ATP Marseille: «Il a l’expérience, j’ai la jeunesse», affirme Stefanos Tsitsipas qui affrontera David Goffin

Le bilan des confrontations entre les deux joueurs est équilibré
: deux victoires partout.
Le bilan des confrontations entre les deux joueurs est équilibré : deux victoires partout. - Photo News

Stefanos Tsitsipas (ATP 12). Leader de la Next Gen à l’ATP. Tel est l’adversaire qui se dresse désormais de l’autre côté du filet pour David Goffin (ATP 24), samedi en demi-finale du tournoi ATP 250 de Marseille. Le jeune Grec, 20 ans, qui s’est hissé dans le dernier carré à l’Australian Open après avoir notamment battu Roger Federer, a dominé de son côté l’Ukrainien Sergiy Stakhovsky (ATP 141), ’lucky loser’ des qualifications, 6-4, 6-3.

«Je suis très content d’avoir franchi ce cap», a expliqué le joueur grec. «Je savais que ce ne serait pas un match facile, car David Goffin joue bien sur surface rapide. J’ai produit du bon tennis et affiché une belle attitude. Je suis assez patient, très concentré et je saisis les occasions dès qu’elles se présentent», a-t-il commenté.

Il s’agira de la cinquième confrontation sur le circuit entre David Goffin et Stefanos Tsitsipas, et de la quatrième en moins d’un an. Le Liégeois et l’Athénien en sont à deux victoires partout, le n°1 belge ayant remporté le dernier duel, 7-5, 6-3, l’été dernier au tournoi ATP Masters 1000 de Cincinnati.

«Cela va devenir de plus en plus difficile, mais je le sais et je suis prêt», a poursuivi Tsitsipas. «Il va falloir pratiquer du bon tennis. David a prouvé dans le passé qu’il pouvait très bien jouer et c’est le cas à nouveau. Il a beaucoup d’expérience, mais j’ai la jeunesse pour moi, ce qui est peut-être un léger avantage. Je devrai être patient, concentré, agressif, faire preuve de force mentale», ajoute-t-il. «On me dit que je suis l’homme à battre ici, mais j’essaie de ne pas y penser», conclut-il.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Rodriguez

    Par Propos recueillis par Yves Simon

    ATP - WTA

    Carlos Rodriguez est de retour sur le circuit: «On ne bâtit pas une carrière sur le bling-bling»

  • ©News

    Par François Laurent

    Tennis

    Caroline Wozniacki a choisi l’Open d’Australie pour faire ses adieux

  • TENNIS : Madrid 2019 - 24_11_2019

    Par Yves Simon

    Coupe Davis - Fed Cup

    En six mois, Rafael Nadal est passé de zéro à héros

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Des manifestations de jeunes et de représentants de peuples menacés ont émaillé les dernières heures officielles de la COP de Madrid.

    COP25: une nuit pour conclure un accord au forceps

  2. Charles Michel en conversation avec le Premier portugais, Antonio Costa. Curieusement, ce dernier s’en est pris au travail de son propre ministre des Finances.

    Budget de la zone euro: Charles Michel reprend la main

  3. Plus de 2.000 personnes du secteur culturel flamand s’étaient rassemblées au Beursschouwburg à Bruxelles pour dénoncer les mesures prises par le gouvernement Jambon.

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Les «confédéralistes» ont leur modèle. Et les autres?

    Il y a quelques années, lorsque la N-VA sortait son séparatisme ou sa version cosmétique, le confédéralisme, la réplique fusait : « Et vous allez faire quoi de la dette ? Et vous allez faire quoi de Bruxelles ? » Avec zéro réponse, ce qui rassurait les opposants : les nationalistes avaient montré leurs dents, mais n’avaient pas de quoi mordre.

    Mais voilà, à la N-VA, on ne laisse aucun terrain stratégique en jachère. Dans ce parti, on sait que pour convaincre, il faut...

    Lire la suite