Maduro rompt les relations diplomatiques entre le Venezuela et la Colombie, qui réplique

©AFP
©AFP

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a annoncé samedi la rupture des liens diplomatiques avec la Colombie en dénonçant l’appui que le président Ivan Duque apporte à son opposant Juan Guaido pour faire entrer l’aide humanitaire au Venezuela.

«  J’ai décidé de rompre les relations politiques et diplomatiques avec le gouvernement fasciste de Colombie dont les ambassadeurs et consuls ont 24 heures pour quitter le Venezuela », a déclaré M. Maduro devant un rassemblement de ses partisans à Caracas.

Pour Maduro, tout de rouge vêtu, «  la patience est à bout, nous ne pouvons continuer de supporter que le territoire de Colombie se prête à une agression contre le Venezuela ».

«  Sortez d’ici, dehors les oligarques » a-t-il lancé, ajoutant « Ivan Duque, tu es le diable », jamais un gouvernement de Colombie n’était tombé aussi bas « .

► Les militaires vénézuéliens dispersent des manifestants avec des gaz lacrymogènes sur un pont frontalier avec la Colombie

La Colombie nie toute relation avec le « dictateur » Maduro

La vice-présidente de Colombie, Marta Lucia Ramirez, a réagi à l’annonce samedi par le Venezuela de la rupture des relations diplomatiques bilatérales, en répondant qu’il ne pouvait rompre des relations inexistantes, et a à nouveau qualifié le président Nicolas Maduro de « dictateur ».

Mme Ramirez a affirmé sur Twitter que «  Maduro ne peut rompre des relations diplomatiques que la Colombie n’a pas avec lui », ajoutant que le dirigeant chaviste «  n’est qu’un dictateur qui occupe de force Miraflores », le palais présidentiel à Caracas.

«  Notre gouvernement n’a pas nommé d’ambassadeur là-bas, ni ne reconnaît l’ambassadeur de Maduro, étant donné que son mandat (présidentiel) s’est achevé le 9 janvier », a-t-elle précisé.

Des dizaines de blessés

Des violences ont éclaté à la frontière entre les deux pays samedi, notamment quand quatre camions ont tenté de forcer le passage, soutenus par la foule qui exigeait le libre passage de l’aide humanitaire envoyée principalement par les Etats-Unis.

Les soldats et les policiers vénézuéliens ont fait usage de lacrymogènes et de balles en caoutchouc pour disperser les manifestants, faisant une dizaine de blessés, selon les équipes de l’AFP sur les ponts Simón Bolívar et Santander, qui relient les villes de San Antonio et Ureña, au Venezuela, à Cúcuta en Colombie.

Désertion de 13 membres des forces de sécurité passés en Colombie

Onze militaires et deux policiers vénézuéliens ont déserté samedi, passant en Colombie à Cucuta, alors que la tension montait à la frontière fermée par le gouvernement de Nicolas Maduro pour bloquer l’entrée de l’aide humanitaire, a annoncé le service des migrations colombien.

L’un des militaires s’est présenté comme le major Hugo Parra, en uniforme de la Force armée nationale bolivarienne.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles ont durablement marqué le pays, jusque dans ses procédures judiciaires.

    Comment les attentats du 22 mars ont changé la justice

  2. belgaimage-91136168-full

    In memoriam: les portraits des victimes du 22 mars

  3. POLITICS NEUFCHATEAU LOCAL ELECTIONS FRAUD

    Dimitri Fourny inculpé: une catastrophe pour le CDH

Chroniques
  • La même que moi, la même que la mienne…

    En matière de norme grammaticale, il est souvent difficile de trancher de manière péremptoire. Que penser, par exemple, de cette phrase : pour la même raison que moi , des milliers de manifestants seront dans la rue ce dimanche ? De nombreux francophones ne verront aucun problème dans cet énoncé ; mais il s’en trouvera qui préféreront : pour la même raison que la mienne.

    La deuxième formulation exprime une comparaison entre deux termes de même rang syntaxique (la même raison et la mienne), alors que la première corrèle un complément (la même raison) et le sujet (moi) d’un verbe sous-entendu. Cette dissymétrie, parfois ressentie comme peu soignée, ne peut être taxée d’incorrecte. Libre à vous d’en user de la même façon que moi. Ou que la mienne…

    La même question que lui ?...

    Lire la suite

  • 22 mars 2016: temps des victimes, temps judiciaire

    Le temps est un redoutable ennemi. Il affaiblit insidieusement mais inéluctablement la compassion due aux victimes des attentats du 22 mars 2016 mais permet aussi à la société belge de tourner lentement l’une des pages les plus sombres de son histoire. Les commémorations qui auront lieu aujourd’hui ont cette utilité magique : raviver la solidarité à l’égard des victimes et inviter notre société à ne pas tourner la page trop vite en oubliant ce que fut ce matin tragique du 22 mars.

    Trois ans pour...

    Lire la suite