La caution du chanteur R. Kelly, accusé d’abus sexuels, est fixée à 1 million de dollars

©Reuters
©Reuters

La caution du chanteur américain R. Kelly, accusé d’abus sexuels sur mineures, a été fixée samedi à un million de dollars, lors d’une audition dans un tribunal de Chicago.

La star de R&B devra payer 10 % de ce montant, soit 100.000 dollars, pour être remis en liberté. Il avait été placé en détention vendredi soir pour 10 chefs d’accusation relatifs à des abus sexuels sur quatre personnes dont trois mineures, entre 1998 et 2010.

Il avait été placé en détention vendredi soir pour 10 chefs d’accusation relatifs à des abus sexuels sur quatre personnes dont trois mineures, entre 1998 et 2010.

Interdiction d’approcher des mineurs

Le juge, John Fitzgerald Lyke Jr., a interdit au chanteur tout contact avec des personnes de moins de 18 ans, ainsi qu’avec toute victime ou témoin liés à l’affaire. Il a été forcé de remettre son passeport.

Les procureurs ont indiqué lors de l’audience qu’ils détenaient des preuves ADN contre R. Kelly. Ils ont déclaré que des traces de sperme retrouvées sur le vêtement d’une victime correspondaient à l’ADN de R. Kelly, et qu’un examen préliminaire d’un autre échantillon, appartenant à une autre victime mineure à l’époque, correspondait, bien que les résultats finaux de l’analyse ne soient pas encore connus.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles ont durablement marqué le pays, jusque dans ses procédures judiciaires.

    Comment les attentats du 22 mars ont changé la justice

  2. belgaimage-91136168-full

    In memoriam: les portraits des victimes du 22 mars

  3. POLITICS NEUFCHATEAU LOCAL ELECTIONS FRAUD

    Dimitri Fourny inculpé: une catastrophe pour le CDH

Chroniques
  • La même que moi, la même que la mienne…

    En matière de norme grammaticale, il est souvent difficile de trancher de manière péremptoire. Que penser, par exemple, de cette phrase : pour la même raison que moi , des milliers de manifestants seront dans la rue ce dimanche ? De nombreux francophones ne verront aucun problème dans cet énoncé ; mais il s’en trouvera qui préféreront : pour la même raison que la mienne.

    La deuxième formulation exprime une comparaison entre deux termes de même rang syntaxique (la même raison et la mienne), alors que la première corrèle un complément (la même raison) et le sujet (moi) d’un verbe sous-entendu. Cette dissymétrie, parfois ressentie comme peu soignée, ne peut être taxée d’incorrecte. Libre à vous d’en user de la même façon que moi. Ou que la mienne…

    La même question que lui ?...

    Lire la suite

  • 22 mars 2016: temps des victimes, temps judiciaire

    Le temps est un redoutable ennemi. Il affaiblit insidieusement mais inéluctablement la compassion due aux victimes des attentats du 22 mars 2016 mais permet aussi à la société belge de tourner lentement l’une des pages les plus sombres de son histoire. Les commémorations qui auront lieu aujourd’hui ont cette utilité magique : raviver la solidarité à l’égard des victimes et inviter notre société à ne pas tourner la page trop vite en oubliant ce que fut ce matin tragique du 22 mars.

    Trois ans pour...

    Lire la suite