Négociations salariales: syndicats et patrons aboutissent à un projet d’accord

Olivier Valentin, Marie-Hélène Ska et Robert Vertenueil, les représentants syndicauts © Le Soir/Pierre-Yves Thienpont
Olivier Valentin, Marie-Hélène Ska et Robert Vertenueil, les représentants syndicauts © Le Soir/Pierre-Yves Thienpont

Les partenaires sociaux sont parvenus à un projet d’accord dans la nuit de lundi à mardi, après près de 20 heures de discussions menées à Bruxelles au siège de la Fédération des entreprises de Belgique (FEB), ont indiqué les différentes parties. Syndicats et patronat devaient déterminer les contours précis et chiffrés de l’accord interprofessionnel pour 2019 et 2020.

Le président de la FGTB, Robert Vertenueil, premier à sortir de la table des négociations, préférait évoquer un «avant-projet d’accord» et se refusait à entrer dans les détails. «Cet avant-projet est fait de tellement d’équilibres et de précisions qu’il est impossible de dire s’il est bon ou s’il est mauvais», a commenté le responsable du syndicat socialiste, ajoutant que la méthode et l’ambiance des discussions étaient positives. Le président de la CSC, Marc Leemans, a, lui, décrit des négociations tendues et difficiles.

La secrétaire générale du syndicat chrétien, Marie-Hélène Ska, a confirmé que la marge salariale de 1,1% avait bien été retenue dans le texte. Les partenaires sociaux ont donc suivi l’avis du Conseil central de l’Economie, qui a récemment réévalué cette marge d’augmentation salariale pour la porter au même niveau que ces deux dernières années.

Concernant le salaire minimum par contre, il a été augmenté de 1,1%, soit 10 centimes de l’heure, largement en deçà de la hausse de 10% escomptée par le syndicat socialiste notamment. «Nous tablions sur plus», a reconnu mardi matin Miranda Ulens, secrétaire générale de la FGTB. Représentants des travailleurs et employeurs ont toutefois convenu de mettre sur pied un groupe de travail chargé d’examiner comment augmenter de façon «substantielle» les salaires minima.

Mme Ska s’est félicitée du maintien d’un système de crédit-temps devant permettre aux travailleurs de mieux équilibrer leurs vies professionnelle et privée.

Concernant les fins de carrière, il est encore possible pendant deux ans et demi, selon le projet de texte, d’accéder à la prépension à 59 ans pour les longues carrières et les métiers lourds. Pour les entreprises en difficultés et en restructuration, l’âge de la prépension a été rehaussé et passera de 56 à 58 ans cette année, 59 ans en 2020 et 60 ans fin 2020.

Une décision pas avant le 26 mars

CSC et FGTB présenteront le texte à leurs instances dans les prochaines heures. «C’est elles qui doivent marquer ou non leur accord.» Le syndicat chrétien prévoit d’avoir une réponse de ses membres au plus tard le 26 mars.

Plus convaincue, la CGSLB s’est, elle, engagée à défendre le projet d’accord auprès de ses membres. «Il y a de la matière et nous le défendrons. Reste à voir si cela suffira», a commenté Mario Coppens, président national du syndicat libéral.

Le ton était plus enthousiaste côté patronal. «La réunion a été difficile et longue, mais nous sommes très contents d’avoir trouvé un projet d’accord», a déclaré Bernard Gilliot, président de la FEB. Il va maintenant soumettre le texte au Premier ministre Charles Michel.

L’administrateur délégué de la FEB, Pieter Timmermans, a lui évoqué un «fair deal», combinant les matières économiques, écologiques et sociales. Le patronat a obtenu de porter le nombre d’heures supplémentaires par an à 120 par travailleur contre 100 actuellement. En termes de mobilité, les indemnités pour les transports publics seront rehaussées en deux temps, à partir du 1er juillet 2019 et 2020.

«Nous allons défendre auprès de nos membres cet accord qui permet de renforcer la position concurrentielle des entreprises» tout en octroyant des avancées aux travailleurs, en matière de mobilité notamment, a conclu M. Timmermans.

L’Unizo également s’engage à défendre un texte qui va offrir «plus de flexibilité aux entreprises».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Gaëtan Servais, patron de Meusinvest, fera partie des nouveaux administrateurs.

    Un CA de la RTBF profondément remanié

  2. Le groupe Vlaams Belang à la Chambre est aujourd’hui fort de dix-huit représentants. © Belga.

    Le pedigree douteux des députés Vlaams Belang

  3. 93% des répondants se sont trouvés en danger dans leur trajet vers l’Europe, la moitié ne s’y attendant pas au moment du départ. Pour autant, ils ne sont que 2% à déclarer qu’ils n’auraient pas migré sachant ce qui les attendait.

    Un rapport de l’ONU favorable aux régularisations de migrants

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Brexit: Boris Johnson, Prime Minister quand ça l’arrange

     Je fais quand même ce que je ne veux pas faire, mais on ne pourra jamais dire que je l’ai fait puisque je ne l’ai pas fait. » C’est le résumé de la pantalonnade à laquelle on a assisté ce week-end à Londres. À nouveau, serait-on tenté de dire.

    Allez ! Un Premier ministre qui envoie une lettre à l’Union européenne sans la signer pour demander un report sans vraiment le demander, mais parce qu’il était légalement obligé de le faire : mais à quoi donc...

    Lire la suite