Accueil Société

Procès Nemmouche: des petits cailloux semés sur le chemin de la culpabilité

L’accusation a égrené les éléments de preuve qui forment, selon elle, un mur de culpabilité. Elle demande au jury de faire preuve de bon sens et de ne pas se laisser abuser par la défense.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

La vérité face au silence de Mehdi Nemmouche et aux mensonges de Nacer Bendrer, c’est ce que s’est proposé d’apporter aux membres du jury le procureur fédéral Bernard Michel qui, lundi, a amorcé les plaidoiries du ministère public. «  Je vais vous prouver que l’homme que l’on voit tirer sur les images de vidéosurveillance est bien Mehdi Nemmouche. Et que Nacer Bendrer a bien participé à ces infractions en fournissant des armes.  »

Avant de se lancer dans la démonstration de culpabilité et d’égrainer un chapelet de 23 preuves, le procureur a assuré qu’en vingt-cinq ans de carrière, il avait rarement vu «  autant d’éléments à charge d’un accusé qui continue à nier ».

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs