Des sosies de Trump et de Kim Jong-un interpellés par la police à Hanoï (photos et vidéos)

Des sosies de Kim Jong-un et de Donald Trump ont été interpellés et interrogés par la police après avoir organisé vendredi une « rencontre » à Hanoï, où le président américain et le dirigeant nord-coréen doivent se rendre la semaine prochaine pour leur deuxième sommet.

► Les sosies de Donald Trump et Kim Jong-un font le show au Vietnam avant le second sommet entre les deux leaders (photos)

Alors que l’imitateur de M. Kim, Howard X, et celui de Donald Trump, Russell White, mettaient en scène leur propre « sommet » dans le centre de la capitale vietnamienne, une dizaine de policiers se sont présentés dans une station de télévision locale où les deux hommes donnaient une interview, leur enjoignant de cesser leurs apparitions devant les médias sous peine d’être expulsés.

«  Ils ont simplement dit ’arrêtez ces imitations ou nous vous virerons du pays’», a raconté à l’AFP Howard X, un résident de Hong Kong, après la fin de son interrogatoire, une fois rentré à son hôtel.

Un itinéraire bien défini et un guide

La police leur a déclaré qu’ils ne pouvaient se déplacer à Hanoï qu’en suivant un itinéraire préalablement établi et en compagnie d’un guide.

Howard X a insisté sur le fait qu’il était entré légalement au Vietnam et qu’il n’en partirait que si on l’y contraignait par la force.

Les deux imitateurs ont fait leur apparition vendredi à l’hôtel Metropole et à l’opéra, où ils ont été entourés d’un essaim de journalistes.

A la recherche d’autres sosies

«  Nous oeuvrons à la paix. Par les négociations, par le dialogue, nous voulons bien sûr aider la Corée du Nord », a raconté Russell White, le sosie de Donald Trump, le visage exagérément bronzé et les cheveux gominés. Il a ajouté que ses discussions avec son « homologue » visaient à limiter les ambitions nucléaires de la Corée du Nord.

Avant l’avertissement de la police, les deux hommes comptaient se rendre dans un salon de massage, faire une partie de golf et goûter les spécialités culinaires de Hanoï. Mais les autorités locales, qui veulent éviter tout faux-pas lors de ce sommet très attendu, pourraient ne pas les autoriser à poursuivre leur show.

Les deux imitateurs affirment par ailleurs être à la recherche de nouveaux sosies pour compléter leur bande de « tyrans ». Ils recherchent notamment des compères capables de se glisser dans la peau du président russe Vladimir Poutine, du président chinois Xi Jinping ou encore du président brésilien Jair Bolsonaro.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 13 - Groekie - PXL Tech

    Notre assiette est promise à un avenir végétarien

  2. Abdelkader et Meriem ne sont pas trop de deux pour nourrir quotidiennement près de 500 migrants et sans-abri.

    Dans les pas de «Notre-Dame de la gare du Nord»

  3. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite