Batibouw: la 60e édition a ouvert ses portes au grand public

Batibouw: la 60e édition a ouvert ses portes au grand public

Le salon de la construction et de la rénovation Batibouw a ouvert ses portes au grand public ce samedi à 10h00, après deux journées consacrées aux professionnels. Quelque 1.000 exposants sont présents jusqu’au dimanche 3 mars à Brussels Expo. Cette année, les organisateurs ont retenu trois thèmes : le climat intérieur sain, la nouvelle manière d’habiter et la construction intelligente.

Le premier thème retenu, « Healthy Indoor Climate », évoque l’aération et la ventilation des habitations.

Le deuxième, « New way of living », fait la part belle à l’habitat en ville et aux nouvelles formes d’habitat urbain.

Enfin, le troisième thème, « Smart building », développe la construction intelligente avec notamment l’impression et la numérisation 3D ou encore la construction circulaire.

Cette année, les douze palais de Brussels Expo sont utilisés.

Un stand dédié aux innovations technologiques

Afin de permettre à de petites entreprises de se faire connaître, le salon lance également une « Start-up Corner ». Les dernières innovations technologiques du secteur de la construction et de la rénovation bénéficient d’un stand dédié dans le Palais 5.

Dès mardi, le Palais 10 accueillera le salon « Immo Days » où les promoteurs immobiliers viendront présenter leurs nouveaux projets.

Les offres d’emploi du secteur sont pour leur part affichées dans le « job hall » installé dans l’espace Astrid. Des démonstrations sont également prévues (Skills demo’s) en collaboration avec l’institut des Arts et métiers et World Skills Brussels.

Le salon est ouvert tous les jours de 10h00 à 18h30 avec une nocturne jusqu’à 22h00 le jeudi 28 février. Le prix d’un ticket adulte à la caisse s’élève à 12,50 euros (10,50 euros pour un ticket acheté en ligne). Ticket enfants (6-12 ans) : 6 euros.

Batibouw avait attiré quelque 285.000 visiteurs l’année dernière.

Le Premier ministre Charles Michel s’est quant à lui déjà rendu sur place vendredi après-midi, durant l’ouverture du Salon aux professionnels. L’occasion pour lui d’avoir « des contacts directs avec les entrepreneurs » du secteur, des entrepreneurs « qui intègrent de plus en plus la dimension climatique dans leur développement économique », observe-t-il. Il est clair que « la technologie va nous soutenir dans la bataille climatique » pour une limitation du réchauffement, note le Premier ministre, qui indique que cela passe notamment, dans le secteur de la construction/rénovation, par le développement et l’usage de matériaux plus performants.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Le loyer, l’université, les sorties et les courses... Kenzy paie tout
: «
J’avais envie de pouvoir être autonome, indépendant
».

    Les débrouillards: Kenzy, des études, deux boulots et une multitude de projets

  3. Le président Trump aux petits soins pour Paula White dans la salle Roosevelt de la Maison Blanche.

    Paula White, la télévangéliste qui a signé un pacte avec Trump

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite