ATP Marseille: «Il a l’expérience, j’ai la jeunesse», affirme Stefanos Tsitsipas qui affrontera David Goffin

Le bilan des confrontations entre les deux joueurs est équilibré
: deux victoires partout.
Le bilan des confrontations entre les deux joueurs est équilibré : deux victoires partout. - Photo News

Stefanos Tsitsipas (ATP 12). Leader de la Next Gen à l’ATP. Tel est l’adversaire qui se dresse désormais de l’autre côté du filet pour David Goffin (ATP 24), samedi en demi-finale du tournoi ATP 250 de Marseille. Le jeune Grec, 20 ans, qui s’est hissé dans le dernier carré à l’Australian Open après avoir notamment battu Roger Federer, a dominé de son côté l’Ukrainien Sergiy Stakhovsky (ATP 141), ’lucky loser’ des qualifications, 6-4, 6-3.

«Je suis très content d’avoir franchi ce cap», a expliqué le joueur grec. «Je savais que ce ne serait pas un match facile, car David Goffin joue bien sur surface rapide. J’ai produit du bon tennis et affiché une belle attitude. Je suis assez patient, très concentré et je saisis les occasions dès qu’elles se présentent», a-t-il commenté.

Il s’agira de la cinquième confrontation sur le circuit entre David Goffin et Stefanos Tsitsipas, et de la quatrième en moins d’un an. Le Liégeois et l’Athénien en sont à deux victoires partout, le n°1 belge ayant remporté le dernier duel, 7-5, 6-3, l’été dernier au tournoi ATP Masters 1000 de Cincinnati.

«Cela va devenir de plus en plus difficile, mais je le sais et je suis prêt», a poursuivi Tsitsipas. «Il va falloir pratiquer du bon tennis. David a prouvé dans le passé qu’il pouvait très bien jouer et c’est le cas à nouveau. Il a beaucoup d’expérience, mais j’ai la jeunesse pour moi, ce qui est peut-être un léger avantage. Je devrai être patient, concentré, agressif, faire preuve de force mentale», ajoute-t-il. «On me dit que je suis l’homme à battre ici, mais j’essaie de ne pas y penser», conclut-il.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sergio Mattarella rencontrera à nouveau les chefs de partis mardi prochain qui devront lui présenter un projet de gouvernement stable permettant d’éviter un retour aux urnes anticipées.

    Italie: un nouveau mariage bancal en perspective

  2. Le bourgmestre de Lessines est en guerre contre l’Unité wallonne du bien-être animal.

    Une saisie de chevaux à Lessines se transforme en affaire de santé publique

  3. Alaa Sheikhi, 24 ans, réfugié syrien arrivé en 2015 a été condamné à 9 ans et demi de prison. Il clame son innocence.

    Allemagne: à Chemnitz, le réfugié accusé dénonce un verdict politique

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Bateaux humanitaires en Méditerranée: Kafka sur nos rivages

    La Méditerranée est à double visage. Il y a celui de cette eau bleue, avec sa puissance d’attraction lumineuse où nous avons puisé nos réserves durant ces vacances. Et puis il y a l’autre, celui de cette eau qui fait office, selon les cas, de tombeau ou de prison flottante. Aujourd’hui toujours. Car rien n’est réglé pour ces bateaux qui traversent la Méditerranée à la recherche d’un port où débarquer les hommes, femmes et enfants sauvés alors qu’ils tentent de rejoindre nos rivages européens. Les remous créés par les appels à l’aide des...

    Lire la suite