La N-VA est ouverte à la construction d’une nouvelle centrale nucléaire

La N-VA est ouverte à la construction d’une nouvelle centrale nucléaire

La N-VA défend une prolongation de dix ans des deux centrales nucléaires les plus récentes du pays. Mais elle est également ouverte à la construction d’une nouvelle centrale «  si c’est économiquement rentable », affirment les nationalistes flamands dans leur brochure sur l’« écoréalisme » présentée samedi. La sortie de la Belgique du nucléaire pourrait alors être postposée en… 2065.

Samedi, quelque 800 membres de la N-VA se sont réunis à Gand pour une matinée d’étude sur le thème de l’énergie et de l’écologie, l’un des congrès organisés dans la perspective des élections du 26 mai.

S’il a été question d’alimentation, de déchets et de climat, c’est sur l’approvisionnement en énergie que les débats se sont concentrés, et plus particulièrement sur la pertinence du nucléaire. L’Américain Michael Shellenberger, l’un des plus farouches défenseurs de l’énergie nucléaire, était l’un des principaux orateurs. Il suffirait de trois centrales supplémentaires pour que la Belgique produise toute son électricité grâce à l’énergie nucléaire, a-t-il fait valoir.

La N-VA conteste la sortie du nucléaire en 2025. Laisser les réacteurs les plus récents en activité 10 ans de plus permettrait de garder des prix abordables et d’économiser 6 millions de tonnes de CO2 par an. «  Pour vous donner une idée : c’est comme si on retirait toutes les voitures des routes de Flandre. Toutes les voitures. Et cela pendant 10 ans », a argumenté Anneleen Van Bossuyt, chargée des conclusions du congrès.

Groen réagit

Selon la N-VA, les autres partis ne disent pas clairement comment on pourrait se passer du nucléaire. «  Je veux voir les chiffres », a déclaré la députée européenne tout en interpellant Groen.

«  Avant tout, je voudrais remercier la N-VA de parler de nous lors de ses congrès. C’est de la publicité gratuite ! », a réagi le député fédéral Groen Kristof Calvo.

«  Nous prenons acte de la dépendance de la N-VA au nucléaire », a-t-il poursuivi. «  Cette journée d’étude semblait organisée par le lobby nucléaire ». Le scénario développé par Michael Shellenberger pour ouvrir trois nouvelles centrales est «  complètement fou », estime-t-il aussi.

Pour les écologistes, la sortie du nucléaire en 2025 est possible et n’est pas impayable. «  Mais nous ne devons en effet pas perdre de temps. Il est minuit moins cinq. Mais vous savez ce qui serait hors de prix ? La construction d’une nouvelle centrale. Et prolonger les centrales actuelles aussi a un prix. Nous plaidons donc pour investir dans l’avenir et les énergies renouvelables plutôt que dans le passé », a conclu le chef de groupe Ecolo-Groen à la Chambre.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Boris Johnson savoure son succès, mardi, après le vote du parti conservateur. Mais les Européens l’attendent de pied ferme.

    Brexit: l’Union européenne attend les premiers signaux de Johnson

  2. Le vaccin contre la varicelle a permis une forte diminution des infections
invasives à streptocoque. © D.R.

    Des chercheurs belges craquent le code du streptocoque

  3. François de Rugy a l’intention de porter plainte pour diffamation contre Mediapart. Mais le site d’information maintient toutes ses révélations.

    France: François de Rugy (presque) blanchi

Chroniques
  • A-t-on «bruxellé» sur la Lune?

    Du Brussels Vloms sur la Lune ?

    Nul n’ignore que les prétendus premiers pas de l’homme sur la Lune le 21 juillet 1969 relèvent de la fake news – pardon, de l’infox. Et que le premier à fouler le sol lunaire n’est pas l’Américain Neil Armstrong, mais notre compatriote Tintin, reporter de son état, dont les aventures lunaires ont été contées par Hergé dans les albums Objectif Lune (1953) et On a marché sur la Lune (1954). La vérité ayant repris ses droits, posons-nous une question essentielle : aurait-on parlé bruxellois sur la Lune ?

    Les fidèles de cette chronique connaissent déjà la réponse : le billet de la semaine dernière a...

    Lire la suite

  • Sauver la Terre, c’est aussi préserver l’être humain de l’asphyxie

    L’eau des climatiseurs pour se désaltérer quand les robinets ne s’ouvrent que sur du vide. Des points d’eau verrouillés pour empêcher les familles de puiser plus que leur quota quotidien. Des heures d’attente aux fontaines. Des ordres de passage tirés au sort pour éviter les bagarres. De l’eau achetée à prix d’or par les plus pauvres tandis que les riches pompent des nappes phréatiques exsangues. Des douches au compte-gouttes et des repas servis dans des feuilles d’arbre pour éviter la vaisselle à laver. Un homme lynché, des camions-...

    Lire la suite