Accueil Société Enseignement

Enseignement: des clés pour réussir le CE1D

Dans une école des Marolles, des formateurs en sciences développent un dispositif pour redonner confiance et méthode aux élèves. Objectif : les amener à réussir le Certificat d’études du 1er degré au terme de leurs deux premières années de secondaire. Pour nombre d’entre eux, la langue reste une barrière.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

C ’est quoi un “tableau comparatif”  ? » Silence. Face à la consigne affichée sur le mur de la salle de science de l’Institut Diderot dans les Marolles, la question reste en suspens. La vingtaine d’élèves de deuxième secondaire assis en classe a le regard fuyant : l’un vers le soleil qui pointe à la fenêtre, l’autre vers la page blanche qui lui fait face… « Dessiner un tableau comparatif du mode de reproduction du pigeon et celui de la grenouille. » A la lecture de la consigne de cet exercice type de l’épreuve du Certificat d’études du premier degré (CE1D), l’enthousiasme n’est clairement pas de mise.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par De Cuyper Thierry, lundi 25 février 2019, 16:22

    Faut-il à tout prix que nos enfants réussissent tous des épreuves tellement sélectives que seuls environ 30 % d'entre % d'entre eux réussissent les quatre épreuves (math, sciences, 1° langue, 2° llangue) ? C'est une sélection unique dans le monde. Ceux qui échouent ne fut-ce qu'à une des matières, devront aller en qualification, même s'ils sont excellent dans une des matières !!! Pour en revenir à l'exemple, nos enfants habitués aux évaluations après l'étude se disent "on n'a pas vu ça au cours", donc je suis incapable de répondre" et, découragés, baissent les bras et laissent tomber. Ils ne se disent pas, "réfléchissons un peu à la question qu'on me pose, je dois pouvoir dire quelque chose". Ils n'étudient que pour avoir des points en revomir fidèlement un contenu théorique, alors qu'ici avec cette question saugrenue, ils ne peuvent se raccrocher à quelconque contenu théorique. Ce qu'il faut, c'est supprimer l'évaluïte aigüe et aborder la matière sereinement, et surtout se demander s'il est utile de trier nos enfants avec de pareilles questions, destinées uniquement à les piéger et voir comment ils s'en sortent. Il est inadmissible de réaliser une épreuve que l'on ne réussirait que si on a répondu à 50 % des questions correctement et de n'avoir qu'une moitié d'élèves qui réussissent à la fois l'épreuve de math, une autre moitié, celle de science, une autre moitié, celle de langue. Le niveau des épreuves est trop haut pour en tirer quoi que ce soit comme renseignement pour améliorer la manière d'enseigner, car même ainsi, avec la méthode de cette enseignante, il y encore 1/3 d'enfants qui échouent!! A quoi cela sert-il de les trier et faire de la sélection ?????? Quel est le but de ce type d'épreuve ? A quoi joue-t-on ? A LES DECOURAGER DE POURSUIVRE DES ETUDES, car l'échec enlève toute confiance en soi. L'élève ne comprendra pas pourquoi il a raté et le prof se dira "ils sont quand même tous bêtes"!!

  • Posté par Jaspers Marie, lundi 25 février 2019, 14:06

    Extrait de l'article "Pour nombre d'entre-eux, la langue reste une barrière".J'ai analysé toutes les questions de sciences (comme celles d'histoire et de géographie) posées ces 5 dernières année puisqu'il apparaît que le taux de réussite a chuté sur ce laps de temps de l'ordre de 5 %.J'ai constaté qu'aucune des questions ne demandent des connaissances scientifiques (ni historiques, ni géographiques) mais que toutes consistent à lire des textes, des graphiques, des tableaux.Autrement dit c'est seulement une maîtrise de la langue y compris dans ses moindre détails.Pour maîtriser une langue, il faut avoir emmagasiné, dans son cerveau, un grand nombre de nombre de mots de vocabulaire (dont on connaît la signification, bien entendu), connaître la grammaire, la conjugaison , tant en sciences qu'en histoire ou géographie car il faut savoir distinguer le présent, le futur et le passé!Et ce n'est pas le cas pour bon nombre d'enfants du primaire alors que l'on devrait y apprendre ces bases en profondeur! Et ce n'est pas le cas : la majorité des élèves ne savent pas identifier le sujet, le verbe, ne connaissent pas la différence entre article défini et indéfini, l'objet des questions (que cherche-t-on?),etc.Je lis dans les clés :" Petit à petit, les élèves entourent les verbes d’actions, puis identifient les éléments à comparer".C'est une compétence qu'ils devraient maîtriser dès la fin du primaire si le poids de ce niveau d'enseignement avait été mis sur la connaissance, en profondeur, du français et non pas des directives minimalistes : "l'important c'est de communiquer"! Et communiquer comment? Avec ses propres mots comme le prône le ministère! En conséquence, ils n'évoluent pas dans leur maîtrise de la langue et en 4°S, j'entends encore :1)je ne comprends pas la question car c'est du français!!!, 2) aux élèves (nombreux) qui en 4° S confondent encore "multiples et diviseurs", je demande "définis l'un et l'autre" la réponse est généralement "est-ce que je peux répondre avec mes PROPRES MOTS?, que ce soit pour cette définition ou une autre.Je dis alors :"vas-y" et ce qui est dit est d'un non sens inimaginable!!! Les clés présentées ici, sont du DRILL pour réussir un examen et le DRILL n'est qu'une emplâtre sur une jambe de bois.Certes, les chances de réussir cette épreuve vont augmenter mais à quoi servent des points obtenus de cette manière.En principe le CE1D sert à évaluer les compétences et connaissances (mais en sciences on n'en demande pas!) réelles des élèves! Le drill donne un illusion de réussite qui trompe les élèves sur leur niveau et les empêche de se former à une maîtrise du français qui sera fondamentale par la suite.De telles illusions conduisent au fait qu'en 5°S, beaucoup d'élèves sont encore incapables de comprendre les textes des différentes matières, des maths et sciences en particulier.Régulièrement, ils "s'expriment" avec leurs "propres mots" qui conduit à des non sens car en maths, il est impossible de paraphraser les définitions, les lois, les théorèmes, etc car en maths, on exprime le maximum de choses avec le minimum de mots!!!Quand mes enfants étaient dans le primaire puis le secondaire, je me suis toujours opposée à cette directive "stupide" imposée aux instituteurs " laisser l'enfant s'exprimer avec SES PROPRES MOTS" parce que cela les empêche d'acquérir du vocabulaire et de comprendre l'importance du vocabulaire spécifique!!!Ma réaction à une réunion de parents avait été : "et s'ils ne possèdent pas de mots?"

  • Posté par De Cuyper Thierry, lundi 25 février 2019, 16:24

    On a tous lu l'article qui parle d'un prof qui essaie de faire ses élèves et de leur montrer qu'il faut essayer de raisonner avant d'abandonner. Bravo à ce prof!! Vous n'avez jamais rien essayé pour donner confiance en soi à vos élèves, madamejedésespersdemeséleves !!

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs