Elections 2019: un toit et un emploi pour tous au programme du PS wallon traversé par l’enjeu climatique

© Belga
© Belga

Les militants wallons du PS réunis dimanche à Namur en présence de leurs principaux chefs de file ont adopté à l’unanimité leur programme en vue de l’échéance électorale du mois de mai dans la Région du sud du pays. Au centre de leurs priorités traversées par la préoccupation du développement durable, face aux risques liés aux changementx climatiques et environnementaux: un toit et un emploi pour tous. Le PS wallon prône aussi une méthode, celle du «modèle mosan» de la concertation sociale. Ses principaux ténors l’ont opposée «à la tentation et aux méthodes autoritaires» de la droite.

A travers leurs interventions, la plupart des chefs de file wallons du parti venus brosser les principaux axes du programme de campagne ont plus largement affiché une volonté très claire de se démarquer des options de la droite, du MR, et du gouvernement wallon MR-cdH.

A ce jeu, les premiers ont été le vice-président du parti et bourgmestre de Liège Willy Demeyer, et le bourgmestre de Charleroi Paul Magnette. «Les Wallons voient ce que donne un gouvernement wallon sans les socialistes. On importe la politique du gouvernement libéral MR/NV-A qui ne fait qu’importer les politiques libérales de l’Europe qui ne font qu’importer le dogme américain. Avec eux, on a l’impression que c’est le retour de la rancoeur, du démonter pour démonter», a déclaré M. Magnette, future tête de liste socialiste pour les élections européenne.

Parmi d’autres orateurs, le vice-ministre président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Jean-Claude Marcourt, le chef du groupe PS au Parlement de Wallonie Pierre-Yves Dermagne et le ministre-président de la Fédération Rudy Demotte n’ont pas été en reste.

 

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    La taxe kilométrique, qui en veut?

  2. «
Die Welt
» a pu rencontrer à Moscou, dans une chambre d’hôtel, Edward Snowden, ancien espion et Américain sans passeport réfugié en Russie. L’homme a rendu publique en 2013 la surveillance de masse et globale des communications mise en place par les agences de renseignement américaines, la CIA et la National Security Agency NSA.

    Edward Snowden: «Je n’aurai plus jamais le contrôle de ce qui m’arrive»

  3. POLITICS ECOLO CHAIRMAN ELECTION

    Ecolo: les leçons du passé, pour éviter le ressac

La chronique
  • Quo vadis, Boris Johnson?

    Bien malin qui pourrait comprendre ou même deviner la moindre ligne directrice dans la manière dont Boris Johnson mène sa « négociation » avec l’Union européenne… Il y a une dizaine de jours, une brève lueur d’espoir avait pu naître chez ceux qui continuaient à espérer que le nouveau Premier ministre britannique s’avérerait plus rationnel qu’il n’y paraissait jusque-là. D’une part, son idée de faire de l’île d’Irlande un territoire régi par les mêmes règles pour le secteur agro-alimentaire avait pu être comprise comme un premier...

    Lire la suite