Près de 15.000 jeunes se sont mobilisés pour le climat ce jeudi dans toute la Belgique (photos)

© Belga
© Belga

Ce jeudi 21 février, près de 15.000 jeunes ont marché pour le climat dans tout le pays afin de réclamer des mesures concrètes aux politiques. Pour cette 7e édition, la jeune miliante suédoise de 16 ans, Greta Thunber, est venue marcher au côté des milliers de jeunes Belges faisant l’école buissonnière à Bruxelles.

Une grève mondiale pour le climat annoncée pour le 15 mars

En images: accompagnés de Greta Thunberg, 7.500 manifestants ont marché à Bruxelles pour le climat

Près de 7.500 participants à Bruxelles

Les participants étaient toutefois moins nombreux lors de cette nouvelle édition : 7.500 contre 11.000 la semaine dernière. Quelque 7.500 élèves de primaire, secondaire et étudiants du supérieur, soutenus par d’autres manifestants, ont ainsi battu le pavé pour la 7e marche pour le climat, selon les premières estimations de la police sur place.

Plus de 4.100 manifestants à Genk

Quelque 4.100 manifestants ont déambulé jeudi dans les rues de Genk à l’occasion d’une nouvelle marche pour le climat, selon la police locale. Parmi les marcheurs se trouvaient notamment des élèves du Lyceum et de l’Atlas College.

La marche de Genk a été initiée par deux mères – Caroline Smeets et Joke Venmans – et suivie par les directions de deux établissements scolaires. Youth for Climate Limburg soutenait l’action et des membres étaient présents.

Quelque 3.000 jeunes ont marché à Gand

Quelque 3.000 jeunes se sont rassemblés jeudis à Gand, selon les premières estimations de la police, à l’occasion d’une nouvelle édition du « Jeudi pour le climat », initiative de « grève scolaire » qui avait débuté en Belgique sous l’impulsion d’élèves flamands du secondaire. À Gand, c’est Hanne de Guytenaer, 18 ans, qui semblait avoir mobilisé les troupes jeudi.

«  Nous n’avons pas de pouvoir ni de voix, nous sortons donc en rue », résume la jeune fille. «  Comparez la situation à un arbre fruitier », indique Hanne de Guytenaer. «  Les politiques cueillent prudemment les fruits les plus bas, mais n’atteignent pas les fruits sur les branches les plus hautes, les décisions importantes et difficiles ».

À Nivelles, plus d’une centaine d’élèves ont manifesté pour le climat

Nivelles a rejoint ce jeudi les autres villes belges où les jeunes fréquentant l’enseignement secondaire se mobilisent pour le climat. À l’initiative de deux élèves de 5e secondaire de l’Institut de l’Enfant-Jésus, Jeannine Braquenier et Imane Azahaf, un premier rassemblement s’est déroulé sur la Grand-Place de Nivelles aux environs de 13h. Plus d’une centaine d’adolescents venus de plusieurs établissements scolaires nivellois y ont participé.

La marche nivelloise de ce jeudi est un prélude à celle plus large prévue jeudi prochain, le 28 février. L’action devrait se répéter ensuite chaque jeudi.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BRITAIN PARLIAMENT EU BREXIT

    Brexit: l’Union européenne attend que Londres lui communique ses intentions

  2. d-20191019-3WR6J0 2019-10-19 19:03:55

    Ahmed Laaouej, président du PS bruxellois

  3. «
Le corps des femmes reste un champ de bataille partout, que ce soit en France, au Maroc, mais aussi aux États-Unis, en Argentine...
», juge Leila Slimani.

    Leïla Slimani: «Le corps des femmes reste un champ de bataille partout»

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Wallonie: le dernier des travaux de Di Rupo

    Ce n’est pas nécessairement un tsunami qui se prépare, mais le changement de présidents à la tête des partis francophones est un très grand chambardement. Ceux qui ont vécu depuis vingt ans avec Elio Di Rupo président du PS et grand manitou francophone, ceux qui ont grandi avec Olivier Maingain président de Défi et grand imprécateur francophone, devront changer de logiciel. On mesure l’ampleur de la révolution quand on ajoute la disparition, officielle du moins, du concept « Michel/Reynders » à la tête du MR, après le...

    Lire la suite