Maduro rompt les relations diplomatiques entre le Venezuela et la Colombie, qui réplique

©AFP
©AFP

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a annoncé samedi la rupture des liens diplomatiques avec la Colombie en dénonçant l’appui que le président Ivan Duque apporte à son opposant Juan Guaido pour faire entrer l’aide humanitaire au Venezuela.

«  J’ai décidé de rompre les relations politiques et diplomatiques avec le gouvernement fasciste de Colombie dont les ambassadeurs et consuls ont 24 heures pour quitter le Venezuela », a déclaré M. Maduro devant un rassemblement de ses partisans à Caracas.

Pour Maduro, tout de rouge vêtu, «  la patience est à bout, nous ne pouvons continuer de supporter que le territoire de Colombie se prête à une agression contre le Venezuela ».

«  Sortez d’ici, dehors les oligarques » a-t-il lancé, ajoutant « Ivan Duque, tu es le diable », jamais un gouvernement de Colombie n’était tombé aussi bas « .

► Les militaires vénézuéliens dispersent des manifestants avec des gaz lacrymogènes sur un pont frontalier avec la Colombie

La Colombie nie toute relation avec le « dictateur » Maduro

La vice-présidente de Colombie, Marta Lucia Ramirez, a réagi à l’annonce samedi par le Venezuela de la rupture des relations diplomatiques bilatérales, en répondant qu’il ne pouvait rompre des relations inexistantes, et a à nouveau qualifié le président Nicolas Maduro de « dictateur ».

Mme Ramirez a affirmé sur Twitter que «  Maduro ne peut rompre des relations diplomatiques que la Colombie n’a pas avec lui », ajoutant que le dirigeant chaviste «  n’est qu’un dictateur qui occupe de force Miraflores », le palais présidentiel à Caracas.

«  Notre gouvernement n’a pas nommé d’ambassadeur là-bas, ni ne reconnaît l’ambassadeur de Maduro, étant donné que son mandat (présidentiel) s’est achevé le 9 janvier », a-t-elle précisé.

Des dizaines de blessés

Des violences ont éclaté à la frontière entre les deux pays samedi, notamment quand quatre camions ont tenté de forcer le passage, soutenus par la foule qui exigeait le libre passage de l’aide humanitaire envoyée principalement par les Etats-Unis.

Les soldats et les policiers vénézuéliens ont fait usage de lacrymogènes et de balles en caoutchouc pour disperser les manifestants, faisant une dizaine de blessés, selon les équipes de l’AFP sur les ponts Simón Bolívar et Santander, qui relient les villes de San Antonio et Ureña, au Venezuela, à Cúcuta en Colombie.

Désertion de 13 membres des forces de sécurité passés en Colombie

Onze militaires et deux policiers vénézuéliens ont déserté samedi, passant en Colombie à Cucuta, alors que la tension montait à la frontière fermée par le gouvernement de Nicolas Maduro pour bloquer l’entrée de l’aide humanitaire, a annoncé le service des migrations colombien.

L’un des militaires s’est présenté comme le major Hugo Parra, en uniforme de la Force armée nationale bolivarienne.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La menace est bien moins grave que d’autres maladies ou d’autres risques. La grippe saisonnière contamine bien plus de Belges que le coronavirus.

    Coronavirus: la Belgique évalue et se tient prête

  2. Entre 2.000 et 3.000 bovins sont vendus chaque semaine à Ciney.

    Le plus grand marché aux bestiaux du pays menacé de fermeture

  3. ballen 1

    Art: à la Centrale électrique, dans la tête de Roger Ballen

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Coronavirus: un exercice de haute voltige

    L’épidémie de coronavirus est aussi une épidémie de questions qui restent sans réponse. D’où vient exactement la maladie ? Les autorités chinoises ont-elles tardé à la combattre ? Qui est le patient zéro à l’origine de son extension à l’Italie ? Et, surtout, sommes-nous vraiment prêts à affronter ce virus ?

    Deux mots caractérisent cette problématique : précaution et psychose.

    Devant l’urgence, le principe de précaution s’est imposé. Il...

    Lire la suite