Crise au Venezuela: «Nicolas Maduro est le pire des tyrans», lance Mike Pompeo

© AFP
© AFP

La tension a baissé dimanche aux frontières du Venezuela, au lendemain d’une journée d’affrontements entre opposition et gouvernement sur l’aide humanitaire, mais la pression internationale monte sur le régime de Nicolas Maduro, dont «  les jours sont comptés » affirme Washington.

Violences aux frontières du Venezuela pour défendre l’aide humanitaire (photos et vidéos)

Qualifiant sur la chaîne CNN le président socialiste de «  pire du pire des tyrans », le secrétaire d’État américain Mike Pompeo s’est dit «  certain que, grâce aux Vénézuéliens, les jours de Maduro sont comptés ».

« Ses jours sont comptés »

Des propos qu’il a réitérés sur la chaîne Fox : «  Nous espérons fortement que dans les prochains jours, semaines et mois, le régime de Maduro comprendra que le peuple vénézuélien a fait en sorte que ses jours soient comptés », a insisté M. Pompeo, au lendemain de violences qui ont fait au moins deux morts et près de 300 blessées aux frontières du pays.

«  Choqué » par ce bilan, et face aux risques d’escalade, le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a appelé dimanche «  au calme » et demandé dans un communiqué «  à tous les acteurs de réduire les tensions et de tout faire pour éviter l’aggravation » de la situation. Il a insisté sur la nécessité «  d’éviter la violence à tout prix » et de bannir le recours «  à la force létale quelles que soient les circonstances ».

Le Groupe de Lima, créé en 2017 et composé de 14 pays du continent majoritairement hostiles à Nicolas Maduro, se réunira lundi à Bogota en présence du vice-président américain Mike Pence.

Maduro rompt les relations diplomatiques entre le Venezuela et la Colombie, qui réplique

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Fernand Keuleneer a été contraint de se retirer du procès. © Belga.

    Euthanasie de Tine: l’avocat de l’Eglise exclu du procès

  2. Après le Brexit, le centre géographique de l’Union européenne changera à nouveau de place et se situera à Gadheim, près de Wuerzburg, en Allemagne.

    Le Brexit aura bien lieu

  3. Georges-Louis Bouchez au magazine «
Wilfried
»
: «
Je suis pour un Etat unitaire. Si ça ne tenait qu’à moi – mais je ne suis pas tout seul – on remettrait tout à un niveau central.
»

    Georges-Louis Bouchez l’unitariste: entre faux pas et cri du cœur

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite