Crise au Venezuela: «Nicolas Maduro est le pire des tyrans», lance Mike Pompeo

© AFP
© AFP

La tension a baissé dimanche aux frontières du Venezuela, au lendemain d’une journée d’affrontements entre opposition et gouvernement sur l’aide humanitaire, mais la pression internationale monte sur le régime de Nicolas Maduro, dont «  les jours sont comptés » affirme Washington.

Violences aux frontières du Venezuela pour défendre l’aide humanitaire (photos et vidéos)

Qualifiant sur la chaîne CNN le président socialiste de «  pire du pire des tyrans », le secrétaire d’État américain Mike Pompeo s’est dit «  certain que, grâce aux Vénézuéliens, les jours de Maduro sont comptés ».

« Ses jours sont comptés »

Des propos qu’il a réitérés sur la chaîne Fox : «  Nous espérons fortement que dans les prochains jours, semaines et mois, le régime de Maduro comprendra que le peuple vénézuélien a fait en sorte que ses jours soient comptés », a insisté M. Pompeo, au lendemain de violences qui ont fait au moins deux morts et près de 300 blessées aux frontières du pays.

«  Choqué » par ce bilan, et face aux risques d’escalade, le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a appelé dimanche «  au calme » et demandé dans un communiqué «  à tous les acteurs de réduire les tensions et de tout faire pour éviter l’aggravation » de la situation. Il a insisté sur la nécessité «  d’éviter la violence à tout prix » et de bannir le recours «  à la force létale quelles que soient les circonstances ».

Le Groupe de Lima, créé en 2017 et composé de 14 pays du continent majoritairement hostiles à Nicolas Maduro, se réunira lundi à Bogota en présence du vice-président américain Mike Pence.

Maduro rompt les relations diplomatiques entre le Venezuela et la Colombie, qui réplique

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Politique|Venezuela|Nicolas Maduro|Mike Pompeo|Nations Unies
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Plus de 290 personnes ont perdu la vie.

    Attentats au Sri Lanka: une nouvelle plaie ouverte dans l’histoire du pays

  2. Si l’épreuve du CEB peut-être stressante tant pour les parents que pour les élèves, le taux de réussite n’est jamais descendu en dessous de 85,5
%.

    CEB: des stages pour soutenir, motiver, encourager

  3. A Molenbeek, des participants au projet Aircasting ont organisé une manifestation sur la place communale pour sensibiliser la population et les politiques à la pollution de l’air.

    Mesurer la pollution, c’est dans le vent

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite