Le pape sur les abus sexuels: «Des crimes abominables qui doivent disparaître de la face de la terre»

© AFP
© AFP

Le pape François a promis dimanche «  une lutte à tous les niveaux » contre les abus sexuels sur mineurs qui ne doivent plus jamais être dissimulés, clôturant un important sommet destiné à responsabiliser les évêques de la planète, au risque d’irriter les victimes.

«  Aucun abus ne doit jamais être couvert, comme ce fut le cas par le passé, et sous-évalué », a déclaré François, après quatre jours d’un sommet inédit regroupant notamment 114 présidents de conférences épiscopales. «  Il s’agit de crimes abominables qui doivent disparaître de la face de la terre », a-t-il décrit en lançant «  un appel pressant pour la lutte à tous niveaux contre les abus sur mineurs ».

Le Pape sur la pédophilie : « Le peuple de Dieu attend des mesures concrètes » (vidéo)

« Instrument de Satan »

Le pape argentin a comparé les victimes d’agressions sexuelles aux «  êtres humains » soumis «  au sacrifice de rites païens ». Et il a beaucoup insisté sur les dérives d’un clergé «  devenant un instrument de Satan », une figure importante dans la mystique du pape pour parler «  du mal ».

Le pape a promis de «  donner des directives uniformes pour l’Église » mais sans se soumettre à «  la pression médiatique », évoquant avant tout des normes déjà en vigueur au niveau international et au niveau ecclésiastique.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Face au vote des députés, Boris Johnson a renvoyé la patate chaude aux Européens.

    Brexit: suite au prochain épisode…

  2. Pour l’heure, entre syndicats et patrons du secteur, la confiance est au plus bas. En attendant le personnel continue de trinquer.

    Pourquoi les blouses blanches arrêtent le travail ce jeudi

  3. Vladimi Poutine accueillant son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, mardi à Sotchi
: «
La situation dans la région est très grave
» a rappelé le président russe.

    Poutine et Erdogan s’accordent pour renforcer la présence russe en Syrie

La chronique
  • Michel Barnier, missionnaire et poil à gratter: une personnalité qui contraste avec Boris Johnson

    Par Marc Roche

    Dans un coin de ma mémoire de chroniqueur du Brexit, une petite information mise de côté en sachant qu’elle sera utilisée un jour. La nouvelle Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a nommé Michel Barnier à la tête d’une « task force Royaume-Uni » chargée de la finalisation de l’Article 50 de sortie, de la préparation d’un no deal et de la négociation du futur accord commercial entre l’Union européenne et le Royaume-Uni.

    Dans le chaos actuel du processus du Brexit, cette nouvelle a fait l’effet d’un « vent » dans une assemblée de trappistes : déplorable mais sans importance. Le Premier ministre, Boris Johnson, a en effet d’autres chats à fouetter que de se préoccuper de la nouvelle mission qui serait attribuée, après la ratification de l’accord scellé entre Londres et Bruxelles, à celui qui est considéré par les Brexiteurs comme l’ennemi public numéro un.

    De solides inimitiés...

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite