Inde: de l’alcool frelaté tue 69 personnes, des centaines d’autres hospitalisées (vidéo)

Soixante-neuf personnes sont mortes et au moins 200 autres ont été hospitalisées dans le nord-est de l’Inde après avoir bu de l’alcool frelaté, ont annoncé samedi les autorités locales, moins de deux semaines après une affaire identique qui avait fait une centaine de morts dans le nord du pays.

«Nous avons enregistré la mort de 50 personnes à Golaghat depuis jeudi soir», a déclaré à l’AFP Dhiren Hazarika, un responsable du district de Golaghat dans l’Etat de l’Assam.

Dans le district voisin de Jorhat, un responsable a fait état de la mort de 19 personnes qui avaient consommé de l’alcool trafiqué.

La plupart des victimes sont des femmes

La plupart des victimes, parmi lesquelles figurent de nombreuses femmes, travaillaient dans des plantations de thé de la région.

«Les gens sont arrivés à l’hôpital en proie à d’intenses vomissements, à bout de souffle et avec de fortes douleurs dans la poitrine», a expliqué à l’AFP le docteur Ratul Bordoloi, directeur adjoint des services de santé à Golaghat.

Le chef du gouvernement de l’Etat d’Assam, Sarbananda Sonowal, a ordonné l’ouverture d’une enquête. La police a annoncé l’arrestation d’un homme qui vendait de l’alcool frelaté et deux responsables de l’administration des impôts dans le district ont été suspendus faute d’avoir pris les précautions adéquates avant la mise en vente de cet alcool.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Nissan a porté plainte au pénal contre Carlos Ghosn, son ancien patron.

    L’avenir de Carlos Ghosn s’assombrit encore un peu plus

  2. 170 kilos, c’est une masse. Qui rend impossibles la course et la marche intensive pendant plus d’un quart d’heure.

    Grand format - Journal d’un obèse: «Vous devez être malheureux pour manger comme ça»

  3. Image=d-20171222-3JPRY5_high

    Le bulletin de Theo Francken: 51%

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite