Marche pour le climat: Greta Thunberg accueillie en héroïne par les jeunes à Bruxelles

Marche pour le climat: Greta Thunberg accueillie en héroïne par les jeunes à Bruxelles

Greta Thunberg participe jeudi à la septième Marche des jeunes pour le climat. La militante suédoise, âgée de 16 ans, a été accueillie en héroïne. Selon notre journaliste sur place, la jeune fille a été assaillie par les médias à son arrivée, et un cordon de sécurité a été mis en place autour d’elle alors que des centaines de jeunes scandaient son nom.

Pour la septième semaine consécutive, l’appel a été lancé aux jeunes de tout le pays à manifester à Bruxelles pour réclamer des mesures fortes afin de combattre le réchauffement climatique. « Pour nous, c’est important que Greta vienne car si elle a choisi la Belgique, c’est qu’elle voit que la mobilisation est importante », souligne une jeune étudiante venue spécialement de Liège pour l’occasion.

► Greta Thunberg sur le climat : « Nous ne sommes pas plein d’espoir car il ne reste pas assez de temps »

Un groupe d’élèves namuroises estime qu’il est important de se rendre à Bruxelles pour faire entendre sa voix. «  Nous voulions l’impact de la masse », expliquent ces adolescentes âgées de 16 ou 17 ans, et qui n’ont dès lors pas encore le droit de vote.

À 17 heures, Greta Thunberg et les figures de proue du mouvement Youth for Climate, Adélaïde Charlier, Anuna De Wever et Kyra Gantois donneront une conférence de presse à la tour des Pensions. Environ 11.000 jeunes avaient marché jeudi dernier pour le climat dans les rues de Bruxelles.

Les jeunes rejoints par des seniors

Les jeunes sont également rejoints par des seniors, plusieurs dizaines d’entre eux arborant une banderole « Grootouders voor het klimaat » (Grands-parents pour le climat). Parmi eux, certains membres du « Gang des vieux en colère », un mouvement qui se bat pour des pensions « justes et dignes ». « Nous venons soutenir la manifestation des jeunes parce qu’on manifeste beaucoup pour les retraites mais ça ne sert à rien sur une terre brûlée », témoigne l’un des membres. Une autre ajoute : « Ça ne sert à rien de défendre le climat si le reste ne suit pas, si les gens meurent de faim ou ne savent pas se loger… »

Quelque 3.000 jeunes marchent à Gand

Quelque 3.000 jeunes se sont rassemblés jeudi à Gand, selon les premières estimations de la police, à l’occasion d’une nouvelle édition du « Jeudi pour le climat », initiative de « grève scolaire » qui avait débuté en Belgique sous l’impulsion d’élèves flamands du secondaire. À Gand, c’est Hanne de Guytenaer, 18 ans, qui semblait avoir mobilisé les troupes jeudi.

Nos dernières informations en direct

À suivre sur mobile.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Charles Michel a trouvé un compromis pour le casting ministériel. En sera-t-il de même pour la présidence du MR
?

    MR: après le casting ministériel, le combat présidentiel

  2. A Bruxelles et en Wallonie, l’informateur royal Johan Vande Lanotte se place dans le top 5 des hommes politiques appréciés de la population.

    Grand Baromètre: le retour en grâce de Vande Lanotte à Bruxelles et en Wallonie

  3. Josse De Pauw dans « La Mémoire  des arbres ».

    Le Théâtre National dans le viseur des Russes

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite