Marche pour le climat à Bruxelles: la venue de Greta Thunberg provoque l’hystérie (photos et vidéos)

Pour le septième jeudi d’affilée, des milliers de jeunes faisaient l’école buissonnière afin de réclamer des mesures fortes pour contrer le réchauffement climatique. Le cortège a tenté de s’élancer depuis la gare du Nord de Bruxelles à 13h mais l’hystérie provoquée par la venue de la jeune Suédoise Greta Thunberg, figure de proue du mouvement, a compliqué les choses.

Tous, médias comme manifestants, n’attendaient qu’une chose devant la gare du Nord de Bruxelles ce jeudi midi : apercevoir Greta Thunberg. Cette jeune Suédoise de 16 ans, qui a lancé le mouvement des grèves scolaires pour le climat dans son pays, a rejoint la mobilisation juste au moment où le cortège s’élançait.

Son apparition a provoqué l’hystérie : les jeunes criaient, les journalistes se ruaient. «  J’ai envie de pleurer », a même dit une jeune manifestante. Entourée de caméras, preneurs de son et autres journalistes, l’adolescente ne savait plus où donner de la tête. La masse médiatique empêchait le cortège de s’ébranler.

► Marche pour le climat : Greta Thunberg accueillie en héroïne par les jeunes à Bruxelles

Un rond de sécurité

Après avoir repoussé la presse sans ménagement et établi un rond de sécurité humain autour de la jeune fille mais aussi notamment d’Adélaïde Charlier, initiatrice du mouvement en Belgique francophone, les stewards de Youth for Climate et les autres jeunes ont enfin pu s’élancer pour crier au monde leur désir de changement.

Scandant leur fameux slogan « plus chauds que le climat » ou « one solution, the revolution » (une seule solution, la révolution), des élèves de l’enseignement primaire, secondaire ou des étudiants du supérieur ont réclamé une politique climatique plus ambitieuse.

«  Il est trop tard pour revenir sur les erreurs du passé, mais pas pour en limiter les impacts négatifs », a souligné Jean-Pascal van Ypersele, ancien vice-président du Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat). Le climatologue belge soutient les manifestants car «  les jeunes et le Giec sont plus forts ensemble. Greta, Adélaïde et Anuna ont réussi à mettre les adultes devant leurs responsabilités en leur demandant ce qu’ils font avec leur avenir. C’est plus difficile à éviter que les rapports du Giec », a-t-il estimé.

Vers 13h45, le cortège arrivait seulement à Rogier.

Les dernières informations en direct

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les parents de Simon Gautier ont formellement identifié le corps du jeune homme ce lundi.

    Italie: pourquoi le randonneur français Simon Gautier n’a pas été géolocalisé plus tôt

  2. Le stade dressé à Anvers pour accueillir l’Euro est un modèle du genre. Mais il coûte un pont !  A fonds perdu.

    Hockey: un stade voulu à Bruxelles, espéré à Wavre, avancé à Anvers

  3. Jean Faniel, docteur en sciences politiques, est directeur général du CRISP.

    Une guéguerre entre constitutionnalistes comme entre politiques?

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • bpost: la balle est dans le camp de l’Etat actionnaire

    Le départ annoncé du patron de bpost n’est pas une surprise. Koen Van Gerven a même plutôt de la chance d’arriver au terme de son mandat en février prochain. Le couperet tient dans le niveau du cours de Bourse qui atteste de la descente aux enfers de l’action bpost, passée de 28 euros en février 2018, à 8 ou 9 euros aujourd’hui. Une chute qui a fait comme un « effet Fortis » dans les portefeuilles des petits épargnants qui ont misé sur une entreprise de bon père de famille – toujours publique – qui, depuis son introduction en...

    Lire la suite