Le pape sur les abus sexuels: «Des crimes abominables qui doivent disparaître de la face de la terre»

© AFP
© AFP

Le pape François a promis dimanche «  une lutte à tous les niveaux » contre les abus sexuels sur mineurs qui ne doivent plus jamais être dissimulés, clôturant un important sommet destiné à responsabiliser les évêques de la planète, au risque d’irriter les victimes.

«  Aucun abus ne doit jamais être couvert, comme ce fut le cas par le passé, et sous-évalué », a déclaré François, après quatre jours d’un sommet inédit regroupant notamment 114 présidents de conférences épiscopales. «  Il s’agit de crimes abominables qui doivent disparaître de la face de la terre », a-t-il décrit en lançant «  un appel pressant pour la lutte à tous niveaux contre les abus sur mineurs ».

Le Pape sur la pédophilie : « Le peuple de Dieu attend des mesures concrètes » (vidéo)

« Instrument de Satan »

Le pape argentin a comparé les victimes d’agressions sexuelles aux «  êtres humains » soumis «  au sacrifice de rites païens ». Et il a beaucoup insisté sur les dérives d’un clergé «  devenant un instrument de Satan », une figure importante dans la mystique du pape pour parler «  du mal ».

Le pape a promis de «  donner des directives uniformes pour l’Église » mais sans se soumettre à «  la pression médiatique », évoquant avant tout des normes déjà en vigueur au niveau international et au niveau ecclésiastique.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Christophe Collignon.

    Christophe Collignon (PS): «Georges-Louis Bouchez, il veut devenir chef de cabinet au Palais?»

  2. PHOTONEWS_10816652-014

    Auschwitz: quand le progrès industriel exauce la démence d’une idéologie

  3. Pierre-Yves Jeholet, ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Pierre-Yves Jeholet au «Soir»: «La procédure de renouvellement de Jean-Paul Philippot n’est en rien entravée»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite