Près de 15.000 jeunes se sont mobilisés pour le climat ce jeudi dans toute la Belgique (photos)

© Belga
© Belga

Ce jeudi 21 février, près de 15.000 jeunes ont marché pour le climat dans tout le pays afin de réclamer des mesures concrètes aux politiques. Pour cette 7e édition, la jeune miliante suédoise de 16 ans, Greta Thunber, est venue marcher au côté des milliers de jeunes Belges faisant l’école buissonnière à Bruxelles.

Une grève mondiale pour le climat annoncée pour le 15 mars

En images: accompagnés de Greta Thunberg, 7.500 manifestants ont marché à Bruxelles pour le climat

Près de 7.500 participants à Bruxelles

Les participants étaient toutefois moins nombreux lors de cette nouvelle édition : 7.500 contre 11.000 la semaine dernière. Quelque 7.500 élèves de primaire, secondaire et étudiants du supérieur, soutenus par d’autres manifestants, ont ainsi battu le pavé pour la 7e marche pour le climat, selon les premières estimations de la police sur place.

Plus de 4.100 manifestants à Genk

Quelque 4.100 manifestants ont déambulé jeudi dans les rues de Genk à l’occasion d’une nouvelle marche pour le climat, selon la police locale. Parmi les marcheurs se trouvaient notamment des élèves du Lyceum et de l’Atlas College.

La marche de Genk a été initiée par deux mères – Caroline Smeets et Joke Venmans – et suivie par les directions de deux établissements scolaires. Youth for Climate Limburg soutenait l’action et des membres étaient présents.

Quelque 3.000 jeunes ont marché à Gand

Quelque 3.000 jeunes se sont rassemblés jeudis à Gand, selon les premières estimations de la police, à l’occasion d’une nouvelle édition du « Jeudi pour le climat », initiative de « grève scolaire » qui avait débuté en Belgique sous l’impulsion d’élèves flamands du secondaire. À Gand, c’est Hanne de Guytenaer, 18 ans, qui semblait avoir mobilisé les troupes jeudi.

«  Nous n’avons pas de pouvoir ni de voix, nous sortons donc en rue », résume la jeune fille. «  Comparez la situation à un arbre fruitier », indique Hanne de Guytenaer. «  Les politiques cueillent prudemment les fruits les plus bas, mais n’atteignent pas les fruits sur les branches les plus hautes, les décisions importantes et difficiles ».

À Nivelles, plus d’une centaine d’élèves ont manifesté pour le climat

Nivelles a rejoint ce jeudi les autres villes belges où les jeunes fréquentant l’enseignement secondaire se mobilisent pour le climat. À l’initiative de deux élèves de 5e secondaire de l’Institut de l’Enfant-Jésus, Jeannine Braquenier et Imane Azahaf, un premier rassemblement s’est déroulé sur la Grand-Place de Nivelles aux environs de 13h. Plus d’une centaine d’adolescents venus de plusieurs établissements scolaires nivellois y ont participé.

La marche nivelloise de ce jeudi est un prélude à celle plus large prévue jeudi prochain, le 28 février. L’action devrait se répéter ensuite chaque jeudi.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. FILES-CRASH-HELICOPTER-KOBE-BRYANT (2)

    Décès de Kobe Bryant: le Black Mamba ne mordra plus

  2. Il y a une semaine, Georges-Louis Bouchez offrait des fleurs au Roi Philippe, pour l’anniversaire de Mathilde.

    Coalition fédérale: Magnette recale l’idée d’un duo royal avec De Wever

  3. 83090060_855752328196826_8677988821796651008_n

    Brexit: il y a 47 ans, les Britanniques rejoignaient les Européens sans fanfare

La chronique
  • Exclusion vs Réconciliation

    Le lieu n’est pas ici de commenter la décision de la commission de vigilance du Parti socialiste d’exclure Emir Kir. Tout au plus faut-il noter que le bourgmestre de Saint-Josse paie au prix fort le lien qu’il a conservé avec sa communauté d’origine alors que nul ne pourra contester qu’il est un député de qualité et un bourgmestre compétent, très apprécié par ses administrés, bien au-delà de sa communauté d’origine.

    Il apparaît aujourd’hui comme la victime collatérale et symbolique d’une problématique beaucoup plus large qui touche tous les partis. La tentation du double discours est récurrente. Côté cour, il y a le programme politique du parti. Côté jardin, il y a des murmures dissonants qui visent à capter un électorat en le brossant dans le sens du poil, quitte à contredire des...

    Lire la suite

  • Vraiment, nous vivons en de sombres temps

    Auschwitz, il y a 75 ans. Si une angoisse particulière s’ajoute cette fois, c’est que cette commémoration a des allures de paratonnerre. Comme si, en dénonçant à nouveau les horreurs innommables que des hommes ont pu faire subir à d’autres hommes, on tentait de conjurer le sort pour, si pas le présent, du moins un futur peut-être proche.

    « J’aimerais pouvoir assurer que nous, les Allemands, avons appris de l’Histoire une fois pour toutes. Mais je ne peux dire cela alors que la haine se répand....

    Lire la suite