David Goffin toujours à la recherche d’un nouveau coach: «Johansson pourrait être une possibilité»

©Photonews
©Photonews

David Goffin (ATP 24) était satisfait, jeudi soir, de son entrée en lice au tournoi ATP 250 de Marseille. Le Liégeois, 28 ans, qui n’a pas été à la fête depuis le début de l’année, a battu le fantasque mais dangereux Français Benoît Paire (ATP 59), 29 ans, 6-2, 6-3 pour se remettre en selle après deux défaites consécutives au premier tour, à Montpellier et Rotterdam.

« Mon tournoi est lancé et je suis content  ! », a-t-il confié aux médias présents sur place. « Ce n’est jamais simple de jouer contre Benoît. Il est très talentueux. Il peut être très brillant, mais aussi très irrégulier. Il peut jouer tout seul en fait. L’important, c’était d’être constant, de rester calme. Et cela a été le cas au deuxième set pour revenir (NDLR : il fut mené 1-3) et finir par quelques gros points pour passer à 5-3. C’est vrai qu’il a déjà cassé quelques raquettes et quelques bancs sur lesquels il s’assied durant sa carrière, mais Benoît, c’est une crème (sic) et il ne méritait pas de sortir du court sous les sifflets.  »

Un coach avant Indian Wells  ?

David Goffin, qui affrontera un autre Français ce vendredi en quart de finale en la personne de Gilles Simon (ATP 32), 34 ans, a également évoqué la situation du coach dans les Bouches-du-Rhône. Et apparemment, il n’y a toujours pas de fumée blanche, malgré les rumeurs d’un rapprochement avec le Suédois Thomas Johansson.

« Thomas Johansson pourrait être une possibilité », a-t-il reconnu. « Nous avons déjà travaillé ensemble. C’est un candidat supplémentaire. Je vais avoir le temps de faire le point après ce tournoi, avant de partir à Indian Wells. J’espère trouver quelqu’un, mais je ne peux pas le garantir, car il y a beaucoup de paramètres qui interviennent et ce n’est pas aussi facile qu’il n’y paraît », a-t-il ajouté, glissant qu’il n’avait pas envisagé de reprendre Thierry Van Cleemput, remercié dimanche dernier par la Roumaine Simon Halep (WTA 2).

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • PHOTONEWS_10791246-060

    Par Yves Simon, envoyé spécial à Paris

    Grands Chelems

    Roland-Garros a enfin entamé sa grande mutation (photos)

  • «
Vous entendez Paris
? Je suis de retour
», semble dire Rafael Nadal

    Par Yves Simon

    ATP - WTA

    Rome: Rafael Nadal enfin sacré et au meilleur moment!

  • Une rareté sur le circuit
: Federer qui renonce.

    Par Eric Clovio

    ATP - WTA

    ATP Rome: Roger Federer, le principe de précaution

 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre nouvelles plaintes ont été déposées contre les pratiques publicitaires en ligne de Google et de l’IAB (Internet Advertising Bureau).

    RGPD: la pub en temps réel sur le web est-elle illégale?

  2. Song Ji Won est l’une des deux candidates à jouer le concerto de Sibelius.

    Du côté des concertos du Reine Elisabeth: concerto pour violon en ré mineur de Jean Sibelius op. 47

  3. pions

    Jeu de l’oie: comment on forme (et déforme) des gouvernements après les élections

Chroniques
  • Les enjeux du tirage au sort de citoyens

    L’idée d’instituer des parlements de citoyens tirés au sort a gagné du terrain, au point d’être reprise à des degrés divers par la plupart des partis politiques. Des listes «citoyennes» en font même un élément central de leur programme, tandis que des intellectuels au départ réticents se disent à présent favorables à ce procédé. Les sondages d’opinion, eux, montrent que la population est plus hésitante, mais il est hors de doute que l’idée a le vent en poupe.

    Il importe d’autant plus d’en clarifier le sens. On présente généralement le tirage au sort comme un moyen d’impliquer les citoyens dans la vie démocratique, de leur permettre de participer davantage à la prise de décision, et on le range souvent du côté de la démocratie directe, comme une alternative à la démocratie représentative.

    ...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite