Tour du monde de la mobilisation des jeunes pour le climat (photos et vidéos)

Tour du monde de la mobilisation des jeunes pour le climat (photos et vidéos)

En attendant la «grève mondiale» pour le climat prévue le 15 mars, des milliers d’élèves ont déjà répondu à l’appel à la mobilisation lancé par l’adolescente Greta Thunberg. La Belgique est loin d’être le seul à pays à se mobiliser

Voici les exemples de quelques pays où des milliers de jeunes sont déjà descendus dans la rue pour dénoncer, comme la jeune militante suédoise, l’inaction des gouvernements du monde pour lutter contre le dérèglement climatique.

► Témoignage de six jeunes qui viennent manifester pour le climat

La Suède

Le mouvement «Fridays for future» a été lancé il y a quelques mois par Greta Thunberg, qui s’est installée tous les vendredis devant le parlement à Stockholm pour réclamer des actions de son gouvernement pour baisser les émissions de gaz à effet de serre.

Son appel a trouvé un écho grandissant après ses discours à la conférence climat de l’ONU (COP24) en Pologne en décembre puis devant les participants du Forum de Davos en Suisse en janvier.

Mais si elle est rejointe chaque vendredi devant le parlement suédois par des dizaines de supporters, élèves ou adultes, il n’y a pas eu de manifestations importantes ailleurs dans son propre pays. Le 30 novembre, des rassemblements avaient toutefois été organisés dans une centaine de villes.

L’Allemagne

Depuis décembre, la mobilisation de collégiens, lycéens et étudiants va crescendo en Allemagne, via de nombreux groupes WhatsApp. De quelques centaines fin 2018, les mobilisations du vendredi concernent depuis mi-janvier souvent plus de 15.000 élèves, dans une cinquantaine de villes.

La mobilisation se cristallise en grande partie autour de la sortie du charbon, programmée par le gouvernement pour 2038, mais que les jeunes manifestants souhaitent voir avancée à 2030.

«Le changement climatique est la plus grande crise de l’humanité», répète dans de multiples interviews Luisa Neubauer, 22 ans, organisatrice des rassemblements à Berlin.

Les Pays-Bas

Les jeunes ont marché pour le climat pour la première fois le jeudi 7 février aux Pays-Bas. Ils étaient notamment plusieurs milliers à La Haye. «C’est notre génération qui arrive et ce sera à nous de nous occuper des conséquences de ce qui se passe maintenant», déclarait alors Pierre Viguier, 16 ans.

Leur prochain rassemblement est prévu le 14 mars.

Le Royaume-Uni

Les écoliers britanniques ont rejoint le mouvement pour la première fois le 15 février. Des milliers d’entre eux ont manifesté à travers le pays, à Londres, Brighton, Leeds ou Manchester.

L’Australie

En Australie, un des premiers exportateurs de charbon au monde, des milliers d’élèves ont «séché» les cours pour appeler le gouvernement à agir, malgré les appels du Premier ministre conservateur Scott Morrison à rester en classe. La principale manifestation a eu lieu le 30 novembre et les adolescents se préparent maintenant pour le 15 mars.

La France

En France, la mobilisation a été plutôt timide pour l’instant. Quelques centaines de jeunes se sont rassemblés le 15 février devant le ministère de la Transition écologique et Greta Thunberg est attendue pour un deuxième événement ce vendredi à Paris. Mais le mouvement prépare surtout la grève du 15 mars

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BRITAIN PARLIAMENT EU BREXIT

    Brexit: l’Union européenne attend que Londres lui communique ses intentions

  2. d-20191019-3WR6J0 2019-10-19 19:03:55

    Ahmed Laaouej, président du PS bruxellois

  3. «
Le corps des femmes reste un champ de bataille partout, que ce soit en France, au Maroc, mais aussi aux États-Unis, en Argentine...
», juge Leila Slimani.

    Leïla Slimani: «Le corps des femmes reste un champ de bataille partout»

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Wallonie: le dernier des travaux de Di Rupo

    Ce n’est pas nécessairement un tsunami qui se prépare, mais le changement de présidents à la tête des partis francophones est un très grand chambardement. Ceux qui ont vécu depuis vingt ans avec Elio Di Rupo président du PS et grand manitou francophone, ceux qui ont grandi avec Olivier Maingain président de Défi et grand imprécateur francophone, devront changer de logiciel. On mesure l’ampleur de la révolution quand on ajoute la disparition, officielle du moins, du concept « Michel/Reynders » à la tête du MR, après le...

    Lire la suite