Alexandre Benalla et Vincent Crase ont pu se parler plus d’une heure, malgré leur contrôle judiciaire

Alexandre Benalla et Vincent Crase ont pu se parler plus d’une heure, malgré leur contrôle judiciaire

Selon une information de RTL France, Alexandre Benalla et Vicent Crase sont restés dans le même box pendant plus d’une heure au Palais de justice le 19 février, le jour de leur placement en détention, sans interdiction de communiquer.

Les deux hommes, interdits de contact, étaient convoqués pour avoir justement violé leur contrôle judiciaire en juillet.

Toujours selon RTL, le mail qui détaille les consignes des magistrats n’a pas été transmis, les policiers qui escortaient les deux hommes n’ont donc pas reçu d’instructions. Alexandre Benalla et Vincent Crase ont alors été placés dans un box commun, où ils ont pu échanger et parler pendant plus d’une heure, jusqu’à ce que les magistrats réalisent leur erreur.

>« Tu vas les bouffer » : Alexandre Benalla se targue du soutien d’Emmanuel Macron dans un enregistrement audio

Détention provisoire

L’ancien collaborateur d’Emmanuel Macron, Alexandre Benalla, et son ami Vincent Crase, ex-employé de LREM, ont été maintenus en détention provisoire vendredi, la cour d’appel de Paris ayant rejeté leur référé-liberté déposé par leurs avocats, a-t-on appris de source judiciaire.

>Affaire Benalla : la commission d’enquête du Sénat demande des poursuites pour « faux témoignage »

MM. Benalla et Crase ont été incarcérés mardi, à la suite d’une décision d’un juge des libertés et de la détention saisi par les magistrats instructeurs en charge de l’enquête sur les violences qui leur sont reprochées au cours des manifestations du 1er-Mai.

Ils avaient été convoqués le matin même au tribunal de Paris, conséquence de la révélation par Mediapart d’enregistrements clandestins d’une conversation entre les deux hommes, datée du 26 juillet, soit quatre jours après leur mise en examen et alors que la justice leur avait interdit d’entrer en contact.

Outre cette procédure d’urgence du référé-liberté, les avocats d’Alexandre Benalla et Vincent Crase ont également interjeté appel de leur placement en détention provisoire. Il sera examiné mardi matin par la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris, réunie en formation collégiale. Les avocats contestent la légalité des enregistrements publiés par Mediapart, estimant leur origine douteuse car ne provenant selon eux ni d’écoutes judiciaires, ni d’écoutes administratives.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Affaire Benalla|Enquête|Police et justice
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Jean-Pierre et Luc Dardenne

    Pourquoi les films des frères Dardenne sont faits pour Cannes

  2. Le 4 août 1981, Reagan convoqua la presse à la roseraie de la Maison-Blanche...

    Quand décolla le «reaganisme»

  3. Le retour de Farage au cœur de l’échiquier politique britannique souligne l’exaspération du peuple du Leave devant l’impasse du Brexit.

    Brexit: le retour de Nigel Farage ou le spectre de 2014

Chroniques
  • Élections 2019: Jan Jambon, le vegan patron boucher

    Jan Jambon, Premier ministre ? Mais c’est comme si on mettait un vegan à la tête d’une boucherie ! » Et voilà donc ce que twittait ce lundi un facétieux, suite à l’interview au Nieuwsblad où Jan Jambon annonçait sa détermination à devenir Premier ministre de la Belgique. L’idée avait bien été déjà balancée il y a quelques semaines en marge de l’annonce par Bart De Wever de sa candidature comme ministre-président de la Flandre. Le président de la N-VA avait alors poussé l’un de ses meilleurs ex-soldats au fédéral à faire un coming out : « Mais dis-le que tu es candidat à devenir Premier ministre ». Jan Jambon, un peu gêné, avait pouffé puis confirmé, tout le monde avait ri et on était passé à autre chose.

    Mais voilà, c’est de retour ! Et cette fois, de...

    Lire la suite

  • Notre-Dame: la générosité ne garantit pas l’indulgence

    Dans 500 ans – si la planète est toujours là –, les visiteurs de la nouvelle cathédrale de Notre-Dame de Paris s’interrogeront sur l’identité de cette gargouille et de cette guivre à tête humaine qui orneront peut-être la partie restaurée du bâtiment : « Mais qui sont ces gens ? » On leur répondra : les donateurs de l’époque. Lorsque Notre-Dame a brûlé, deux hommes, François Pinault et Bernard Arnault, ont cassé leur tirelire pour permettre à ce monument de reprendre le cours de sa longue vie et au peuple de...

    Lire la suite