David Goffin renoue avec la victoire face à Benoît Paire à Marseille (6-2, 6-3)

@News
@News

David Goffin (ATP 24) s’est qualifié pour les quarts de finale du tournoi de tennis ATP 250 de Marseille, épreuve sur surface dure dotée de 668.485 euros, jeudi. Goffin, exempté de premier tour en tant que troisième tête de série, a pris la mesure du Français Benoit Paire (ATP 59) 6-2, 6-3 en huitième de finale. La rencontre a duré 1 heure et 5 minutes.

Goffin, 28 ans, n’avait plus gagné depuis le 17 janvier et sa victoire au 2e tour de l’Open d’Australie contre le Roumain Marius Copil. Il avait ensuite été battu par le Russe Daniil Medvedev au tour suivant avant de connaître des éliminations dès son entrée en lice à Montpellier (2e tour) contre le Serbe Filip Krajinovic et à Rotterdam (1er tour) face au Français Gaël Monfils.

Ce succès permet au passage à Goffin d’équilibrer son bilan face à Paire, avec trois victoires en six affrontements.

Goffin affrontera un autre Français, Gilles Simon (N.6/ATP 32), 34 ans, pour une place dans le dernier carré. Simon s’est joué de l’Allemand Peter Gojowczyk (ATP 60) 4-6, 6-4, 6-2. Goffin et Simon se sont rencontrés à quatre reprises sur le circuit ATP, pour un bilan de deux victoires chacun.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191230-3Y1G9Z 2019-12-26 16:43:06

    Affaire Gabriel Matzneff: pourquoi a-t-on fait taire ceux qui se sont élevés contre l'écrivain?

  2. Pour Pierre Verdier, CEO de l’entreprise, le salariat est incompatible avec le modèle Deliveroo.

    Pierre Verdier au «Soir»: «Deliveroo ne pourrait plus couvrir que des zones très réduites»

  3. La princesse Diana, le 12 juin 1997.

    Archive: avant Harry, sa mère Lady Diana avait aussi perdu le statut d’altesse royale

La chronique
  • Le cas Emir Kir, l’arbre qui cache la forêt communautariste

    Nous ne sommes qu’au début des effets de l’« affaire Kir ». Sur un plan individuel d’abord, Emir Kir s’indigne de l’éviction spectaculaire dont il fait les frais et a la possibilité de faire appel.

    Sur un plan collectif, on vérifiera dans les jours qui viennent l’impact politique de cette décision courageuse de la Commission de vigilance du PS.

    Mais c’est sur un plan plus général que des questions cruciales se posent. Les socialistes ne peuvent en...

    Lire la suite