minutes du terme, Alvaro Morata décantait la situation sur un centre repris de la tête. Mais le but de l’Espagnol est finalement annulé pour une poussée dans le dos de Chiellini (72e).

Le VAR est bien évidemment en action tout au long des rencontres. L’UEFA a notamment confirmé que les assistants vidéo ont examiné plusieurs situations pendant les matches Manchester United – PSG et Roma – FC Porto, sans modifier la décision prise par l’arbitre de terrain. L’arbitrage vidéo ne peut intervenir que dans quatre situations : but, décision sur un penalty, carton rouge direct et erreur d’identité.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous