Marche pour le climat: Greta Thunberg accueillie en héroïne par les jeunes à Bruxelles

Marche pour le climat: Greta Thunberg accueillie en héroïne par les jeunes à Bruxelles

Greta Thunberg participe jeudi à la septième Marche des jeunes pour le climat. La militante suédoise, âgée de 16 ans, a été accueillie en héroïne. Selon notre journaliste sur place, la jeune fille a été assaillie par les médias à son arrivée, et un cordon de sécurité a été mis en place autour d’elle alors que des centaines de jeunes scandaient son nom.

Pour la septième semaine consécutive, l’appel a été lancé aux jeunes de tout le pays à manifester à Bruxelles pour réclamer des mesures fortes afin de combattre le réchauffement climatique. « Pour nous, c’est important que Greta vienne car si elle a choisi la Belgique, c’est qu’elle voit que la mobilisation est importante », souligne une jeune étudiante venue spécialement de Liège pour l’occasion.

► Greta Thunberg sur le climat : « Nous ne sommes pas plein d’espoir car il ne reste pas assez de temps »

Un groupe d’élèves namuroises estime qu’il est important de se rendre à Bruxelles pour faire entendre sa voix. «  Nous voulions l’impact de la masse », expliquent ces adolescentes âgées de 16 ou 17 ans, et qui n’ont dès lors pas encore le droit de vote.

À 17 heures, Greta Thunberg et les figures de proue du mouvement Youth for Climate, Adélaïde Charlier, Anuna De Wever et Kyra Gantois donneront une conférence de presse à la tour des Pensions. Environ 11.000 jeunes avaient marché jeudi dernier pour le climat dans les rues de Bruxelles.

Les jeunes rejoints par des seniors

Les jeunes sont également rejoints par des seniors, plusieurs dizaines d’entre eux arborant une banderole « Grootouders voor het klimaat » (Grands-parents pour le climat). Parmi eux, certains membres du « Gang des vieux en colère », un mouvement qui se bat pour des pensions « justes et dignes ». « Nous venons soutenir la manifestation des jeunes parce qu’on manifeste beaucoup pour les retraites mais ça ne sert à rien sur une terre brûlée », témoigne l’un des membres. Une autre ajoute : « Ça ne sert à rien de défendre le climat si le reste ne suit pas, si les gens meurent de faim ou ne savent pas se loger… »

Quelque 3.000 jeunes marchent à Gand

Quelque 3.000 jeunes se sont rassemblés jeudi à Gand, selon les premières estimations de la police, à l’occasion d’une nouvelle édition du « Jeudi pour le climat », initiative de « grève scolaire » qui avait débuté en Belgique sous l’impulsion d’élèves flamands du secondaire. À Gand, c’est Hanne de Guytenaer, 18 ans, qui semblait avoir mobilisé les troupes jeudi.

Nos dernières informations en direct

À suivre sur mobile.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur les bateaux munis d’une grue pour remonter les cordes, ce sont environ deux tonnes de moules par heure qui sont pêchées à partir de la fin du mois de mai.

    C’est déjà la saison des moules

  2. Binche, Estinnes et Morlanwelz rejoignent la toute nouvelle circonscription de Soignies-La Louvière.

    Elections 2019: les curieux comptes électoraux du SPF Intérieur

  3. La campagne du Belang vise principalement les jeunes.

    Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Petits partis: entrer en politique pour la changer, au risque que celle-ci vous change

    La démocratie est le pire des systèmes, à l’exception de tous les autres ». La citation de Winston Churchill est largement partagée au sein des listes citoyennes. Notre parlementarisme est devenu une particratie, sous le contrôle de coupoles présidentielles qui, souvent, décident au nom d’intérêts partisans ou de logique à court terme.

    Le désir de changement est profond, tant le système actuel semble en crise. Et c’est ce pas que franchit un nombre croissant de citoyens, décidés à « entrer...

    Lire la suite