Marche pour le climat à Bruxelles: la venue de Greta Thunberg provoque l’hystérie (photos et vidéos)

Pour le septième jeudi d’affilée, des milliers de jeunes faisaient l’école buissonnière afin de réclamer des mesures fortes pour contrer le réchauffement climatique. Le cortège a tenté de s’élancer depuis la gare du Nord de Bruxelles à 13h mais l’hystérie provoquée par la venue de la jeune Suédoise Greta Thunberg, figure de proue du mouvement, a compliqué les choses.

Tous, médias comme manifestants, n’attendaient qu’une chose devant la gare du Nord de Bruxelles ce jeudi midi : apercevoir Greta Thunberg. Cette jeune Suédoise de 16 ans, qui a lancé le mouvement des grèves scolaires pour le climat dans son pays, a rejoint la mobilisation juste au moment où le cortège s’élançait.

Son apparition a provoqué l’hystérie : les jeunes criaient, les journalistes se ruaient. «  J’ai envie de pleurer », a même dit une jeune manifestante. Entourée de caméras, preneurs de son et autres journalistes, l’adolescente ne savait plus où donner de la tête. La masse médiatique empêchait le cortège de s’ébranler.

► Marche pour le climat : Greta Thunberg accueillie en héroïne par les jeunes à Bruxelles

Un rond de sécurité

Après avoir repoussé la presse sans ménagement et établi un rond de sécurité humain autour de la jeune fille mais aussi notamment d’Adélaïde Charlier, initiatrice du mouvement en Belgique francophone, les stewards de Youth for Climate et les autres jeunes ont enfin pu s’élancer pour crier au monde leur désir de changement.

Scandant leur fameux slogan « plus chauds que le climat » ou « one solution, the revolution » (une seule solution, la révolution), des élèves de l’enseignement primaire, secondaire ou des étudiants du supérieur ont réclamé une politique climatique plus ambitieuse.

«  Il est trop tard pour revenir sur les erreurs du passé, mais pas pour en limiter les impacts négatifs », a souligné Jean-Pascal van Ypersele, ancien vice-président du Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat). Le climatologue belge soutient les manifestants car «  les jeunes et le Giec sont plus forts ensemble. Greta, Adélaïde et Anuna ont réussi à mettre les adultes devant leurs responsabilités en leur demandant ce qu’ils font avec leur avenir. C’est plus difficile à éviter que les rapports du Giec », a-t-il estimé.

Vers 13h45, le cortège arrivait seulement à Rogier.

Les dernières informations en direct

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Lionel Messi veilli par l’application FaceApp.

    Ce que FaceApp vous dit (tout bas) sur l’utilisation qu’elle fait de vos photos

  2. Louis Michel et Laurette Onkelinx.

    «Chez Laurette et Louis», le casting politique de LN24

  3. l’état d’urgence «
sécheresse
» n’est pas déclaré, mais une réunion de crise est prévue le 25 juillet prochain.

    Agriculture: comme un avant-goût de sécheresse

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Bruxelles: un accord rouge, vert, raisonnablement ambitieux

    Un accord de gouvernement, c’est un acte par lequel des élus s’engagent envers les citoyens, pour cinq ans. Au moment de sa rédaction, il peut être jugé à l’aune de son ambition et de ses priorités. A cet égard, le texte conclu par les six partis de la majorité bruxelloise affiche clairement les couleurs. Rouge et verte.

    La ville se fracture, entre pauvres et riches, que relient de moins en moins ces classes moyennes tentées par l’exode urbain. Les indicateurs se dégradent : le nombre d’enfants...

    Lire la suite