Marche pour le climat à Bruxelles: la venue de Greta Thunberg provoque l’hystérie (photos et vidéos)

Pour le septième jeudi d’affilée, des milliers de jeunes faisaient l’école buissonnière afin de réclamer des mesures fortes pour contrer le réchauffement climatique. Le cortège a tenté de s’élancer depuis la gare du Nord de Bruxelles à 13h mais l’hystérie provoquée par la venue de la jeune Suédoise Greta Thunberg, figure de proue du mouvement, a compliqué les choses.

Tous, médias comme manifestants, n’attendaient qu’une chose devant la gare du Nord de Bruxelles ce jeudi midi : apercevoir Greta Thunberg. Cette jeune Suédoise de 16 ans, qui a lancé le mouvement des grèves scolaires pour le climat dans son pays, a rejoint la mobilisation juste au moment où le cortège s’élançait.

Son apparition a provoqué l’hystérie : les jeunes criaient, les journalistes se ruaient. «  J’ai envie de pleurer », a même dit une jeune manifestante. Entourée de caméras, preneurs de son et autres journalistes, l’adolescente ne savait plus où donner de la tête. La masse médiatique empêchait le cortège de s’ébranler.

► Marche pour le climat : Greta Thunberg accueillie en héroïne par les jeunes à Bruxelles

Un rond de sécurité

Après avoir repoussé la presse sans ménagement et établi un rond de sécurité humain autour de la jeune fille mais aussi notamment d’Adélaïde Charlier, initiatrice du mouvement en Belgique francophone, les stewards de Youth for Climate et les autres jeunes ont enfin pu s’élancer pour crier au monde leur désir de changement.

Scandant leur fameux slogan « plus chauds que le climat » ou « one solution, the revolution » (une seule solution, la révolution), des élèves de l’enseignement primaire, secondaire ou des étudiants du supérieur ont réclamé une politique climatique plus ambitieuse.

«  Il est trop tard pour revenir sur les erreurs du passé, mais pas pour en limiter les impacts négatifs », a souligné Jean-Pascal van Ypersele, ancien vice-président du Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat). Le climatologue belge soutient les manifestants car «  les jeunes et le Giec sont plus forts ensemble. Greta, Adélaïde et Anuna ont réussi à mettre les adultes devant leurs responsabilités en leur demandant ce qu’ils font avec leur avenir. C’est plus difficile à éviter que les rapports du Giec », a-t-il estimé.

Vers 13h45, le cortège arrivait seulement à Rogier.

Les dernières informations en direct

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Plus d’éclats de rire que de voix entre Maingain et Prévot.

    Le face-à-face: Maingain-Prévot, d’accord sur la Justice, moins sur Bruxelles

  2. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  3. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite